Accueil du site
> Santé & Maladies > Risques
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Journée mondiale de lutte contre le sida 2015
Journée mondiale de lutte contre le sida 2015
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
1er décembre 2015
Auteur de l'article
La rédaction CareVox, 598 articles (Comité de rédaction)

La rédaction CareVox

Comité de rédaction
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
598
nombre de commentaires
0
nombre de votes
3

Journée mondiale de lutte contre le sida 2015

Journée mondiale de lutte contre le sida 2015

150 000, c’est le nombre estimé de personnes qui vivent avec le VIH en France. Cependant, 20% d’entre elles (30 000 personnes) ignorent leur séropositivité1. Si l’utilisation du préservatif reste aujourd’hui le moyen le plus sûr de prévenir les infections sexuellement transmissibles dont le VIH, le dépistage reste un enjeu majeur. Connaître son statut sérologique c’est se protéger et protéger les autres. C’est bénéficier d’une prise en charge médicale efficace pour les personnes qui découvrent leur séropositivité. C’est pourquoi, à l’occasion du 1er décembre, Marisol TOURAINE, ministre des affaires sociales, de la santé et du droit des femmes lance aujourd’hui avec l’Institut national de prévention et d’éducation pour la santé (Inpes), une campagne d’envergure (TV, affichage, digital et dispositif terrain) en faveur du dépistage du VIH : « Se faire dépister, c’est prendre soin de son avenir ». Son but : communiquer sur l’importance du dépistage et ancrer cet acte volontaire dans la vie des personnes comme un geste réflexe.

Une campagne en faveur d’un dépistage large

Le dépistage est un enjeu majeur de la lutte contre le VIH. C’est pourquoi, Marisol TOURAINE, ministre des affaires sociale, de la santé et du droits des femmes, lance aujourd’hui avec l’Inpes une nouvelle campagne pour rappeller que le dépistage est un acte volontaire qui s’adresse à tous et qui peut être effectué à différents moments de la vie, connectés directement ou non à une prise de risque. Ces moments sont surtout des occasions de prendre soin de soi et de son avenir.

Tomber amoureux, s’engager dans la vie de couple, devenir parents… sont autant d’occasions de se faire dépister. La campagne s’appuie sur ces moments positifs, mettant en scène des femmes et des hommes, seuls ou en couples, jeunes ou plus âgés, de différentes origines, qui, qu’elles que soient leur orientation sexuelle, affirment faire le test parce qu’ils sont « amoureux », « engagés », « prêts », « digne de confiance », « décidé », « indépendante », ou « responsable ». Le message résonne comme une évidence : « On a tous une bonne raison de faire le test du dépistage du VIH et des IST ».

La campagne s’adresse à tous : au grand public comme aux populations prioritaires les plus exposées au VIH (hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes (HSH), personnes vivant dans les départements d’outre-mer (DOM), personnes migrantes originaires d’Afrique Subsaharienne). Elle se décline en digital, affichage (dans le gares, arrières de bus et stations de métro) et en cinq spots TV de 20 secondes et un spot de 30 secondes diffusé dans les DOM. La campagne se déroule du 1er au 31 décembre et renvoie vers Sida Info Service pour savoir où, quand et comment se faire dépister.

 

Des rendez-vous en région qui font écho à la campagne nationale

Parallèlement, l’Inpes déploie un dispositif de terrain, en métropole et dans les DFA, visant à sensibiliser le public à la démarche du dépistage. Des cabines photomatons affichant la question « Quelle est votre humeur du moment ? » sont installées dans des lieux à forte fréquentation. Des hôtesses invitent les passants à les utiliser.

Installé dans la cabine de photomaton, le participant choisit alors son humeur et se fait photographier. Portrait et « humeur » sont alors intégrés au visuel de la campagne avec le message « Je fais le test ». On lui remet un tirage photo ainsi qu’un document indiquant les centres de dépistage gratuit les plus proches. Le participant peut, si il le souhaite, recevoir par e-mail son portrait pour le partager sur les réseaux sociaux.

Du 9 au 20 décembre 2015, dans les gares à Paris, Lille, Nantes, Marseille, Strasbourg, Bordeaux et Lyon de 6h à 11h et de 15h à 20h.

Le dispositif est également déployé sous forme intinérante en Martinique, Guadeloupe et Guyane pour multiplier les contacts avec le public. La cabine de photomaton circule ainsi dans les centres villes, à proximité des centres commerciaux et des universités.

 

Installer le test de dépistage comme un geste banal est une priorité de santé publique

La mise en place des TROD (Test Rapide à Orientation Diagnostique) en 2010, suivie par la toute récente mise à disposition en officine de tests d’autodépistage, sont autant d’actions qui facilitent aujourd’hui l’accès au dépistage. En janvier 2016, des centres gratuits d’information, de dépistage et de diagnostic (CeGIDD), nés de la fusion des CDAG et des CIDDIST seront ouverts au public partout en France. Connaître le plus tôt possible son statut sérologique permet en effet une meilleure prise en charge thérapeutique et ce, grâce aux progrès considérables en matière de traitement.

Réalisé à partir de prélèvement de sang (soit par prise de sang, soit par recueil d’une goutte de sang sur le bout du doigt), le test du VIH permet :

  • De bénéficier d’un conseil de prévention personnalisé pour sa santé sexuelle et celle de son/ses partenaires et pouradapter ses comportements de prévention ;
  • En cas de découverte d’une séropositivité, d’accéder à un suivi médical adapté et aux traitements antirétroviraux(ARV). Des études ont démontré qu’un accès précoce aux soins et aux traitements, diminue fortement les conséquences de l’infection à VIH sur la santé, le nombre des hospitalisations et augmente l’espérance de vie.

 

L’ensemble de la campagne renvoit vers :

- le site www.sida-info-service.org, qui fournit des informations claires et complètes sur le dépistage, recense les coordonnées des centres de dépistage anonymes et gratuits (CDAG) et offre la possibilité de poser des questions en ligne sur le VIH-sida et les IST

- le numéro vert Sida Info Service 08 00 84 08 00, anonyme et gratuit, disponible tous les jours 24h/24

 

La rédaction CareVox
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Mots-clés :
Sida Dépistage Vih