Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Moustiques : 7 astuces pour ne pas être piqué cet été !
Moustiques : 7 astuces pour ne pas être piqué cet été !
note des lecteurs
date et réactions
29 juin 2009 | 4 commentaires
Auteur de l'article
La rédaction CareVox, 598 articles (Comité de rédaction)

La rédaction CareVox

Comité de rédaction
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
598
nombre de commentaires
0
nombre de votes
3

Moustiques : 7 astuces pour ne pas être piqué cet été !

Moustiques : 7 astuces pour ne pas être piqué cet été !

En France ou à l’étranger, ils sont souvent là et peuvent gâcher vos vacances… les moustiques ! Outre les désagréables démangeaisons, le moustique peut vous transmettre des maladies graves comme le paludisme, il est donc primordial de s’en protéger. Voici un récapitulatif de tous les moyens concrets pour se prémunir de cet insecte assoiffé de sang … A bien lire avant de partir en vacances !

1. Optez pour la tenue de combat

Sévissant principalement au lever et au coucher du soleil, il faut principalement se protéger pendant cette période-là. Le soir, portez donc des vêtements couvrants pour laisser le minimum de parties du corps exposées. Sortez en pantalons et manches longues de préférence. Le tissu doit être suffisamment épais car les piqûres sont possibles à travers les fibres des textiles légers. Vous pouvez également les imprégner d’insecticide avant de partir en voyage. Il existe des sprays répulsifs (perméthrine) disponibles en pharmacie que vous pouvez vaporiser au dessus de votre valise juste avant de partir. Le port de vêtements clairs est également préconisé car ils emmagasinent moins la chaleur que le noir par exemple ; ce qui peut les attirer en plus de la sueur.
 

2. Sécurisez l’endroit où vous allez dormir

Choisissez de préférence une chambre possédant des moustiquaires aux fenêtres ou bien équipée de la climatisation. Vérifier s’il n’y a pas de trous dans la tulle à votre arrivée car c’est le problème courant dans les hôtels. Si ce n’est pas possible d’avoir des protections aux fenêtres, évitez d’allumer la lumière de la chambre avec la fenêtre ouverte la nuit tombée, afin de ne pas attirer les insectes.
 
Vous pouvez également dans les zones à risques, transporter avec vous une moustiquaire. Pour que celle-ci soit la plus efficace possible, il faut qu’elle soit préalablement imprégnée d’un insecticide (deltaméthrine ou perméthrine, disponibles en pharmacie). A faire soi-même ou disponible prêt-à-l’emploi. N’oubliez pas de bien border la moustiquaire sous le matelas si elle n’arrive pas jusqu’au sol. La moustiquaire, disponible dans les magasins de voyage ou en pharmacie, est un des moyens de prévention les plus fiables et représentant le moins d’inconvénients pour les jeunes enfants ou les femmes enceintes.

3. Choisissez votre arme : les répulsifs recommandés 

Pour la peau, choisissez le bon répulsif, notamment un de ceux qui sont conseillés par les experts de l’AFSAAPS afin de garantir leur efficacité. Les substances actives de ces produits étant toxiques (DEET, IR3535, l’icaridine ou KBR3023 …), respectez bien les précautions d’usage. L’AFSAAPS recommande notamment de ne pas dépasser 3 applications par jour et d’éviter le contact du produit avec les yeux, les muqueuses ou d’éventuelles lésions cutanées. Appliquez le produit sur toute les parties du corps découvertes sans oublier le visage (en évitant les yeux bien entendu) et les pieds si vous avez des sandales. Renouvelez toutes les 2 à 5 heures en fonction de la chaleur, la transpiration, la pluie, ou les baignades éventuellement … Pour les enfants de moins de 2 ans, l’innocuité des ces répulsifs n’est pas encore établie. Il n’est donc pas conseillé d’en utiliser sur les jeunes enfants et de préférer l’utilisation d’une moustiquaire au dessus du berceau par exemple. En cas de doute, n’hésitez pas à demander conseil à votre médecin. Pour les enfants de moins de 12 ans, il est préconisé d’opter pour des produits moins concentrés en substance active (se reporter au document de l’AFSAAPS en bas) de même que pour les femmes enceintes (la substance active préconisée est l’IR3535). Tous ces produits sont commercialisés sous des marques connues comme Insect Ecran, Cinq sur Cinq, Repel Insect, Moustifluid, Mouskito, etc. en pharmacie.
PDF - 39 ko
Répulsifs conseillés par l’AFSSAPS

4. Réflexe de survie : Gardez toujours un répulsif sur vous

Sortez toujours avec votre répulsif anti-moustiques à portée de main. Que ce soit dans la journée, et plus encore le soir, on est jamais à l’abri de mauvaises surprises. Il arrive régulièrement d’être piqué lorsqu’on s’y attend le moins, il suffit par exemple de se promener dans une zone un peu sombre ou humide pour faire l’objet d’une attaque aussi rapide que massive ! Sans parler du coucher de soleil en amoureux au bord de la plage qui peut vite virer au cauchemar pour votre cher épiderme !

5. Evitez les situations à risque

Ne tentez pas le diable. En zone à risques, évitez les diners prolongés en plein air ou bivouaquer à la belle étoile sans moustiquaire ! Autour de votre maison, il est également fortement conseillé de débroussailler pour supprimer les zones de hautes herbes, ainsi que d’assécher les zones d’eau stagnantes où les larves de moustiques pourraient proliférer.

6. Ne comptez pas sur le hasard !

D’autres moyens de protection sont possibles mais ceux-ci ne sont pas particulièrement conseillés par les professionnels de santé soit parce qu’ils ne sont pas jugés suffisamment efficaces, soit parce qu’ils présentent certains désavantages. Les ultrasons, la citronnelle (durée de protection trop courte), les bracelets constituent davantage des gadgets que des solutions pour éviter de se faire piquer. A noter que les diffuseurs d’insecticides à utiliser dans une pièce fermée sont plutôt efficaces mais ont l’inconvénient d’être nuisible à la qualité de l’air.

7. Faîtes une frappe préventive si nécessaire

Le risque zéro n’existant pas, en particulier lorsqu’on parle de moustiques, il existe des traitements préventifs contre le paludisme disponibles uniquement sous ordonnance. Avant de partir en voyage, il est donc indispensable de consulter votre médecin traitant suffisamment à l’avance. II vous dira si votre lieu de destination est une zone endémique, et vous prescrira auquel cas, un traitement à prendre à l’avance et pendant la durée du séjour. Vous pouvez toutefois consulter sur le site de l’Institut Pasteur, les pays où il y a des risques de paludisme. Sur cette page également vous trouverez toutes les recommandations sanitaires ( vaccinations, risques, etc.) en fonction de votre destination.
La rédaction CareVox

POST-SCRIPTUM

Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Commentaires
10 votes
par joelim (IP:xxx.xx0.6.104) le 29 juin 2009 a 16H29
joelim (Visiteur)

Et la méthode de base, qui marche bien quand le nombre de moustiques est limité (curieusement il n’est pas rare qu’il n’y ait qu’un seul moustique par soir dans nos contrées tempérées) : la mort par écrasement. :->

Méthode 1 : attendre que le moustique se pose sur une surface plane (mur, plafond). Frapper avec un livre souple ou journal petit format. Il faut être suffisamment rapide donc le mieux est de préparer le mouvement du bras, un peu comme au golf... Et d’utiliser la souplesse de l’arme pour atterrir bien à plat (le moustique étant déjà en train de quitter la zone).

L’inconvénient est que parfois le moustique ne se pose pas sur une surface plane. Qui plus est, sur une surface foncée il n’est pas facile à détecter.

Méthode 2 : elle consiste à l’attraper d’un geste vif, en fermant la main au dernier moment, sans oublier de remuer les doigts afin de bien l’écraser.

Cette méthode marche très bien, sauf la nuit où les réflexes et la vision sont émoussés. La motivation de ne pas se faire piquer permet d’améliorer le taux de succès. Le mien est nettement supérieur à 75 %, le geste étant devenu presque instinctif, comme celui d’un chat (en attendant le meilleur moment pour agir). Voir çà comme un geste ludique ou de défi sportif peut également aider.

2 votes
par michel andretti (IP:xxx.xx6.202.86) le 5 août 2010 a 01H47
michel andretti (Visiteur)

Bonjour, j’ai lu avec surprise sur plusieurs sites des avis contraires sur les ultrasons anti moustiques...avant d’acheter un de ces appareils (pas très couteux mais tout de même) j’ai essayé ce site http://www.anti-moskitos.com/french ou l’on peut mettre en lecture directe la plupart des fréquences utilisés par ces appareils...à ma grande surprise la fréquence numéro 3 a été efficace chez moi..bizarrement selon les endroits ce n’est pas la même fréquence qui fonctionne...quelqu’un aurait t-il des infos a ce sujet ? ce serait bien de faire partager vos expériences à ce sujet, car j’aimerai bien acquérir un de ces appareil héhé car le site anti-moskitos nécessite que j’amène mon ordinateur dehors et il faut une connexion wifi donc pas très pratique en camping ....merci à tous

0 vote
par Brad (IP:xxx.xx7.19.153) le 11 avril 2011 a 21H13
Brad (Visiteur)

Moi, je fais une boule avec un T-shirt. Si le moustiqe est au plafond, je me mets sous le moustique et je projette avec les deux mains le T-shirt avec le maximum de punch sur le moustique. A tous les coup ça lui casse les ailes et les pattes, je le rate quasiment jamais. L’avantage de cette méthode est de ne pas faire une vilaine tache de sang au plafond. Sur une paroi, je projette le T-shirt avec une seule main avec beaucoup de punch. Méthode très efficace.

0 vote
par Docteur David Vincent (IP:xxx.xx9.86.37) le 10 septembre 2013 a 12H41
Docteur David Vincent, 74 articles (Médecin généraliste)

Cela réveillerait-il des pulsions meurtrières :)