Accueil du site
> Santé & Maladies > Les Actus
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Espagne : Manifestation gigantesque pour défendre la santé publique
Espagne : Manifestation gigantesque pour défendre la santé publique
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
18 février 2013
Auteur de l'article
Patrick Rollo, 495 articles (Rédacteur)

Patrick Rollo

Rédacteur
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
495
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Espagne : Manifestation gigantesque pour défendre la santé publique

Espagne : Manifestation gigantesque pour défendre la santé publique

Plusieurs milliers de personnes, parmi lesquelles de nombreux médecins et infirmières en blouse blanche, sont descendus dans les rues de 16 villes d’Espagne, le 17 février dernier, pour protester contre la politique de privatisation de la santé publique, menée par le gouvernement conservateur de Mariano Rajoy.

Les médias ont évoqué des "marées blanches", et l’image était plutôt bien choisie : On pouvait voir, les 17 février dernier, des blouses blanches à perte de vue dans les rues de Madrid et de 15 autres villes d’Espagne, à mesure que défilaient des milliers de médecins et infirmières. Ces derniers protestaient contre les privatisations et les coupes budgétaires qui, selon eux, mettent en péril la santé publique. C’est dans la région de Madrid, où le gouvernement local (aux couleurs du Parti Populaire, au pouvoir en Espagne et par ailleurs empêtré dans un scandale de corruption) entend privatiser partiellement six des 20 grands hôpitaux de la région ainsi que 27 des 270 centres de santé - avec une baisse de budget conséquente -, que la colère est la plus vive.
 
Car ce projet a eu le don d’alarmer une très grande partie des professionnels dans un pays où le système de santé est fortement lié secteur public. Au rang des craintes les plus partagées, « une baisse de qualité des soins et des réductions d’effectifs ». a Madrid, les slogans ne désemplissaient pas. Les manifestants sont partis de plusieurs hôpitaux (et notamment celui de Ramón y Cajal) pour converger vers la place de la Puerta del Sol aux cris de « La santé publique ne se vend pas, elle se défend ».
 
Les pancartes traduisaient pour leur part une rage perceptibles chez ces mêmes professionnels des soins. On pouvait y lire « Ils volent ta santé » ou même « Il est criminel d’économiser sur la santé ». Et le son des tambours et des sifflets apportait une touche finale au sentiment de révolte. En questionnant certains des manifestants, les journalistes ont pu prendre le pouls des revendications. Une infirmière a ainsi pris le micro pour estimer qu’« aucune étude ne montre que privatiser la direction des hôpitaux allait de pair avec une baisse des coûts » et que « la privatisation nuirait au système de santé et aux malades, au profit d’autres intérêts ».

Et lorsqu’un un médecin a quant à lui évoqué la question des médicaments, en observant qu’ « il y en a beaucoup qui ne sont plus délivrés gratuitement », un retraité souffrant de problèmes cardiaques a immédiatement bondi au micro pour préciser que sa femme et lui-même, en dépit d’une maigre retraite de 750 euros par mois, « doivent débourser près de 150 euros par mois pour l’achat de médicaments qui, il y a encore peu de temps, étaient gratuits pour les seniors ». Pour eux, c’est entendu : La santé devient un luxe. Le mouvement ne s’est pas cantonné à Madrid. 16 villes au total ont participé à ces marées blanches. D’autres mobilisations ont ainsi eu un écho significatif dans des villes comme Saragosse, Santander, Pampelune ou Murcie. Sans parler de Barcelone où, selon la police, pas moins de 8 000 manifestants ont défilé dans les rues.

Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté