Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Journée internationale des infirmières : donner une ambition à sa carrière en rejoignant l’AP-HP
Journée internationale des infirmières : donner une ambition à sa carrière en rejoignant l'AP-HP
note des lecteurs
date et réactions
13 mai 2011
Auteur de l'article
Le Webzine de l'AP-HP, 323 articles (AP-HP)

Le Webzine de l’AP-HP

AP-HP
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
323
nombre de commentaires
0
nombre de votes
20

Journée internationale des infirmières : donner une ambition à sa carrière en rejoignant l’AP-HP

Journée internationale des infirmières : donner une ambition à sa carrière en rejoignant l'AP-HP

En mai, à la sortie des écoles, l’Assistance Publique – Hôpitaux de Paris prévoit de recruter 840 jeunes diplômés. Débuter sa carrière à l’AP-HP, c’est indiscutablement faire le choix de soigner sa carrière professionnelle en bénéficiant de multiples possibilités d’exercice.

Infirmier et infirmières de l\'AP-HP

Avec plus de 700 services spécialisés, l’AP-HP, qui est le Centre hospitalier universitaire de l’Ile de France, très impliquée dans la recherche, offre un panel unique d’opportunités professionnelles.

En décidant de rejoindre le plus grand hôpital d’Europe, les infirmiers font le choix d’exercer leur métier dans un environnement professionnel exceptionnel, animé par des figures emblématiques de la santé et de l’enseignement, dont le rayonnement est souvent international, et d’adosser leur carrière à un dispositif de formation d’une ampleur unique.

Un environnement professionnel fait d’excellence et de diversité

Avec ses 37 hôpitaux dont 17 dans Paris intra muros, 19 en région parisienne et 4 en province, l’AP-HP déploie ses missions de soins, d’enseignement, de recherche et de prévention dans un bassin de population composé de 11,5 millions d’habitants.

Dans le cadre de ses missions de service public, elle répond à la fois aux besoins sanitaires de proximité, aux situations d’urgence comme à la demande de soins spécialisés mais aussi de recours pour des patients venant de toute la France et souvent même de l’étranger en raison du rayonnement de ses équipes.

L’AP-HP, qui assure près de 50% des publications scientifiques nationales, est aussi une force motrice dans la recherche clinique. Avec 2500 projets de recherche en cours, elle constitue le premier centre de recherche biomédicale en Europe et le premier centre d’essais cliniques en France. Nombre de ses professionnels infirmiers sont étroitement associés à ces programmes.

Par ailleurs, parmi les 15 projets nationaux de recherche infirmier pour 2010, un tiers sont issus de l’AP-HP. Ils portent sur des thématiques variées telles que l’hypnose pré-opératoire et ses effets sur l’anxiété des enfants, les méthodes de surveillance de patients atteints d’encéphalopathie hépatique en réanimation, la prise en charge familiale des personnes en fin de vie, les consultations infirmières en médecine du voyage ou la prise en charge d’un patient atteint de la maladie de Huntington.

Enfin, en matière médicale et chirurgicale, l’AP-HP propose toutes les spécialités et le progrès médical y est d’autant mieux pris en compte, dans chacune de celles-ci, que l’Institution est historiquement un creuset d’innovations en matière de pratiques : premières mondiales, européennes ou nationales, en font un lieu unique d’excellence pour apprendre et développer chaque jour son expérience et ses compétences.

Un dispositif de formation de grande ampleur

Avec ses 36 centres de formation dont 18 IFSI et 9 écoles et instituts spécialisés formant aux métiers paramédicaux et médico-techniques, un institut de formation en travail social et 2 écoles de sages-femmes, l’AP-HP est à la tête d’un dispositif exceptionnel de formations diplômantes et qualifiantes. Sa politique en matière de promotion professionnelle par la formation continue favorise un large accès pour toutes les catégories professionnelles et en particulier pour les infirmières. En cas de souhait de spécialisation (IADE, IBODE, Puéricultrice…) ou d’accès aux fonctions de cadre infirmier, les formations peuvent être rémunérées.

Face aux évolutions qui impactent fortement les métiers de l’hôpital, l’AP-HP s’attache à adapter son dispositif de sorte qu’il soit plus individualisé pour assurer l’adéquation des compétences aux nouveaux besoins de la population tout en proposant des parcours professionnels enrichissants et reconnus.

Cette politique déterminée de formation, qui représente plus de 5% de sa masse salariale, permet à l’AP-HP d’offrir de vraies opportunités d’évolution de carrière à ses professionnels.

C’est pour elle un véritable enjeu d’attractivité et de fidélisation.

Témoignages……

Armelle est infirmière d’accueil et d’orientation au service d’accueil des urgences de l’hôpital Lariboisière (AP-HP). Tous les jours, elle accueille, informe et guide les patients et leurs accompagnants. En lien permanent avec le médecin référent, elle trie et oriente vers le secteur de soins le plus approprié, et est également chargée de surveiller et réévaluer les patients dans la salle d’attente. Grâce à elle, les patients bénéficient d’un référent, et d’explications personnalisées concernant le fonctionnement du service, les délais d’attente, et le déroulement de la prise en charge. Cet accueil, déterminant pour la suite de la prise en charge, relève de l’expertise soignante et du « soin technique et relationnel » : il faut aider le patient à comprendre et accepter les soins dans les meilleures conditions possibles.
Frédéric est infirmier de bloc opératoire à l’hôpital Saint Louis (AP-HP). Il veille à la bonne prise en charge du patient (accueil, information, confort et pudeur, installation et sécurité), au bon déroulement de l’intervention et de l’ensemble du programme opératoire (rôle de coordination des équipes). Dans l’exercice de son métier, il est amené à assumer des rôles divers comme collaborateur direct et privilégié du chirurgien : celui de panseur circulant (gestion de la salle d’opérations, relais entre zones stériles et non-stériles), d’instrumentiste (gestion de l’instrumentation et des temps opératoires, participe à l’acte chirurgical dans le périmètre stérile) et d’aide opératoire (collaboration directe avec le chirurgien, zone opérée). Sa fonction, pluridisciplinaire (bloc commun digestif – urologie - plastie reconstructrice et brûlés - maxillo facial) lui permet d’acquérir une compréhension approfondie des pathologies, des interventions chirurgicales et des prises en charge.
Mariama est infirmière au sein de l’unité de soins intensifs de chirurgie cardiaque (Institut de cardiologie) à la Pitié-Salpêtrière (AP-HP). Elle assure l’accueil et la prise en charge péri-opératoire du patient de chirurgie cardiaque. Pour remplir son rôle de coordination, elle doit quotidiennement faire preuve d’adaptation, notamment pour faire face aux pathologies souvent associées (mentales, neurologiques…), avec un fil rouge : bien informé, le patient est acteur de sa prise en charge et rassuré.... Ses objectifs : instaurer une relation de confiance avec le patient et son entourage ; dédramatiser l’intervention mais aussi identifier et prévenir les risques liés à la chirurgie et réduire les complications.
Caroline est infirmière coordinatrice de greffe de moelle osseuse en hématologie, à l’hôpital Saint-Antoine (AP-HP). Elle accompagne et informe le patient et sa famille tout au long du parcours de soin pour sa greffe de moelle osseuse. Elle assure le lien entre les différents acteurs de la greffe (laboratoire HLA, diététicien, assistante sociale, personnel paramédical et médical) ; coordonne la logistique des greffes (bilan pré-greffe, radiothérapie, bloc opératoire, TGI, suivi post greffe) et participe aux soins infirmiers spécifiques : prélèvement de moelle au bloc, typage HLA, réception des greffons. Présidente du groupe français des IDE de coordination de greffe de moelle crée en janvier 2011, elle est tout particulièrement engagée dans le partage, l’harmonisation et le progrès des pratiques au plan national et international.
Sylvie est infirmière référente hépatite C au centre hépato biliaire de l’hôpital Paul Brousse (AP-HP). Elle y mène une consultation infirmière dédiée à l’éducation thérapeutique, organise le parcours de soins et fait le lien entre l’hépatologue et le patient. Elle est un interlocuteur dédié et réactif pour ce dernier, qui bénéficie également de l’expertise qu’elle a acquise avec l’expérience. Elle participe ainsi pleinement à l’amélioration de la prise en charge des patients, de leur adhésion au traitement et de leur qualité de vie. Dans son métier, elle apprécie particulièrement la responsabilité et l’autonomie dont elle peut faire preuve, et souligne l’intérêt intellectuel qu’elle trouve à être au cœur de l’évolution constante des traitements et des techniques.
Louise est infirmière (IADE) de consultation d’hypno-relaxation au centre d’évaluation et de traitement de la douleur (CETD) à l’hôpital Saint-Antoine (AP-HP). Elle reçoit des patients en consultation une fois par semaine et intervient également en hospitalisation à la demande médicale du service, respectivement en collaboration avec les médecins du centre d’évaluation et de traitement de la douleur et de l’équipe mobile douleur et soins palliatifs. Elle est chargée de l’éducation du patient douloureux chronique à la prise en charge de sa douleur, via l’apprentissage de l’auto-hypnose. Pour les patients qui viennent en consultation au CETD, elle apporte une aide à l’amélioration de la qualité de vie familiale et socioprofessionnelle, et pour les patients hospitalisés en psychiatrie et MCO, elle éduque le patient à la diminution de l’intensité douloureuse et à la gestion du stress contribuant ainsi au meilleur vécu de l’hospitalisation.
Delphine est infirmière au centre de conseil aux voyageurs et de vaccinations internationales (Service de maladies infectieuses et tropicales, hôpital Avicenne, AP-HP) où elle assure une consultation infirmière pour l’information et la vaccination. 600 voyageurs y sont accueillis chaque année. Particularité du projet dans lequel elle est impliquée : il s’inscrit dans le programme hospitalier de recherche infirmière ministériel lancé en 2010« PHRI » et dans un protocole de coopération entre médecins et infirmières. Il vise donc une validation scientifique des compétences infirmières et pratiques avancées mises en œuvre, notamment les responsabilités de diagnostic et de prescription de l’antipaludique et des vaccins.
Nathalie est infirmière en recherche clinique dans le service d’hépatologie de l’hôpital Beaujon (AP-HP). Dans l’exercice de son métier, elle est amenée à créer et gérer des bases de données permettant le suivi des patients (atteints de carcinomes hépatocellulaires), participer à l’élaboration de recherches et d’articles médicaux ; suivre et mettre en place des protocoles de recherche. Elle suit également les patients et élabore, en collaboration avec l’infirmière coordinatrice, un plan de soin personnalisé. Son parcours professionnel lui permet de développer de front une triple connaissance : celle de la pathologie (expertise infirmière), de la méthodologie et des biostatistiques, et des législations de la recherche clinique, en bénéficiant de la renommée de l’institution.

>> Lire aussi :

- Les hôpitaux de l’AP-HP se mobilisent pour la journée internationale des infirmières
- Profession : Sage-femme à l’AP-HP

Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Mots-clés :
Hôpital