Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
L’anosognosie, ce mal dont souffre Jacques Chirac
L'anosognosie, ce mal dont souffre Jacques Chirac
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
5 septembre 2011 | 6 commentaires
Auteur de l'article
Patrick Rollo, 495 articles (Rédacteur)

Patrick Rollo

Rédacteur
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
495
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

L’anosognosie, ce mal dont souffre Jacques Chirac

L'anosognosie, ce mal dont souffre Jacques Chirac

L’ancien président de la République, dont l’état de santé focalise toutes les attentions, ne pourrait se rendre à l’audience du tribunal de Paris pour cause d’anosognosie. Ce fléau au nom imprononçable trouve ses origines dans les mots grecs "nosos" ("maladie") et "gnosis" ("connaissance"). Il s’agit d’un trouble neuropsychologique caractérisé par l’incapacité du patient à reconnaître la gravité de son état. En clair, Jacques Chirac ne se considère pas comme malade et ne se rend pas compte de ses troubles de la mémoire, importants, constatés par son entourage et par ses médecins.

Le procès de Jacques Chirac, dans l’affaire des emplois présumés fictifs de la ville de Paris, s’est ouvert en ce lundi 5 septembre. Mais les avocats de l’ancien président de la République avaient déjà estimé le 3 septembre dernier, rapport médical à l’appui, que ce dernier « n’a plus l’entière capacité de participer au déroulement des audiences, n’étant plus capable aujourd’hui de se souvenir de faits qui remontent à plus de 20 ans ». Et selon l’entourage de l’ancien locataire de l’Elysée, «  la situation s’est très nettement dégradée cet été ». Le Journal Du Dimanche avait déjà laisse entendre, en début d’année, que Jacques Chirac pourrait être victime de la maladie d’Alzheimer. Sans forcément aller aussi loin, il apparaît aujourd’hui que l’intéressé présente au moins « des troubles de mémoire ou des anomalies dans d’autres régions du cerveau, en lien avec le langage ».

Selon Françoise Forette, Professeur de médecine interne et de gériatrie à l'Université Paris V et Présidente du Conseil de surveillance de l'Hôpital Broca, ces dysfonctionnements ont bel et bien pu survenir après l’hospitalisation de Jacques Chirac pour un AVC en 2005 : « De petits accidents vasculaires cérébraux peuvent avoir lieu après le déclenchement d’une première crise, sans engendrer une anomalie cognitive importante ». Dans ce cas, de petits accidents de circulation sanguine occasionnent un manque d’oxygène dans le cerveau. Et il en résulte une démence vasculaire qui a pour conséquence des pertes de mémoire et un amoindrissement des mécanismes de l’expression, des capacités de raisonnement et des fonctions cognitives.

Dans cette configuration, il faut également prendre en compte l’âge de l’ancien chef de l’Etat, qui aura 79 ans en novembre prochain. Et comme le note le Professeur Yves Dauvilliers, neurologue au CHU de Montpellier, «  la capacité de régénération du cerveau diminue avec le temps. Les structures qui avaient pris le relais après un AVC peuvent ne plus être en mesure de le faire ». Pour Catherine Thomas-Anterion, neurologue et neuropsychologue au Centre Mémoire Ressources et Recherche de Saint-Etienne, qui a été interviewée par le site Top Santé, Jacques Chirac n’aurait pas conscience de ces derniers développements : « L’anosognosie va toucher les réseaux de neurones de la région frontale, ceux-là même qui sous tendent la conscience de soi et la conscience d'être malade ».

Les symptômes peuvent aller jusqu’à affecter la faculté de jugement et par voie de conséquence l’autonomie de la victime : «  Imaginez que l’on dise à une personne qu’elle n’est pas en état de conduire alors qu’elle est persuadée qu’elle en est capable ». Quoi qu’il en soit, dans le cadre du procès dans lequel Jacques Chirac est renvoyé pour détournement de fonds publics, abus de confiance et prise illégale d'intérêt (ce qui est passible de 10 ans de prison et 150 000 euros d’amende), Me Jérôme Karsenti, défenseur de la partie civile, a appelé de ses vœux une contre-expertise sur l’état de santé de l’intéressé, afin de s’assurer de l’incapacité de Jacques Chirac à comparaitre.
 

Inscrivez-vous à la newsletter !
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Commentaires
2 votes
par clostra (IP:xxx.xx4.222.243) le 6 septembre 2011 a 10H47
clostra (Visiteur)

Le problème est que tout le monde souffre plus ou moins de cette maladie. C’est d’ailleurs un puissant stimulant pour se dépasser en se lançant des défis.

On aurait préféré quelque chose de plus simple que cette nouvelle maladie (une découverte pour la plupart d’entre nous), comme si ce grand homme ne pouvait avoir qu’une grande maladie, intrigante et surtout "débilitante".

Tout ça parce qu’il a soutenu François Hollande !

On aurait pu nous dire qu’il souffre d’un déficit attentionnel, par exemple, que tout ça c’est du passé et qu’il a envie de passer à autre chose.

0 vote
par Kro (IP:xxx.xx7.129.238) le 7 septembre 2011 a 16H11
Kro (Visiteur)

ce n’est qu’un mot compliqué pour dire symptôme d’une démence. Démence qui comprend entre autre la fameuse maladie d’Alzheimer, les démences vasculaires (après des AVC), frontales... et tout un tas dont on ne connait pas bien l’origine !) Alors oui, ce procès aurait du avoir lieu beaucoup plus tôt ! Mais non, fumisterie il n’y a pas ! Le jour où vous discuterez avec quelqu’un qui présente une démence on verra, mais là, vous ne savez visiblement tout simplement pas de quoi vous parlez !

1 vote
(IP:xxx.xx4.137.4) le 8 septembre 2011 a 20H30
 (Visiteur)

Ben voyons. C’est du passé : pshitt ! On n’en parle plus. Monsieur à bénéficié de l’impunité et maintenant il faudrait faire comme si rien ne s’était passé. C’est abracadabrantesque ! Un sujet du royaume totalement inconnu n’aurait pas bénéficié du même traitement de faveur. C’est tout simplement injuste.

5 votes
par Christian Navis (IP:xxx.xx9.103.100) le 6 septembre 2011 a 11H12
Christian Navis (Visiteur)

Anosomachin = maladie diplomatique = enfumage Chirac devrait répondre enfin de ses actes même si, vu son âge, il est normal qu’il puisse paraître un peu fatigué. N’empêche... Il a publié en juin 2011 ses mémoires, un gros pavé de 600 pages... Et cet été il signait des autographes chez Sénéquier à St Trop... Etonnant pour un papy gaga !

Sa "maladie" n’est qu’un nouveau stratagème pour continuer à esquiver la correctionnelle comme cet homme rusé, madré et menteur sait s’y prendre depuis plus de 20 ans. Sinon comment se fait-il que, avant 1995 et depuis 2007, cet individu "qui veut absolument être jugé" ait multiplié les procédures dilatoires pour retarder indéfiniment l’échéance ? Comment se fait-il qu’on évoque une soi-disant prescription quand, précisément, il a utilisé sans vergogne son statut de chef d’état pour refuser de répondre aux juges en tant que simple témoin, et déplacer les magistrats trop pugnaces ?

Enfin, croyez-vous que si vous, demain, étiez impliqué dans une affaire de cette nature, vous pourriez vous en sortir aussi facilement en refusant de comparaître et en présentant une attestation de votre médecin de famille ?

1 vote
par Théodore Six (IP:xxx.xx9.233.85) le 6 septembre 2011 a 14H41
Théodore Six (Visiteur)

JACQUES CHIRAC OU LE SCANDALE D’UNE ÉPOQUE DESTRUCTRICE !

Sur un fait condamnable mineur, de sa longue vie politique, l’Histoire retiendra qu’il n’aura même pas pu être poursuivie de façon normale, en sa présence. Ce scandale, de plus est amplifier par son parcours, que M. Georges Pompidou, homme averti s’il n’en faut de la transition économique désastreuse de la France à la fin des années 60, qui en personne, lors de l’élection de M. Jacques Chirac le 8 mai 1967 comme secrétaire d’État à l’emploi, l’avait déjà surnommé : "mon bulldozer" ! Car à entendre aujourd’hui, toute l’intelligentsia politique, et les médias bourgeois serviles, dire de ce cher Monsieur, qu’il doit être qualifié d’ honorable et de grand serviteur de la République française, l’on a la très forte envie de leurs demander à tous s’ils comptent longtemps encore se moquer ainsi du peuple de France ? Légitimement, nous nous interrogeons, nous tous citoyens français, si nous vivons dans le même pays que "ces gens-là", aux paroles truquées, servies d’avance et chargées de duperies fallacieuses . Ne doit-on pas considérer au contraire, au plus proche de la réalité d’aujourd’hui, que M.Jacques Chirac avec Mrs Georges Pompidou, Pierre Mesmer, Jean-Pierre Fourcade, Valéry Giscard d’Estaing, Raymond Barre, Michel D’Ornano, Balladur, etc...portent une responsabilité écrasante et désastreuse, des choix économiques qu’ils ont imposé au pays, à la sortie des trente glorieuses, et qui de fait ont dramatiquement entrainé le pays dans une spirale destructive infernale, qui nous a conduit à la situation des plus délabrée d’aujourd’hui. L’ancien Directeur Général de la Banque Rotschild que fut M. Pompidou, était tout indiqué, pour réaliser de piètre façon, au vu des résultats, ce que plus tard l’on appela, “le nouvel ordre économique international”. De plus, lors de l’Assemblée générale des Nations Unies le 12 décembre 1974, lors du vote de la Charte des droits et devoirs économiques des États Résolution 3281, la France de Giscard s’abstient et prend ainsi une démarche économique spéculative funèbre qu’elle ne quittera plus. L’économie quelque peu toujours unifiée et respectant encore un tant soit peu l’allongement du processus de production, ou “l’économie de papa”, comme l’appela alors M. Pompidou, tout cela fut terminer ! Alors aujourd’hui parler de “règle d’or”, lorsque l’on revoit ainsi les faits réels, tout au long de ces dernières décennies, des années 70 à aujourd’hui, nous donne un profond dégout et une révolte sourde nous étreint. Entre l’État citoyen et l’État Libéral, les rendez-vous sont à venir. Tous ceux nommés plus haut sont condamnables et seront condamnés par l’Histoire pour leurs actions néfastes envers leur pays, tout simplement. La liste serait bien longue de leurs larcins et de leurs responsabilités écrasantes dans la disparition, y compris physique, de citoyens-travailleurs des villes et des campagnes, des PME-PMI, industrielles ou artisanales, des entreprises agricoles....etc Ils portent tous du sang sur les mains, leurs procès à eux tous est déjà inscrit dans la mémoire des peuples conscients de leurs politiques mortuaires.

0 vote
par clostra (IP:xxx.xx4.175.184) le 6 septembre 2011 a 17H31
clostra (Visiteur)

Personnellement, je respecte un homme diminué et la parole de son médecin (qui aurait pu trouver autre chose qu’un symptôme avec un nom de maladie - un syndrome ? - à coucher dehors).

Cependant, il doit avoir autour de lui de bonnes mémoires pour l’aider à la retrouver et devrait avoir préparé sa défense bien avant de tomber malade.