Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
L’e-patient, complément ou rival du médecin 2.0 ?
L'e-patient, complément ou rival du médecin 2.0 ?
note des lecteurs
date et réactions
17 août 2011
Auteur de l'article
Denise Silber, 27 articles (Spécialiste e-santé)

Denise Silber

Spécialiste e-santé
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
27
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

L’e-patient, complément ou rival du médecin 2.0 ?

L'e-patient, complément ou rival du médecin 2.0 ?

Le "e-patient", c’est à dire le patient qui tient son blog, voire qui est membre d’une communauté de patients en ligne, essaie-t-il de rivaliser de connaissances avec son médecin ? Vous savez que ma réponse est "non", et que je pense que le fait d’être "e-patient" est plutôt salutaire pour le patient, premier membre de l’équipe médicale, etc, etc.


Mais beaucoup de personnes sont encore mal à l'aise par rapport au fait que les patients deviennent simples internautes, et encore plus mal à l'aise lorsque les patients se mettent à produire de l'information en ligne, (comme si, avant Internet, le patient était un grand muet. Passons). C'est pourquoi je me suis précipitée sur un nouvel article bien précis, dès sa parution le 16 août 2011 pour vous le commenter
 
Le Journal of Medical Internet Research de Gunther Eysenbach, vient en effet de publier un article scientifique fort intéressant. Le titre est "Managing the Personal side of health : How patient expertise differs from the expertise of clinicians"...qui se traduit en gros comme, "en quoi l'expertise du patient est différente de celle du médecin". Les auteurs Hartzler et Pratt collaborent à l'Université de l'état de Washington aux Etats-Unis.
 
 
La méthodologie de l'étude en bref
 
Les auteurs ont identifié, décrit, et évalué les différences significatives entre l'expertise médecin et l'expertise patient dans la relation au patient en ligne (et aussi dans des publications papier) grâce à l'examen de 735 sources de contenu. 360 sources étaient désignées comme des contributions de la part d'un patient et 375 sources avaient été produites par des médecins. Ces sources contenaient des recommandations, définies comme étant soit "des choses à faire", "des choses à savoir", ou encore "une façon d'aborder une situation." Il était possible en étudiant ces 735 sources, d'identifier plus de 7 000 recommandations au total.
 
Les observations
 
Selon Hartzler et Pratt, les recommandations des médecins et des patients sont significativement différentes, mais pas forcément comme vous l'avez imaginé. Il ne s'agit pas de bonnes recommandations des médecins et de moins bonnes recommandations des patients, ni l'inverse ;-) Il s'agit de deux modes d'expression.
 
Les cliniciens présent tout sous l'angle d'une "prescription" — c'est à dire des choses à faire par le patient. Les patients, de leur côté, expriment leur expérience par l'intermédiaire de leur récit, grâce auquel l'autre comprend tout seul, ce qu'il y a à faire ou à penser. Les auteurs notent que ces récits sont complémentaires à ce qui est dit par le médecin et même indispensable, puisqu'ils apportent des informations que n'ont pas les médecins et qui sont pourtant nécessaires pour le patient par rapport à leur adaptation à la vie réelle au quotidien. Ce mode purement prescriptif, on le sait déjà, n'aboutit pas à un résultat satisfaisant en matière d'adhésion au traitement, par exemple.
 
Hartzler et Pratt terminent leur papier en faisant état de leurs propres recommandations concernant la nature des outils "sociaux" (ou 2.0) qu'il convient de mettre à la disposition des patients. La bonne nouvelle est qu'il s'agit d'outils que nous connaissons déjà :
  • les systèmes d'évaluation collaboratifs, où l'intérêt d'une ressource est évalué par tous pour tous. Divers exemples en langue française existent (Le Guide Santé, Meamédica), 
  • les outils qui permettent aux patients d'entrer en collaboration avec d'autres patients qui les ressemblent, ce qui est le cas de PatientsLikeMe.com en langue anglaise, et plus récemment de  Carenity en France.
Quant à la nécessité de protéger le patient des sources de mauvaise qualité, les auteurs notent que des études ont déjà démontré que ce n'est pas utile, car les patients savent s'en sortir seuls. (Les références des auteurs à cet effet remontent à plusieurs années, car ce n'est pas un sujet qui continue d'être exploré aux Etats-Unis.) Je crains que le concept du patient indépendant en quelque sorte, ne soit pas encore totalement admis en France, malgré l'absence de preuve de la réalité du problème...mais, cela viendra !
 
Certes, on peut toujours dire que rien de tout le ci-dessus n'est valable en France, où les patients seraient moins doués qu'ailleurs. Mais c'est difficilement crédible. En tous cas, je vous invite à consulter l'article original. Il est libre d'accès.
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté