Accueil du site
> Santé & Maladies > Risques
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Journée mondiale de l’AVC : ce qu’il faut retenir
Journée mondiale de l'AVC : ce qu'il faut retenir
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
30 octobre 2012
Auteur de l'article
Loreline Robbe, 61 articles (Rédacteur)

Loreline Robbe

Rédacteur
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
61
nombre de commentaires
0
nombre de votes
40

Journée mondiale de l’AVC : ce qu’il faut retenir

Journée mondiale de l'AVC : ce qu'il faut retenir

Hier a eu lieu la 10ème journée mondiale contre l’Accident Vasculaire Cérébral -AVC- Celle-ci a pour but de sensibiliser l’opinion sur ce problème de santé publique.
Le caractère international souligne que tous les pays sont touchés et l’AVC reste à ce jour la première cause de handicap permanent acquis de l’adulte dans les pays industrialisés.
L’AVC
est la deuxième cause de décès chez les personnes âgées de 60 ans et plus mais l’AVC touche aussi les enfants, y compris les nouveau-nés. Chaque année, près de six millions de personnes meurent d’un AVC.
En fait, l’AVC est responsable de plus de décès chaque année que ceux attribués au SIDA, à la tuberculose et au paludisme réunis

Pourquoi cette journée ?

Parce qu’un AVC touche 1 personne toutes les 5 secondes dans le monde. L’OMS parle de pandémie et projette une augmentation de l’incidence des AVC passant de 16 millions en 2005 à 23 millions en 2030.
II s’agit de l’une des principales causes de mortalité en France, la première pour les femmes. C’est la première cause de handicap acquis de l’adulte, et la deuxième cause de démence.
En France, chaque année, 155 000 nouvelles personnes sont touchées par un AVC, une toutes les 4 minutes, et 62 000 vont en décéder.
Cette pathologie est souvent ignorée ou négligée, alors que près de 800 000 français sont touchés aujourd’hui et que plus de 500 000 en gardent des handicaps.
 

Qu’est-ce qu’un AVC ?

 
Un accident vasculaire cérébral survient lorsque la circulation sanguine vers ou dans le cerveau est interrompue par :
  • Un vaisseau sanguin bouché (AVC ischémique ou encore infarctus cérébral)
  • L’éclatement d’un vaisseau sanguin provoquant une hémorragie (AVC hémorragique ou hématome) dans le cerveau
Les conséquences sont dramatiques avec des cellules du cerveau qui ne reçoivent plus l’oxygène et les nutriments dont elles ont besoin pour fonctionner normalement. Certaines sont endommagées, d’autres meurent.
 

Face aux symptômes … adopter le bon réflexe !


Il faut savoir identifier les premiers symptômes d’un AVC, certains de ces signes, correspondant aux zones du cerveau les plus fréquemment touchées, doivent faire penser immédiatement à l’AVC :
  • Un engourdissement, une faiblesse ou paralysie brutale d’une partie ou de la moitié du corps
  • Des difficultés à parler
  • Un trouble de la vision
  • Des troubles de l’équilibre, de la coordination ou de la marche
  • Un mal de tête sévère et soudain n’ayant aucune cause connue
Ces signes doivent alerter même s’ils sont brefs et s’ils régressent en quelques minutes. Il faut agir le plus rapidement possible avant que les lésions ne soient irréversibles
.

Une minute de perdue, c’est 2 millions de neurones détruits

A.V.C. Agir Vite C’est important.Chaque instant compte. Devant un ou plusieurs symptômes, adoptez le bon réflexe : appeler immédiatement le ‘15’.
La prise en charge immédiate permet de confirmer le diagnostic et de débuter très vite le traitement qui permettra de diminuer les lésions cérébrales et donc le risque de décès et de séquelles liés à cette pathologie grave.

« AVC, réagissez :
V
isage paralysé,
I
mpossibilité de bouger un membre,
T
rouble de la parole,
Evitez
le pire en composant le 15″
Loreline Robbe Sciences et ...

POST-SCRIPTUM

Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté