Accueil du site
> Santé & Maladies > Les Actus
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
L’accès au crédit facilité pour les grands malades
L'accès au crédit facilité pour les grands malades
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
1er février 2011
Auteur de l'article
La rédaction CareVox, 602 articles (Comité de rédaction)

La rédaction CareVox

Comité de rédaction
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
602
nombre de commentaires
0
nombre de votes
3

L’accès au crédit facilité pour les grands malades

L'accès au crédit facilité pour les grands malades

Les personnes atteintes de pathologies importantes pourront désormais accéder plus facilement et à un moindre coût aux prêts bancaires. Cette avancée a été rendue possible grâce à un accord entre les établissements financiers, les associations et les pouvoirs publics.

Une convention signée le 1er février entre le gouvernement, les banquiers, les assureurs et les associations de patients devrait permettre aux français atteints d’une grave maladie d’accéder plus facilement au crédit et à l’assurance. Cette convention, qui devrait prendre effet en septembre prochain, a été dénommée AERAS (s’Assurer et Emprunter avec un Risque Aggravé de Santé) et comporte des mesures complémentaires comme la création d’un produit d’assurance de prêt. Fruit de quatre années de réflexion, elle vient de subir une touche de finitions à l’issue de négociations qui ont duré un an. L’opération a pour objectif d’enrayer les refus de dossier émanant de personnes handicapées ou atteintes d’une affection de longue durée (certains cancers notamment) et aspirant à des crédits ou des primes.

L’enjeu est de taille, puisque selon la Halde (Haute Autorité de Lutte contre les Discriminations et pour l’Egalité) pas moins de 10 millions de personnes seraient concernées. Et le gouvernement est en première ligne pour défendre l’initiative : Les ministres Xavier Bertrand (Travail et Santé), Roselyne Bachelot (Solidarités et Cohésion sociale) et Christine Lagarde (Economie) ont clamé haut et fort dans un communiqué qu’ «  il est urgent que ces personnes aient accès aux assurances standards. Quand ce n’est pas possible, la nouvelle garantie vise à leur offrir la couverture du risque de perte totale d’autonomie ».

En clair, le risque d’invalidité sera couvert sans qu’une pathologie quelconque vienne entraver l’octroi de l’assurance. A défaut, la convention prévoit une assurance bis couvrant le décès ou l’invalidité face à toute pathologie. Pour les revenus modestes, la prise en charge étendue des surprimes (le coût supplémentaire imputable à la maladie) devrait être améliorée. Par ailleurs, comme l’a précisé madame Lagarde, les assureurs prendront en compte les avancées de la médecine. En effet, un groupe de travail doté de 4 millions d’euros réunira médecins, associations et assureurs afin d’aboutir à des diagnostics partagés. A partir de 2012, enfin, une terminologie des questionnaires de santé serait harmonisée en concertation avec les associations de malades.
 

La rédaction CareVox
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté