Accueil du site
> Santé & Maladies > Les Actus
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Eau du robinet et maladie d’Alzheimer : si le doute subsiste, on persiste ?
Eau du robinet et maladie d'Alzheimer : si le doute subsiste, on persiste ?
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
19 décembre 2012 | 8 commentaires
Auteur de l'article
Emma75, 5 articles (Rédacteur)

Emma75

Rédacteur
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
5
nombre de commentaires
0
nombre de votes
1

Eau du robinet et maladie d’Alzheimer : si le doute subsiste, on persiste ?

Eau du robinet et maladie d'Alzheimer : si le doute subsiste, on persiste ?

De nombreuses études scientifiques établissent un lien entre maladie d’Alzheimer et consommation d’eau du robinet. Mais les autorités sanitaires estiment que les doses limites préconisées sont suffisantes pour protéger les consommateurs.

En 2000, une équipe de l’Inserm publie une étude choc : les personnes qui buvaient de l’eau du robinet en Gironde et Dordogne seraient deux fois plus nombreuses à développer un Alzheimer que les autres.

Malgré cette corrélation, les autorités sanitaires ont estimé que la preuve de la responsabilité de l’eau du robinet dans le déclenchement de cette maladie n’était pas établie.

En Août dernier, le magazine Que Choisir nuançait les risques liés à l’eau du robinet, estimant que d’autres sources d’exposition via des produits comme les déodorants ou les dentifrices, qui contiennent aussi des sels d’aluminium, pouvaient être incriminés.
 
Pour autant, une partie de la communauté scientifique a un avis plus tranché sur le sujet. Cité dans un rapport sénatorial de 2011, Guy Berthon, ancien directeur de recherche au laboratoire de chimie du CNRS, a le mérite de la clarté :
 
Non seulement « l'aluminium ne sert à rien dans l'organisme humain  » mais « à fortes doses ou à doses régulières, il est toxique ».
 
Pour cet expert : « Trouver [de l’aluminium] dans l'eau du robinet, c'est criminel ».
 
Cela fait depuis 1974 que l’on soupçonne l’aluminium de jouer un rôle majeur dans le développement de la maladie d’Alzheimer.
 
« Plusieurs études épidémiologiques, dans six pays différents, ont conclu à une augmentation notable de l’incidence de la maladie d’Alzheimer en relation avec une concentration trop importante de l’aluminium dans l’eau de boisson. Consultés, l’Institut de vieille sanitaire et deux agences de sécurité sanitaire, ont publié rapports et conclusions niant, en dépit des faits, le caractère plausible d’une telle relation et refusant par là même toute mesure de prévention lors du traitement des eaux. À la carence des experts répond la carence de la santé publique ».
 
Certes, l’eau n’est pas notre première source d’exposition à l’aluminium. Mais c’est la plus directe : le fait que l’on ingurgite directement ces résidus d’aluminium démultiplieraient l’impact nocif du composant.
 
Par ailleurs, on sait que les autopsies de personnes décédées de la maladie d’Alzheimer révèlent une présence d’aluminium dans le cerveau.
La présence d’aluminium dans l’eau courante est d’autant plus inquiétante que les distributeurs ne respectent pas toujours les limites de qualité fixées par l’OMS.
 
En 2007, selon l’Afsa, 2,7 millions de Français ont bu une eau dont la teneur en aluminium était supérieure aux 200 mg/L réglementaires. Le documentaire Du Poison dans l’eau du robinet avait d’ailleurs mis l’accent sur les abus des gestionnaires des petites stations de traitement en zones rurales. La journaliste avait identifié dans une petite commune, des teneurs d’aluminium 6 fois supérieures à la norme OMS.
 
Si d’autres études sont probablement nécessaires pour prouver de façon scientifique le lien entre eau du robinet et Alzheimer – on peut se demander pourquoi les distributeurs français s’obstinent à utiliser ces produits, malgré les doutes récurrents de la communauté scientifique. Face aux inquiétudes, aux Etats-Unis, la dose maximale d’aluminium tolérée dans l’eau courante a déjà été divisée par deux.
 
En France, cette inertie est d’autant plus surprenante que les sels d’aluminium relèvent plus de l’outil marketing que de la protection du consommateur : ce traitement est avant tout destiné à éclaircir l’eau lorsqu’elle a une couleur trop foncée, afin de rassurer les consommateurs.
 
Or, il existe d’autres alternatives pour rendre l’eau plus claire. A Paris, les sels d’aluminium ont été remplacés par des chlorures ferrés. On cite aussi souvent la possibilité de remplacer ces sels d’aluminium par des « floculants biologiques à base de graines de moringa ».
 
Mais comme le montrait le documentaire Du poison dans l’eau du robinet, la mise en place de ces solutions alternatives nécessiterait de coûteux investissements pour moderniser les stations de traitement.

Alors, tant que le doute subsiste, les autorités persistent et signent : malgré les soupçons légitimes, dans de nombreuses communes, nous devrions continuer à boire une eau transparente et chargée en résidus d’aluminium.

Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Mots-clés :
Eau Alzheimer Aluminium
Commentaires
1 vote
par clostra (IP:xxx.xx4.255.52) le 19 décembre 2012 a 16H07
clostra (Visiteur)

Pour vérifier dans votre commune, sante.gouv.fr met en ligne tous les résultats en France :

http://www.sante.gouv.fr/resultats-...

ainsi dans l’Essonne à Evry, il y a de l’aluminium (inutile, voire nuisible pour la santé) en quantité infime mais en quantité quantifiable quand même. Quand on est un grand carrefour mondial de la santé (Génopôle) on pouvait s’attendre à mieux, à parfait.

y compris quand on s’apprête à terroriser les fumeurs européens. Fumer dont on dit qu’il réduirait les risques de développer une maladie d’Alzheimer (sous contrôle...)

1 vote
par desabuse (IP:xxx.xx8.212.121) le 19 décembre 2012 a 17H20
desabuse (Visiteur)

Un jour, l’eau du robinet est la meilleure de France, puis suivant les lobbies, peut-etre Vittel, Evian, Carola, etc..., elle n’est plus bonne. Conclusion : buvez du pinard.

0 vote
par clostra (IP:xxx.xx4.255.52) le 20 décembre 2012 a 00H23
clostra (Visiteur)

de l’eau végétale, féreurugineuse...Hip ! c’est ce qui est dit dans l"article !

0 vote
par Pascal (IP:xxx.xx8.236.139) le 19 décembre 2012 a 19H00
Pascal (Visiteur)

Bonjour,

l’aluminium n’a rien à faire dans l’eau du robinet, il existe des solutions alternatives et votre article est très juste. Cependant, il sera très difficile de montrer scientifiquement le lien DIRECT entre aluminium dans l’eau et Alzheimer car pour retrouver de l’alu dans les neurones, il faut qu’il passe la barrière sang/cerveau et pour cela il faut qu’elle soit ouverte. Et comme cette barrière s’ouvre-t-elle ? on connaît un responsable : les micro-ondes pulsées des wifi, tèl DECT, tél portable.

Or, les expériences prendront un lot représentatif de la population qui présente des biais énormes. Notamment celui-ci : ce sont les personnes fragiles qui vont développer cette maladie et souvent le lot représentatif ne tiens pas compte de ce fait. Je rappelle qu’il est reproché par les pro-ogm à l’étude par le Pr Gilles-éric Séralini que la souche de rats qu’il a utilisé est sensible aux cancers, car il est préférable selon ces mêmes pro-ogm de faire les expériences sur des souches résistantes aux cancers ! on comprend leur point de vue...

0 vote
par Pascal (IP:xxx.xx8.236.139) le 19 décembre 2012 a 19H07
Pascal (Visiteur)

Je souhaite ajouter que l’on sait depuis longtemps et Lakhovsky (le secret de la vie, vers 1930) l’a montré en son temps que l’eau du robinet qui a passé son temps dans des canalisations longues fragilise les organismes (études sur l’étiologie du cancer et l’influence du sol). Donc alu ou pas alu, chlore ou pas, l’eau du robinet sans dynamisation efficace ne vaut rien dans le meilleur des cas.

0 vote
(IP:xxx.xx5.214.79) le 19 décembre 2012 a 20H41
 (Visiteur)

bonjour,

bozouls, petite commune rurale aveyronnaise . le 10/05/2012 aluminium total : valeur 6030 ug/l référence qualité : inf à 200 ug/l je bois cette eau régulièrement. no comment !

0 vote
par totoriri (IP:xxx.xx2.117.17) le 20 décembre 2012 a 00H46
totoriri (Visiteur)

L’aluminum dans l’eau comme facteur d’alzheimer est une piste intéressante mais vous exagérez en ne mentionnant que lui et en oubliant toutes les autres facteurs contributifs : mauvaise alimentation , cigarette , alcool , pollution , dépression , rythmes biologiques détraqués , ondes électromagnétiques , etc...

0 vote
par Jean-Philippe Tabut (IP:xxx.xx5.7.51) le 22 décembre 2012 a 18H11
Jean-Philippe Tabut, 9 articles (Biohygiéniste)

Quand c’est pas l’eau du robinet qui est mauvaise .... c’est l’eau embouteillée qui contient des phtalates ...

Alors moi je dis que la vie est aussi une prise de risque constante ... et que chaque consommateur doit apprendre à déterminer le bénéfice/risque en fonction de son secteur géographique et de la typologie de son eau à consommer ou non de l’eau en bouteille ou en robinet.

Toutes les eaux ne se valent pas, et il y a des eaux du robinet qui sont souvent d’aussi bonne qualité que l’eau en bouteille voir bien meilleure quand il s’agit des phtalates ...