Accueil du site
> Santé & Maladies > Les Actus
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Jean-Michel Bissonnet : AVC ou tentative de suicide ?
Jean-Michel Bissonnet : AVC ou tentative de suicide ?
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
28 novembre 2011
Auteur de l'article
Henri de Miebenthal, 476 articles (Kinésithérapeute)

Henri de Miebenthal

Kinésithérapeute
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
476
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Jean-Michel Bissonnet : AVC ou tentative de suicide ?

Jean-Michel Bissonnet : AVC ou tentative de suicide ?

Jean-Michel Bissonnet, condamné le 24 novembre dernier à 20 ans de réclusion pour avoir commandité le meurtre de sa femme, a du être conduit à l’hôpital Gui de Chauliac, à Montpellier, le 27 novembre. Le parquet, qui n’exclut pas une tentative de suicide, précise qu’il a fait un malaise cardiaque dans sa cellule d’arrêt de Villeneuve-lès-Maguelone, dans l’Hérault. Selon les médecins, les jours du sexagénaire ne sont pas en danger. Il devrait sertir du CHU ce lundi.

Jean-Michel Bissonnet aurait-il tenté de mettre fin à ses jours ? Ce retraité aisé de 64 ans avait été condamné jeudi dernier à 20 ans de réclusion criminelle pour avoir commandité le meurtre de sa femme, abattue le 11 mars 2008 dans la villa du couple. Mais il avait aussitôt assuré à un de ses conseils, Jean-Marc Darrigade, qu’il « ne comptait pas faire un jour de plus en prison ». L’hypothèse du suicide était ainsi dans de nombreuse têtes dimanche dernier, lorsque Yves Micolet, procureur adjoint de la République de Montpellier, a annoncé qu’ « il a fait un malaise cardiaque entre 13h30 et 14h00 dans sa cellule ».

Monsieur Micolet ne croit pas à l’hypothèse du suicide, avancée prématurément, et précise que « Jean-Michel Bissonnet a été trouvé par ses gardiens alors qu’il n’arrivait plus à respirer et avait des douleurs à la poitrine. Les éléments tendent à penser qu’il a fait une alerte cardiaque ». Avant de reconnaître, il est vrai, que le condamné était « particulièrement surveillé en raison d’un risque suicide jugé élevé dans la mesure où il continue de clamer son innocence ».
 

Inscrivez-vous à la newsletter !
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté