Accueil du site
> Santé & Maladies > Les Actus
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Insuffisance veineuse : Prenez vos jambes en main !
 Insuffisance veineuse: Prenez vos jambes en main !
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
1er février 2012
Auteur de l'article
Bien-être et santé, 172 articles (Magazine Santé)

Bien-être et santé

Magazine Santé
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
172
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Insuffisance veineuse : Prenez vos jambes en main !

 Insuffisance veineuse: Prenez vos jambes en main !

Ne souffrez pas en silence ! La compression veineuse d’aujourd’hui est efficace et esthétique, et s’adresse aussi bien aux hommes qu’aux femmes.

Selon les paléontologues, l’insuffisance veineuse remonte à des millions d’années, quand l’Homme a adopté la position debout. Depuis, le sang doit lutter contre l’effet de la pesanteur pour remonter des membres vers le cœur où il se régénère. Contrairement aux artères, les veines ne sont pas constituées de fibres élastiques. Leurs parois étant bien plus minces et contenant moins de tissus musculaires, elles sont moins extensibles.

 

Clapets et parois

C’est essentiellement grâce à un système élaboré de valvules, situées sur la paroi interne des veines, que le retour veineux peut être assuré. Les valvules sont des sortes de clapets antireflux qui s’ouvrent pour laisser passer le sang quand la pression en aval est supérieure à la pression en amont, puis se ferment pour l’empêcher de redescendre. L’insuffisance veineuse est due à une détérioration de ces petits clapets et/ou à une perte de tonicité des parois veineuses. Les veines se dilatent peu à peu, le sang ne remonte plus correctement et stagne de plus en plus. Au début, les symptômes sont anodins et n’inquiètent pas : jambes lourdes, chevilles gonflées, tensions, fourmillements. Mais au fil des années, ils deviennent plus douloureux et difficiles à supporter. Des varicosités, petites lignes rouges ou violettes sous la peau de quelques millimètres à quelques centimètres, appelées aussi télangiectasies, ou bien des varices, plus inesthétiques encore, apparaissent. C’est trop souvent à ce stade ou pire, au stade des complications, que l’on réagit.

 

Facteurs multiples

Les trois grands facteurs d’insuffisance veineuse ne peuvent malheureusement pas être modifiés.

  • L’âge. Comme les autres organes, les veines vieillissent, se détériorent et le risque d’avoir des varices augmente.
  • Le sexe. Les femmes sont plus touchées (1 sur 2), mais les hommes ne sont pas épargnés (1 sur 4), mais l’aspect inesthétique les gêne moins.
  • L’hérédité. Quand les deux parents ont des varices, les enfants en souffrent à leur tour dans 90 % des cas ; avec un seul parent, le risque est de 45 %, mais de 60 % pour les filles.
  • D’autres facteurs, favorisants ou aggravants, varient avec le mode de vie et les événements qui jalonnent l’existence.
  • La sédentarité, une profession qui oblige à piétiner ou bien à rester longtemps debout ou assis(e) et dans une atmosphère chaude : coiffeur(se), serveur(se), vendeur(se), cuisinier(e), boulanger, hôtesse de l’air, steward…
  • Grossesses et ménopause. Pendant la grossesse, des facteurs mécaniques s’ajoutent aux changements hormonaux : compression des veines abdominales et pelviennes par l’utérus, augmentation du volume sanguin.
  • Les voyages de longue durée, surtout en avion. Rester assis(e) plus de 4 heures sur un siège étroit et les jambes sous le menton gêne le retour veineux ; viennent s’ajouter dépressurisation et sécheresse de l’air, causes de déshydratation qui influent sur la concentration du sang.
  • Certains sports pratiqués à un haut niveau. Ceux qui ébranlent la colonne veineuse (tennis, squash), provoquent des hyperpressions (haltérophilie, aviron), bloquent les articulations (ski alpin, équitation) ou sont trop statiques (tir, pétanque).
  • La chaleur. Elle provoque une dilatation des veines qui empêche les valvules de remplir leur rôle d’antireflux. De même que l’exposition prolongée au soleil et les bains chauds.
  • Le surpoids et l’obésité. Les kilos en trop pèsent sur le réseau veineux et n’arrangent rien en cas de prédisposition génétique.
  • Le tabagisme. Il affaiblit la tonicité des veines.
Cet article est extrait en exclusivité du magazine Bien-être & Santé - Tous droits réservés
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Santé & Maladies