Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Gérer la douleur dans la polyarthrite rhumatoïde
Gérer la douleur dans la polyarthrite rhumatoïde
note des lecteurs
date et réactions
1er février 2011
Auteur de l'article
AFVD, 4 articles (Lutter contre la douleur)

AFVD

Lutter contre la douleur
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
4
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Gérer la douleur dans la polyarthrite rhumatoïde

Gérer la douleur dans la polyarthrite rhumatoïde

La polyarthrite rhumatoïde (PR) est un rhumatisme inflammatoire chronique qui se caractérise par une sécrétion anormale du liquide qui entoure l’articulation, provoquant une inflammation et pouvant entraîner la destruction du cartilage, de l’os, ou des tendons voisins de l’articulation.
Les principales conséquences de la PR sont une intense douleur et une gêne fonctionnelle pouvant évoluer vers un handicap.

La douleur, au-delà du ressenti subjectif, a de nombreuses conséquences, notamment sur l’humeur du malade. Elle favorise l’isolement, la révolte par rapport à l’injustice subie, l’amertume et la déception. Si elle n’est pas soulagée, elle peut conduire à de la résignation, de l’angoisse et de la dépression.

La douleur dans la polyarthrite rhumatoïde

Elle peut avoir deux origines :
- la douleur mécanique, liée à l'utilisation des articulations. Elle est souvent la conséquence des destructions et des déformations articulaires. On peut identifier cette douleur car le dérouillage matinal est court ou absent et elle est souvent calmée par le repos et les antalgiques.
- la douleur inflammatoire liée à l'activité de la maladie. Elle provoque des réveils nocturnes et ne s'apaise pas au repos.
Pour traiter la douleur, il est d'abord nécessaire de l'identifier.
La prise en charge médicale et le suivi relève du spécialiste : le rhumatologue.

La prise en charge de la douleur :

- En discuter avec son médecin qui pourra prescrire des médicaments : antalgiques ou anti-inflammatoires à prendre en fonction du type de douleur (mécanique ou inflammatoire).
- Anticiper : il faut prendre des antalgiques avant d’avoir mal et ne pas laisser la douleur s’installer.
- Avoir un traitement efficace pour la PR : le premier but des traitements de la PR, en s’attaquant aux mécanismes de la maladie (pour réduire l'inflammation des articulations), est de traiter la douleur. On pense parfois que la douleur qu’on affronte depuis si longtemps est une fatalité et il est touchant d’entendre certains patients raconter qu’ils ont découvert qu’ils pouvaient aller beaucoup mieux, simplement en ayant un traitement plus adapté.
- Ne pas penser que l’on s’habituera à la douleur. En effet, c’est l’inverse : le corps garde le souvenir de la douleur et si la douleur se répète, on l’appréhende avec anxiété.
- Mettre l'articulation douloureuse au repos.
- Essayer, quand c’est possible, d’adapter son mode de vie, d’organiser ses activités professionnelles et quotidiennes sans stress car il peut déclencher des poussées inflammatoires.
- Repérer ce qui aide à mieux contrôler la douleur : on conseille souvent d’essayer de fixer son attention sur des choses agréables qui permettent de se relaxer (écouter de la musique, pratiquer des techniques de relaxation, etc.) mais parfois, pour certains patients, c’est le contraire, c’est de penser à des choses éprouvantes qui leur permet de relativiser.
- Pratiquer une technique "bien-être" comme le Tai-chi.


L'Association Française des Polyarthritiques et des rhumatismes inflammatoires chroniques regroupe des milliers de patients atteints de rhumatismes inflammatoires chroniques, et en particulier de polyarthrite rhumatoïde. Ses objectifs sont d'aider à mieux vivre avec cette maladie chronique, représenter et défendre les intérêts des patients et de promouvoir la recherche.

Pour en savoir plus : www.polyarthrite.org
 

POST-SCRIPTUM

SOURCES


Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Mots-clés :
Douleur Polyarthrite