Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Hôpitaux universitaires Est-Parisien : un programme de chirurgie du côlon en 3 jours
Hôpitaux universitaires Est-Parisien : un programme de chirurgie du côlon en 3 jours
note des lecteurs
date et réactions
18 décembre 2013
Auteur de l'article
Le Webzine de l'AP-HP, 323 articles (AP-HP)

Le Webzine de l’AP-HP

AP-HP
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
323
nombre de commentaires
0
nombre de votes
20

Hôpitaux universitaires Est-Parisien : un programme de chirurgie du côlon en 3 jours

Hôpitaux universitaires Est-Parisien : un programme de chirurgie du côlon en 3 jours
Le temps d’hospitalisation habituel après une chirurgie du côlon est en moyenne de 8 jours. Le Pr Yann Parc et le Dr Gutton ont lancé récemment un programme de chirurgie du côlon en 3 jours dans le service de chirurgie générale et digestive du Pr Emmanuel Tiret. Retour avec le Pr Parc sur cette nouvelle prise en charge au sein des Hôpitaux universitaires de l’Est-Parisien (AP-HP).
 
Quel type de patient peut bénéficier du programme de chirurgie du côlon en 3 jours ?
Ce programme cible essentiellement des patients présentant une pathologie colique : principalement des cancers du côlon, mais aussi quelques patients avec une maladie inflammatoire
du tube digestif et plus rarement les quelques patients que nous opérons des complications d’une diverticulose colique. Ce programme n’inclut pas les patients ayant un cancer du rectum. En effet, pour ces patients la procédure chirurgicale nécessite le plus souvent la réalisation d’une stomietemporaire qui requiert une éducation spécifique qui ne peut s’acquérir en 3 jours.
 
De quelle manière ce programme s’intègre-t-il dans la prise en charge du patient ?
Dès leur première consultation, les patients relevant de ce programme se voient proposer d’être hospitalisés dans l’unité dédiée à cette prise en charge. Il est important de discuter de cela dès la consultation, car les patients peuvent exprimer une certaine inquiétude à l’idée de rentrer vite chez eux. Ils peuvent avoir l’impression que rester plus longtemps à l’hôpital est un gage de meilleure prise en charge, ce qui n’est souvent pas le cas. Pour lutter contre cet à priori, le programme commence par une phase d’éducation. Une fois le jour de l’intervention décidé, l’infirmière explique le protocole au patient pour qu’il sache exactement comment sa prise en charge va se dérouler avant, pendant et après l’intervention.
 
Quels sont les avantages pour le patient ?
Ce programme inclut des actes médicaux et paramédicaux qui permettent d’accélérer la reprise du transit intestinal et d’améliorer la prise en charge de la douleur afin d’envisager une sortie dès le 3ème jour. Il est évident que si le moindre problème devait survenir, le patient restera hospitalisé. Il n’y a donc pas de risque particulier. Les avantages sont surtout liés au fait qu’une hospitalisation plus courte réduit le risque de contracter une infection nosocomiale. Enfin, on peut espérer un moindre retentissement psychologique de l’hospitalisation.
 
Quelles difficultés pouvez-vous rencontrer ?
En cas de cancer, nous n’aurons pas encore à la sortie du patient le résultat de l’examen anatomopathologique qui permet de déterminer si l’intervention doit être suivie d’un traitement adjuvant tel qu’une chimiothérapie. Toutefois, cette situation aura été clairement expliquée au patient avant sa sortie, et dès l’obtention du résultat et dès que son dossier aura été discuté en réunion de concertation pluridisciplinaire (RCP), il sera contacté par son chirurgien qui l’informera des propositions retenues. Si un traitement complémentaire devait être indiqué, l’infirmière de coordination prendra contact avec lui pour organiser la prise en charge : rendez-vous avec l’oncologue, pose de chambre implantable enambulatoire, l’imagerie… Cela permet de coordonner au mieux les prochains rendez-vous.
 
Quel est le suivi après le retour à la maison ?
Il y a un appel téléphonique systématique le septième jour après l’intervention. Le patient disposera par ailleurs à sa sortie des numéros lui permettant d’appeler jour et nuit le service de chirurgie en cas de problème.
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté