Accueil du site
> Santé & Maladies > Les Actus
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Infections sexuelles : De l’humour pour sensibiliser durant l’été
Infections sexuelles : De l'humour pour sensibiliser durant l'été
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
5 juillet 2011 | 3 commentaires
Auteur de l'article
Henri de Miebenthal, 476 articles (Kinésithérapeute)

Henri de Miebenthal

Kinésithérapeute
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
476
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Infections sexuelles : De l’humour pour sensibiliser durant l’été

Infections sexuelles : De l'humour pour sensibiliser durant l'été

Les Infections Sexuellement Transmissibles (IST) touchent plusieurs milliers de personnes chaque année en France. Fort de ce constat, l’Institut national de prévention et d’éducation pour la santé (Inpes) profite du début de l’été pour lancer une nouvelle campagne sur Internet visant à encourager le dépistage chez les jeunes. Celle-ci se décline en une série de vidéos à la fois cyniques et originales.

Les chiffres concernant les IST ne sont pas bons. En un an les cas de gonococcie ont bondi de 52%. Le Sida ont persévéré, de même que les cas de chlamydia. Avec le soleil particulièrement torride de cette année, l’Inpes met ainsi les bouchées doubles pour s’adresser aux 15-30 ans dans le but de se protéger et de leur éviter les dangers des IST. Et on y va avec humour. Car cette campagne 2011 a le don d’épater. Plusieurs infections, à l’image de la syphilis, de l’hépatite B, du Gonocoque ou même de la chlamydia sont personnifiées par des êtres repoussants, aux faux airs des personnages du peintre Arcimboldo, qui prennent la parole. Et, telles des stars, elles sont interviewées par l’Inpes. On se croirait dans un spectacle de la comédie italienne. Siphilis, par exemple, est exténuée : « Je suis over busy. D'autant que maintenant, je m'attaque au marché gay. Y a beaucoup de choses à faire sur ce segment. Ah... J'adore les gays, leurs soirées sont tellement dingues..  ».

A leur tour, Chlamydia, Hépatite B et Gonocoque s’étalent sur leurs cibles de prédilection, leurs modes de contamination ou même les complications qu’elles entraînent. Concernant les maladies qu’ils provoquent, septicémie, stérilité, grossesses extra-utérines, cirrhoses ou même atteinte du cerveau, les personnages reconnaissent qu’ils n'ont plus de pouvoir d'action suite à des précautions et des traitements. Une vidéo, enfin, met en scène plusieurs jeunes, Franck, Sonia, David et les autres, courant dans l’herbe, à travers un décor bucolique, à la recherche de l’amour et poursuivis par les affreuses IST vedettes. Ces spots publicitaires seront diffusés sur le Net jusqu’au 23 juillet. Ils sont disponibles sur les réseaux sur les réseaux tels que Facebook, Youtube et Dailymotion. Pour plus d'informations sur les IST : info-ist.fr.
 


Interview de Syphilis par Inpes


Interview de Hépatite B par Inpes


Interview de Gonocoque par Inpes


Interview de Chlamydia par Inpes

Inscrivez-vous à la newsletter !
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Santé & Maladies
Commentaires
0 vote
par L.S. (IP:xxx.xx4.71.190) le 8 juillet 2011 a 11H22
L.S. (Visiteur)

On peut avoir cinquante ans et cumulé les fréquentations choisies et volontaires à la recherche d’amour et d’eau fraiche et jamais rencontré le moindre problème. La méthode, Ogino ! http://www.docteurclic.com/techniqu...

0 vote
(IP:xxx.xx7.171.70) le 8 juillet 2011 a 18H21
 (Visiteur)

Même pas rigolé. C’est triste, mal joué les costumes laids. Le discourt compliqué...

0 vote
par Molecule (IP:xxx.xx5.175.5) le 12 juillet 2011 a 01H14
Molecule (Visiteur)

J’en ai vu 2, horribles et très peu informatives ! Que retient on ?

* quelques descriptions des pathologies. * ils insistent sur le dépistage ! * Ils auraient pu mettre le Sida dans le tas !

Et le dépistage quand ? ... avant de s’engager sexuellement ou seulement en cas de soupçons ? Et pas un mot sur les techniques pratiques pour éviter des contagions :
- Fidélité pour les couples.
- Évitement du butinage sexuel pour les célibataires.
- Connaissance des moyens de protection, notamment les préservatifs qui sont mal utilisés dans 75% des cas, par exemple : latex attaqué par les pommades, synthétique parfois fragile, des emballages mal-fichu : pas d’indication claire pour le dessus, une couche aluminée souvent tranchante, pas de boîtes rigides proposée pour un transport en poche sûrs et discrets etc.
- Pour les célibataires masculins : éviter de vous masturber devant de la pornographie car ça peut poser quelques problèmes après déjà quelques semaines au moment où des opportunités féminines (pour les gays une certaine symétrie devrait aussi s’appliquer) se présentent (les symptômes disparaissent généralement après quelques semaines d’abstinence de pornographie) :
— Tendance à pointer son regard comme un laser pour percer les couches d’habits et mater ce qu’il y a dessous comme sur les sites XXX (les femmes sont expertes pour détecter ce genre de regards, même s’ils sont très rapides).
— L’amplitude d’excitation sensorielle nécessaire pour obtenir une érection augmente énormément à cause du matériel auquel on a été exposé et il est fort possible qu’une érection ne se présente qu’à la vue d’une vulve consentante, ce qui baisse la sécurité avec une partenaire que ne l’on connaît pas assez bien, en effet pour obtenir l’effet désiré, il s’agit d’une position proche d’un 69 ce qui implique que :
— 1 : à moins d’en avoir causé auparavant on court un risque élevé de subir une fellation non désirée.
— 2 : on court aussi le risque de rendre la pareille sans le vouloir vraiment.
— 3 : ensuite point non négligeable la majorité des femmes sont complètement nulles (mais alors vraiment nulles) pour mettre un préservatif, expérience personnelle, en général :
- > c’est la 1ère fois qu’elles en mettent un !!!!!!! Comme si elles étaient pas concernées, ça montre bien le niveau d déresponsabilisation !
- > elles les mettent à l’envers une fois sur deux ! Et bien oui, c’est du pile ou face, et comme il faut pas compter sur les fabricants pour faire des emballage ou le dessus se différencie clairement du dessous (écrit pour des crétins : dessus en gros avec des trucs en reliefs que ça puisse aussi se sentir).
- > très difficile d’expliquer comment faire, car suivant sur qui on tombe, pendant l’action ça coupe trop et en dehors c’est pas le moment, c’est pas intéressant et de toute façon c’est facile, mais la règle du 50% reste !
- > Et le plus beau pour la fin, si vous êtes très excité et que vous avez une goutte de liquide séminal au bout de la verge, comme elle n’est jamais sûr du sens elle va le poser à l’endroit, puis finalement à l’envers armé avec sa tête fécondatrice toute fraîche. Vous l’aurez remarqué les moyens de contraceptions font une sélection darwinienne de ceux qui ne savent pas les utiliser. Donc à terme à force de jouer avec des cons on le devient de plus en plus :-)

Conclusion les sites pornographiques on deux tendances opposées :
- prévention temporaire des maladies vénériennes en clouant les célibataires frustrés devant leur ordinateur.
- augmentation des risques par effet de rattrapages, copiage de pratique à risques, impuissance acquise, car l’érection molle est un facteur de risque : stress, dépendance de l’autre pour mettre le préservatif, risque de perte du préservatif pour cause d’érection molle.