Accueil du site
> Dossiers > Prendre soin de sa peau
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Hypertranspiration et problèmes de peau
Hypertranspiration et problèmes de peau
note des lecteurs
date et réactions
23 juillet 2009
Auteur de l'article
Philippe Desnos, 11 articles (Angiologue)

Philippe Desnos

Angiologue
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
11
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Hypertranspiration et problèmes de peau

Hypertranspiration et problèmes de peau

La transpiration excessive provoque une humidité constante de la peau. On peut en penser que les gens souffrants d’hyperhidrose sont plus vulnérables aux infections cutanées. Une récente étude le prouve. Trente pour cent des personnes souffrant d’hyperhidrose développent des infections cutanées, alors que seulement douze pour cent des personnes qui n’ont pas d’hyperhidrose en ont. Cette étude révèle aussi quelques détails sur la manière dont l’hyperhidrose affecte le corps et l’esprit.

JPEG - 8 ko
Hypertranspiration et problèmes de peau

Les conséquences psychologiques et sociales de l’hyperhidrose représentent une dimension importante dans la vie des personnes souffrant de transpiration excessive.

 
Il est également important de connaître les effets secondaires dus à l’ hyperhidrose, comme cela a été fait dans une étude récente qui étudie l’impact de la transpiration excessive sur la peau.
Récemment publiée dans le journal de l’académie américaine de dermatologie : "l’hyperhidrose primaire augmente le risque d’infection cutanée : une étude cas témoins de 387 patients ", conclut que les personnes ayant une transpiration excessive sont plus susceptibles de développer des infections cutanées que celles qui n’en ont pas. Cette recherche a été dirigée par le professeur H. Walling et comprenait une équipe de chercheurs de l’université de " l’Iowa Department of Dermatology".
 
L’équipe a examiné les dossiers médicaux de leurs patients atteints d’hyperhidrose afin d’évaluer les infections de la peau qui coexistent dans les zones de la peau qui étaient touchées par l’hyperhidrose. Ils ont comparé ces résultats à leurs patients sans hyperhidrose, qui avaient été diagnostiqués avec une infection de la peau de la même zone du corps. Ils en ont conclu que le risque global de développer une infection de la peau causée par des bactéries, des champignons ou des virus est significativement plus élevé pour les patients atteints d’hyperhidrose primaire que pour ceux qui n’en ont pas (30 % des patients atteints d’hyperhidrose ont développé une infection de la peau contre 12 %.
 
Les infections fongiques, en particulier, ont été plus fréquentes chez les patients atteints d’hyperhidrose que dans la population générale. Les infections de la peau les plus fréquentes chez les patients souffrants d’hyperhidrose sont les infections bactériennes comme la folliculite, les infections fongiques comme le pied d’athlète et les infections virales comme les verrues. Les patients qui ont une hyperhidrose ont également un risque accru de développer une dermatite atopique ou eczémateuse. L’étude de la population de patients a aussi montré des résultats intéressants.
 
La majorité est composée de femmes (58,9 % de femmes contre 41,1 % d’hommes). Plus de la moitié des patients (53,4 %) a une hyperhidrose dans une seule zone du corps, les autres patients (46,6 %) sont touchés sur plusieurs sites. Les sites les plus fréquemment touchés par la transpiration excessive sont la plante des pieds (50,1 %), suivie par la paume des mains (45,2 %) et les aisselles (43,4 %). Les autres régions touchées comprennent le visage, le cuir chevelu, l’haine, et le thorax, certains se plaignaient d’une hyperhidrose de tout le corps.
 
Une partie des participants à cette étude ont détaillé les facteurs qui ont aggravé leur hyperhidrose, ils citent le plus souvent le stress, l’émotion, l’anxiété, ou des situations sociales (56,7 %). D’autres patients ont noté que la chaleur ou l’humidité aggravait leur état (22 %), les autres n’avaient pas de facteur aggravant (15,3 %).
 
Cette étude met aussi en lumière un point intéressant, mais aussi inquiétant concernant le nombre d’années qu’on mit les patients atteints d’hyperhidrose avant de consulter un dermatologue. En effet le temps d’attente entre l’apparition des symptômes et une consultation est de neuf ans. Ce nombre est extrêmement élevé et il confirme une chose que nous savons déjà sur l’hyperhidrose : c’est une maladie qui suscite la honte et qui oblige les personnes qui en sont atteintes à la cacher plutôt qu’à demander de l’aide pour lutter contre celle-ci.
 
L’étude du Professeur Walling, souligne " qu’il est important que les patients sachent que la recherche d’un traitement contre l’hyperhidrose aura non seulement un impact positif sur leur qualité de vie, mais qu’elle aidera aussi à prévenir l’apparition les infections cutanées ainsi que leurs complications associées ".
Docteur Philippe Desnos, angiologue
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté