Accueil du site
> Santé & Maladies > Les Actus
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Inde : Un nez électronique pour détecter la tuberculose
Inde : Un nez électronique pour détecter la tuberculose
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
8 novembre 2011
Auteur de l'article
Patrick Rollo, 495 articles (Rédacteur)

Patrick Rollo

Rédacteur
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
495
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Inde : Un nez électronique pour détecter la tuberculose

Inde : Un nez électronique pour détecter la tuberculose

Des chercheurs indiens ont annoncé le 7 novembre dernier être sur le point de proposer un "nez électronique" capable de détecter les cas de tuberculose dans le souffle du patient. La confection est entrée dans la dernière ligne droite, et un prototype de ce système, qui permettrait un diagnostic express, sera testé en 2013. Le nez devrait coûter moins de 25 euros.

La tuberculose est une maladie infectieuse transmissible et non immunisante. Elle est déclenchée par une mycobactérie correspondant à différents germes, dont principalement Mycobacterium tuberculosis (le bacille de Koch). Ce n’est que lorsque les poumons sont atteints que l’affection devient contagieuse, et 1,7 millions de personnes décèdent chaque année de la tuberculose à travers le monde. A l’heure actuelle les tests pour détecter ce fléau sont coûteux, et ce alors qu’il frappe essentiellement les pays du tiers monde. Pour lutter contre cette pandémie mondiale, il pourrait bientôt être question de « nez ».

Et cette innovation rappelle une expérience concluante qui avait déjà été révélée cet été en Allemagne, où des chiens, grâce à leur flair, ont été capables de déceler la présence chez les individus du cancer du poumon en raison d’une odeur propre à la maladie. En Inde, en revanche, il n’est pas question de reniflements de bergers allemands, mais d’un « E-nez », véritable nez électronique qui serait en passe de pouvoir diagnostiquer rapidement la tuberculose chez des personnes potentiellement atteintes. Et tout comme dans le cas des travaux menés par les chercheurs allemands, c’est dans l’halène des patients que la maladie serait détectée.

Ce nez électronique indien est actuellement développé par Ranjan Nanda, du Centre international d’ingénierie génétique et de biotechnologie de New Delhi, et ses collègues du groupe Next Dimension Technologies qui sont, eux, basés en Californie. Ranjan Nanda est enthousiaste : « Nous espérons, avec notre nez électronique, sauver chaque année plusieurs centaines de milliers de personnes touchées par la tuberculose ». L’appareil projeté marcherait avec une pile et ressemblerait aux éthylotests actuellement utilisés par la police pour détecter les traces d’alcool dans l’haleine des automobilistes. Son prix serait d’une vingtaine d’euros, voire légèrement moins.
 

Inscrivez-vous à la newsletter !
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Santé & Maladies