Accueil du site
> Santé & Maladies > Les Actus
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
L’aspartame, "sans danger" selon Bruxelles
L'aspartame, "sans danger" selon Bruxelles
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
28 février 2011
Auteur de l'article
Patrick Rollo, 495 articles (Rédacteur)

Patrick Rollo

Rédacteur
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
495
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

L’aspartame, "sans danger" selon Bruxelles

L'aspartame, "sans danger" selon Bruxelles

L’aspartame, qui avait été mis en cause par deux études scientifiques dans le cadre de certains cancers ou accouchements prématurés, a été jugé inoffensif pour la santé par les experts de l’autorité européenne de sécurité des aliments (Efsa).

L’aspartame, un faux sucre largement utilisé dans le café, les bonbons ou le soda, a toujours été l’objet de polémiques. Cet édulcorant présent dans 6 000 produits est-il, finalement dangereux pour la santé ? En janvier dernier deux études, l’une danoise et l’autre italienne, avaient mis en relief leur nocivité, ce qui a eu pour effet, en France, d’alerter l’Agence Nationale de Sécurité Sanitaire. Et suite à une mise en garde du Réseau Environnement Santé (RES), c’est finalement Bruxelles qui était appelé à statuer sur un éventuel danger présenté par l’aspartame. L’autorité européenne de sécurité des aliments (Efsa) a finalement rendu ses conclusions aujourd’hui.

Celle-ci affirme dans un communiqué que « la consommation d’aspartame est sans risque pour la santé ». L’édulcorant, contrairement aux indications des études passées, « ne serait pas source d’accouchements prématurés quand il est consommé à forte dose ». Mais les fabricants d’édulcorants ne devraient pas se réjouir trop vite. L’Efsa tiendra une réunion d’ici quelques semaines afin de déterminer s’il est nécessaire de mener d’autres recherches sur le sujet. Et de son côté, le groupe ANS (groupe scientifique sur les additifs alimentaires et les sources de nutriments ajoutés aux aliments) se prononcera les 1er et 2 mars prochain sur la réalisation d’éventuels nouveaux travaux en lien avec ces études.
 

Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté