Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Identification du patient : une priorité de l’AP-HP
Identification du patient : une priorité de l'AP-HP
note des lecteurs
date et réactions
5 décembre 2011
Auteur de l'article
Le Webzine de l'AP-HP, 323 articles (AP-HP)

Le Webzine de l’AP-HP

AP-HP
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
323
nombre de commentaires
0
nombre de votes
20

Identification du patient : une priorité de l’AP-HP

Identification du patient : une priorité de l'AP-HP

Assurer la bonne identification des patients est indispensable pour garantir leur sécurité. Pour ce faire, de nouvelles procédures et de nouveaux outils, comme le bracelet d’identité, seront bientôt déployés sur l’ensemble des sites de l’institution.

Pratiquer une intervention à la place d’une autre, délivrer le mauvais médicament : c’est pour éviter de telles erreurs, certes rares, mais parfois dramatiques, que tous les professionnels de santé doivent, encore et toujours, vérifier l’identité du patient. L’identification fiable et unique du patient est ainsi l’un des objectifs prioritaires du manuel de certification V2010. Un document élaboré par la Haute Autorité de santé (HAS), et auquel les hôpitaux doivent se conformer, dans le cadre de leur démarche qualité.

L’AP-HP s’est engagée, dès 2007, dans une démarche de sécurisation de l’identification du patient. « Assurer le bon soin au bon patient est une priorité, rappelle le Pr André Lienhart, président de la Commission Vigilances risques médicaux de l’AP-HP. C’est l’affaire de tous, des personnels administratifs aux médecins, en passant par les infirmiers et les brancardiers. »

Deux procédures vont donc être généralisées à l’ensemble des sites de l’AP-HP. Désormais, avant tout acte de soin, chaque professionnel devra faire décliner au patient ses nom, prénom et date de naissance. Les patients se verront également proposer le port de bracelets d’identité, précisant ces mêmes données ainsi qu’un numéro d’identification qui leur est propre. « Il est important que les professionnels expliquent aux patients la raison d’être de telles pratiques, souligne le Pr Lienhart. D’autant plus que ceux-ci sont amenés à devenir acteurs du soin, à participer, en déclinant leur identité et en vérifiant les informations. » Plusieurs sites ont déjà mis en œuvre ces nouvelles pratiques. Exemple avec les hôpitaux Bichat-Claude Bernard (AP-HP) et Emile-Roux (AP-HP).

Exemple au sein des hôpitaux universitaires Paris Nord Val de Seine de l’AP-HP (HUPNVS) : Le bracelet, pour tous !

83 %. C’est le taux de patients portant un bracelet à l’hôpital Bichat-Claude-Bernard, selon une étude menée en 2010. Il faut dire que la pose de bracelet n’est pas nouvelle dans cet établissement de soins, qui a institué cette démarche dès 2001. Une charte, rédigée en 2005, souligne que cet outil est « une barrière de sécurité indispensable, et est posé à tous les patients hospitalisés, avec leur consentement, de leur entrée jusqu’à leur sortie », explique Razije Mustafic, gestionnaire de risques à Bichat-Claude-Bernard. L’autre outil de vérification de l’identité – demander au patient de décliner ses nom, prénom et date de naissance – est institué par une procédure rédigée en janvier 2010.

Bichat-Claude-Bernard est donc apparu comme le précurseur d’une politique de sécurisation de l’identification, que le groupement hospitalier a décidé de généraliser à tous ses sites en février 2011. Quatre mois plus tard, l’ensemble des Hôpitaux universitaires Paris Nord Val de Seine (Bretonneau, Charles-Richet, Beaujon, Louis-Mourier et Bichat-Claude-Bernard) appliquait ces nouvelles pratiques. Et, en septembre, une cellule d’identito-vigilance unique était mise en place. Tout est donc mis en œuvre pour que chacun des quelque 931 000 patients accueillis chaque année au sein du groupe hospitalier reçoive bien les soins dont il a besoin.

Exemple à Emile-Roux (AP-HP) : Garantir la bonne identité aux patients hospitalisés

Disposant de 904 lits et 32 places d’hospitalisation de jour, l’hôpital Émile-Roux prévient et prend en charge toutes les pathologies du vieillissement, avec une activité de soins de suite et réadaptation de la personne âgée pluripathologique (397 lits), et une unité de soins de longue durée accueillant des patients présentant une ou plusieurs pathologies chroniques instables (446 lits). Dans ce contexte les équipes soignantes sont de plus en plus confrontées à des patients qui ne peuvent décliner lors leur identité (perte de conscience, démence, désorientation ou méconnaissance de la langue). Le processus d’identification du patient tout au long de son séjour est fondamental et prioritaire pour la sécurisation et la continuité des soins. Jusqu’en 2008, seule l’identification pour les patients à risque de fugue avérée et incapables de décliner leur identité était obligatoire par l’application d’une procédure.

En 2009, la direction des soins et la direction de la qualité ont mené une réflexion pour s’assurer de délivrer le « bon soin au bon patient » tout au long de la prise en charge. Un groupe de soignants, de représentants des usagers et des familles a étudié la faisabilité de généralisation du port du bracelet à tous les patients hospitalisés dans l’hôpital. Après recherche d’un bracelet adapté une procédure, une charte éthique et une affiche d’informations pour les personnels, les patients et les familles ont été réalisées. En 2010, afin de vérifier la conformité d’utilisation du bracelet d’identification et la satisfaction des soignants sur le modèle du bracelet un audit a été réalisé par la direction des soins et la direction de la qualité. Les résultats ont démontré l’intérêt porté par les soignants à cette problématique de sécurisation des soins liée à la bonne identification du patient.

Dans le cadre de la semaine de la sécurité des patients, l’AP-HP a souhaité mettre l’accent, avec transparence, sur le fonctionnement de ses blocs et les actions qu’elle mène au quotidien pour assurer qualité de prise en charge et sécurité des patients.
>>> Voir le dossier de presse réalisé à l’occasion du point presse tenu le 24 novembre 2011 à la Pitié Salpêtrière – Fenêtres sur les blocs opératoires de l’AP-HP. Plus de qualité, de sécurité et de transparence au service des patients : la démarche d’excellence initiée à l’AP-HP.
Cécile Couturier
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté