Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Grippe A/H1N1 : le point avec un spécialiste
Grippe A/H1N1 : le point avec un spécialiste
note des lecteurs
date et réactions
11 février 2010 | 4 commentaires
Auteur de l'article
LC, 33 articles (Equipe de Rédaction)

LC

Equipe de Rédaction
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
33
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Grippe A/H1N1 : le point avec un spécialiste

Grippe A/H1N1 : le point avec un spécialiste

Le virus de la grippe A/H1N1 a tué en France 291 personnes depuis le début de l’épidémie. Selon l’InVS on note une diminution de la circulation du virus. Daniel Floret professeur au CHU de Lyon, et chef de service au département urgence et réanimation pédiatriques, est plusieurs fois intervenu sur le sujet au plus fort de la crise. Il répond aux questions de la rédaction Carevox.


La polémique : camouflet, gabegie financière ? Et si c’était à refaire ?

Carevox : Les eurodéputés (avec en chef de file Michèle Rivasi élue Europe Ecologie) demandent une commission d'enquête. L'OMS est accusée d'avoir fait souffler un vent de panique. L'épidémiologiste allemand Wolfgang Wodarg s'est indigné des recettes de l'industrie pharmaceutique. Keiji Fuduka, représentant de l'OMS répond que la pandémie a été formellement établie et que le virus est présent dans le monde entier.
La polémique est-elle justifiée, ou selon le principe de précaution, elle n'a pas lieu d’être ?

Daniel Floret : Je crois qu'il faut se rappeler de l'historique, à savoir qu'à partir de 2003, les états se sont préparés à faire face à une pandémie grippale. Il s'agissait alors de la grippe A(H5N1) avec une mortalité de 60% et la peur était de ne pas avoir suffisamment de vaccins pour enrayer cette pandémie et protéger sa population. Dès cette période, les états ont pris des contacts avec les firmes pour obtenir l'assurance qu'ils auraient bien des vaccins lorsque cela arrivera. Lorsque la pandémie a démarré au Mexique, les premières nouvelles étaient plutôt inquiétantes, même si le virus n'était pas H5N1. La seule manière de prévoir ce qui pourrait se passer était de se référer aux précédentes pandémies, avec là encore plutôt des sujets d'inquiétude si on se rapporte à la pandémie de 1918 (probablement 50 millions de morts) voire de 1958. Heureusement, cela ne s'est pas passé comme cela mais il était difficile de le prévoir, en se rappelant qu'habituellement les pandémies évoluent en plusieurs vagues, qu' en 1918, c'est la 2° vague qui a tué et qu'une mutation du virus peut (encore d'ailleurs) survenir à tout moment. Il est plus facile d'écrire l'histoire après que d'essayer de prévoir l'imprévisible (et on peut dire que le virus de la grippe est imprévisible).

C : Y a-t-il eu pandémie ?
DF : On peut toujours discuter de la définition mais il y a bien eu apparition d'un nouveau virus qui s'est rapidement répandu et a touché beaucoup de sujets et ce dans le monde entier, même si la mortalité n'a pas été ce que l'on pouvait craindre.

C : Les firmes ont-elles engrangé des sommes considérables ?
DF : Je n'en sais rien. Il ne faut pas oublier qu'elles ont été sollicitées pour être capables de fournir des vaccins pour le monde, qu'elles l'ont fait, ce qui, je suppose, a nécessité quelques investissements. Ont-ils été largement rentabilisés ? Là encore, je n'en sais rien. Il me semble en tout cas difficile de leur reprocher de vendre les vaccins qu'on leur a demandé de fabriquer.

C : Si c'était à refaire ?

DF : Ne nous faisons pas d'illusion, ce sera le cas car nous sommes très fragiles vis à vis de l'émergence de maladies infectieuses. Il faudra sérieusement analyser ce qui s'est passé pour voir ce qui a marché et ce qui n'a pas marché. Mais sur le principe, on fera la même chose, en espérant qu'on tirera les enseignements de cette affaire pour le faire différemment.

Vaccin grippe A et méfiance :

C : Comment jugez-vous la réticence des Français au vaccin de la grippe A ? Comment expliquez-vous cette atmosphère de méfiance ?
DF : D'une manière globale, et c'est une séquelle des polémiques antérieures (sang contaminé...) le public se méfie des interventions publiques en matière de santé. Les médias n'arrangent rien et je dirais même, ont tout fait pour attiser cette méfiance. En outre, on peut comprendre que les évènements ont pu entretenir les doutes : annonce de la pandémie, alors qu'en France on ne voyait rien venir (nous n'avons pas eu la 1° vague observée en Angleterre, en Espagne ou aux USA), annonce d'une menace sanitaire grave alors que finalement cette grippe s'avère moins méchante que prévue (ce qui était là encore peu prévisible),controverses sur les vaccins que l'on dit avoir été préparés à la hâte, discussion sur les doses (l'excellente réponse immunitaire après la 1° dose a été une surprise qui ne pouvait être anticipée), mise en cause de l'expertise. Comment ne pas faire douter la population ?


C : Concernant les vaccins, quelles sont les suites de cette affaire ?
DF : Pour ce qui concerne la sécurité des vaccins, comme cela avait été annoncé, il existe un suivi très strict au niveau européen et au niveau national. Il y a bien entendu des effets secondaires. La plupart sont tout à fait bénins. Des évènements graves ont été signalés chez des sujets vaccinés pour lesquels des études sont en cours pour déterminer ce qui est imputable ou non à la vaccination. A l'heure actuelle, il n'y a pas de signal inquiétant, en particulier, le nombre de syndrome de Guillain Barré notifiés est nettement inférieur à ce qui était attendu, compte tenu de l'incidence normale de la maladie.


C : Y a-t-il des réactions aux vaccins à attendre dans les années à venir ? Et y-a-t-il eu des cas où le vaccin a été nuisible à la santé ?
DF : Je ne vois pas bien quel type d'effets secondaires pourraient apparaître dans les années à venir. Des effets secondaires graves liés au vaccin par le passé ? C'est indiscutable : certains vaccins ont entrainé des réactions graves (par exemple le vaccin antivariolique pouvait entrainer des encéphalites). Les vaccins actuels sont sûrs, même s'ils peuvent ponctuellement entraîner des effets secondaires graves chez des individus, mais de manière très rare.

La grippe A est-elle définitivement partie ?


C : La grippe A sera-t-elle encore présente cette année, l'hiver prochain ?
DF : On ne peut dire que la grippe A soit finie. Actuellement, compte tenu du nombre de personnes qui sont immunisées (qui ont déjà eu la grippe, y compris sans symptômes, de celles qui ont été vaccinées et de celles -ce que nous comprenons mal actuellement- qui étaient protégées préalablement), la probabilité pour que survienne une seconde vague dans les semaines ou mois qui viennent est faible. Par contre, le virus continue à circuler (10% des prélèvements réalisés par les médecins des GROG sont actuellement positifs pour la grippe A) et va certainement continuer à circuler à bas bruit. En outre, il est quasi certain que le virus réapparaîtra la saison prochaine en tant que "virus saisonnier".

C : On a souvent entendu que l'on ne pouvait différencier grippe A et grippe saisonnière : est-ce vrai ? Si non quelles sont les différences, leurs propres symptômes.
DF : On ne peut pas en effet faire cliniquement la différence entre la grippe A et la grippe saisonnière, ce qui n'est pas un problème puisque les réseaux de surveillance (qui font des prélèvements) montrent qu'actuellement il n'y a pas de circulation des virus saisonniers ( et il n'y en a pas eu dans les mois précédents). On ne peut pas être certain que cela ne surviendra pas (virus H3N2 ou surtout virus B) mais si c'est le cas, les systèmes de surveillance pourront le détecter. Quoiqu'il en soit, pour un individu donné, il ne sera pas possible de faire la différence sans prélèvement.

Les pandémies du futur


C : Dans un futur proche et lointain, quelles seront les nouvelles pandémies ?
DF : Difficile de jouer les prophètes. Comme dit plus haut, nous sommes exposés à ce genre de problèmes. Il y a eu récemment le SRAS, avec un nouveau virus qui est apparu, s'est répandu puis a disparu sans que l'on sache vraiment pourquoi. Ceci peut se reproduire n'importe quand. Il y a dans le monde des virus comme les virus des fièvres hémorragiques (Lassa, Ebola) qui sont responsables d'épidémies localisées mais qui pourraient aussi se répandre. Le virus H5N1 est toujours là et pourrait nous créer de gros soucis s'il devenait facilement transmissible à l'homme. Ne pas oublier les bactéries : certains avaient prédit que la prochaine pandémie serait due au BK multi résistant...Bref, impossible de prédire à quoi sera due la prochaine pandémie mais se persuader que cela arrivera, que la prochaine fois nous n'aurons peut être pas autant de chance que cette fois ci et de ce fait, tirer tous les enseignements de ce qui vient de se passer.
 

L.C Journaliste pour CareVox
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Polémiques & Débats
Commentaires
0 vote
(IP:xxx.xx6.123.53) le 13 février 2010 a 08H25
 (Visiteur)

Je ne fais plus confiance aux spécialistes

0 vote
par LC (IP:xxx.xx5.24.123) le 16 février 2010 a 14H33
LC (Visiteur)

Votre réaction m’intéresse. Pourriez-vous nous dire pourquoi ? LC

0 vote
(IP:xxx.xx6.47.44) le 17 février 2010 a 09H38
 (Visiteur)

Vous savez bien que les avis sur la grippe a et sur la vaccination en general sont partagés,les médias officiels privelegient toujours certains spécialistes et en écartent d’autres .Ceux qui sont en haut de l’affiche ont comme par hasard un pied dans les industries pharmaceutiques.Les campagnes de vaccination ressemblent à des campagnes publicitaires ’celui qui ne l’a pas remarqué en 2009 est vraiement aveugle:pub à la télé, la carte rouge ,reportages toujours dans le meme sens, Je me rapelle meme d’un "débat" sur la 3 où tous les invités étaient pour et ont débatu pendant 2 heures.Et un seul livre exposé dans toutes les maisons de presse,on ne pouvait pas le louper, celui du prof Lina,quel budget publicitaire ! Avez vous vu un seul débat sérieux sur la vaccination ? ou il seraient invités des associations des victimes(Revab p ex) ? pourquoi on ne donne pas la parole à ceux qui parlent des effets néfastes du mercure ? cannaissez vous les" études"faites par les "specialistes"sur Gardasil que les medecins reunionnais ont été obligé de decortiquer pour re-informer leurs pacients ?Connaissez vous vraiement les chiffres des effets secondaires de Pandemix p ex ? Meme les chiffres officiels font déja froid dans le dos,sans parler de ceux qu’on veut pas reconnaitre. n’ecoutez pas trop des experts officiels, pour commencer je vous conseille le site Pharmacritique, celui du dr Girard,Revab,et il y en a tant d’autres qui n’ont rien à voir avec les sectes (c’est une stratégie pour ridiculiser ceux qui osent toucher à ce sujet tabou des vaccins

0 vote
(IP:xxx.xx9.32.90) le 18 février 2010 a 08H15
 (Visiteur)

à lire un excellent article sur les experts et la pharmacovigilance

http://www.rolandsimion.org/spip.ph...