Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Grippe A : quel bilan un an après ?
Grippe A : quel bilan un an après ?
note des lecteurs
date et réactions
27 mai 2010
Auteur de l'article
Loreline Robbe, 61 articles (Rédacteur)

Loreline Robbe

Rédacteur
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
61
nombre de commentaires
0
nombre de votes
40

Grippe A : quel bilan un an après ?

Grippe A : quel bilan un an après ?

Le premier cas de grippe A a été détecté il y a maintenant un peu plus d’un an : une fillette de 9 ans est revenue du Mexique infectée par le virus H1N1 et a été hospitalisée dans un hôpital parisien. S’en est suivi un tapage médiatique de grande ampleur visant à promouvoir la vaccination auprès du grand public (d’abord les jeunes enfants et les femmes enceintes, puis l’ensemble de la population a été visée). Or seuls 7 millions d’individus se sont effectivement fait vaccinés, soit un peu plus de 10% de la population. L’état a donc dû annuler sa commande de 50 millions de vaccins surnuméraires pour un coût de 48 millions d’euros.

En effet, alors que l’on s’attendait à une véritable pandémie, le nombre de victimes n’a pas excéder 312 en France métropolitaine (17700 dans le monde), dont une cinquantaine sans facteurs de risque, sur les 10 millions des personnes qui ont été en contact avec le virus. Alors que les dépenses du ministère de la santédans cette affaire s’élèverait à plusieurs milliards d’euros (qui ont servis essentiellement à financer les masques, les antiviraux et la plus grande campagne de vaccination qu’on n’ait encore vue en France), deux commissions d’enquête parlementaires (ici, ici, ici, ici et ) ont été crées, afin de juger de la « légitimité » de ces frais. Celle de l’Assemblée Nationale a auditionné il y a quelques jours les dirigeants des principaux laboratoires pharmaceutiques afin de déterminer le rôle qu’ils ont joué lors de la commande de vaccins par le ministère de la santé.

 

Il sera assurément difficile de dénouer le vrai du faux, c’est-à-dire l’équilibre fragile entre le fameux principe de précaution : « mieux vaut prévenir que guérir » qui a dû bien évidemment intervenir dans la prise de décision du ministère de la santé et les intérêts commerciaux des grands groupes pharmaceutiques qui ont pu également jouer un rôle dans l’affaire et accentuer notablement la polémique.

Loreline Robbe Sciences et ...

SOURCES

  • Articles ici, ici, ici, ici et là. Vidéo ici. Grippe A ici, ici, ici et . Commission d'enquête au Sénat, cliquer ici pour plus d'infos sur les dates...
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté