Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
L’aluminium dans les cosmétiques, quels dangers pour notre santé ?
L'aluminium dans les cosmétiques, quels dangers pour notre santé ?
note des lecteurs
date et réactions
10 juillet 2012
Auteur de l'article
La Nature dans la Peau, 19 articles (Site de laboratoire )

La Nature dans la Peau

Site de laboratoire
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
19
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

L’aluminium dans les cosmétiques, quels dangers pour notre santé ?

L'aluminium dans les cosmétiques, quels dangers pour notre santé ?

Aluminium et cosmétiques : un sujet brûlant.

1) Qu’est-ce que l’aluminium et où le trouve-t-on ?

L’aluminium est le troisième composant de la croûte terrestre après l’oxygène et le silicium. C’est un élément chimique très contaminant que l’on trouve partout. A l’état naturel, on le retrouve dans les sols, l’air, l’eau et même dans les aliments végétaux provenant de la terre. Sous la forme de sels d’aluminium, on l’utilise dans les produits alimentaires transformés en tant qu’additif, conservateur ou colorant, dans certains médicaments et vaccins comme adjuvant pour renforcer leur action, ou encore en cosmétique, principalement dans les anti-transpirants.

2) L’aluminium en cosmétique et dans les produits d’hygiène

Dans certaines crèmes classiques et solaires, il sert à faciliter l’application sur la peau et à la rendre aussi douce et agréable que possible. Utilisé en maquillage, il permet d’améliorer la tenue sur la peau. Certains sels d’aluminium sont également présents dans les anti-transpirants (chlorhydrate d’aluminium) afin de contrôler et limiter la transpiration. Ainsi, contrairement aux déodorants classiques, qui se contentent de masquer les odeurs, les anti-transpirants réduisent le taux de sueur grâce aux sels d’aluminium.

3) Quels sont ses effets ou les dangers pour notre santé ?

Selon l’Afssaps (Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé), il n’y aurait pas de lien entre l’exposition à l’aluminium et certaines maladies (cancer du sein ou Alzheimer), contrairement à ce qu’affirment les scientifiques.
Mais une chose est sûre : l’aluminium peut traverser la barrière cutanée et devenir toxique s’il s’accumule dans l’organisme. Ainsi, s’il n’est pas dangereux en très petites quantités, c’est surtout en cas d’exposition importante et répétée à de fortes doses d’aluminium que sa toxicité est avérée. Il peut alors provoquer des problèmes neurologiques, des douleurs osseuses, des anémies ainsi qu’une fatigue anormale.

4) Pas de réglementation, seulement des recommandations

L’aluminium pouvant être dangereux pour la santé, au nom du principe de précaution, il devrait donc être réglementé afin de limiter son usage. Or, si L’EFSA (Autorité européenne de sécurité des aliments) établit la dose tolérable d’ingestion d’aluminium et l’Afssaps recommande d’abaisser de 5% a 0,6% la teneur en aluminium des anti-transpirants, aucune norme ne fixe un taux maximum autorisé.
Ce qui est inquiétant, c’est que de nombreuses marques leaders sont loin de respecter les nouvelles recommandations de l’Afssaps mais leurs produits sont toujours commercialisés.

Il est donc nécessaire de prendre le plus de précautions possibles et de rester vigilant quant aux ingrédients des produits que l’on utilise : quelle que soit la voie d’exposition, il faut limiter l’apport en aluminium.
En ce qui concerne les déodorants contenant des sels d’aluminium, mieux vaut ne pas les utiliser, par précaution, et entièrement les bannir sur une peau lésée, rasée ou épilée, car l’absorption cutanée y est plus importante.

La Nature dans la Peau http://lanaturedanslapeau.fr/
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
En savoir plus sur...