Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
E. coli : Les enquêteurs sur une piste égyptienne
E. coli : Les enquêteurs sur une piste égyptienne
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
30 juin 2011
Auteur de l'article
Patrick Rollo, 495 articles (Rédacteur)

Patrick Rollo

Rédacteur
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
495
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

E. coli : Les enquêteurs sur une piste égyptienne

E. coli : Les enquêteurs sur une piste égyptienne

On soupçonnait, en début de semaine encore, que les graines germées à l’origine des épidémies E. coli touchant l’Allemagne et la France venaient d’Italie. Les autorités sanitaires mettent dorénavant le cap plus au sud, de l’autre côté de la Méditerranée. Selon les recherches, en effet, ce sont des graines de fenugrec importées d’Egypte qui pourraient être à l’origine des 48 décès par contamination observés en Europe. Et cette nouvelle piste tendrait à confirmer que les épidémies déclenchées dans le nord de l’Allemagne et dans la région de Bordeaux sont bien liées.

Cela fait plus d’un mois que l’Europe fait face à la crise de l’Escherichia coli, mais les autorités sanitaires s’efforcent toujours de remonter la piste des graines contaminées par la souche O154 :H4 de la bactérie. Et L’incertitude persistante du corps médical et de la communauté scientifique sur les origines de la contamination prend désormais l’allure d’un nouveau mystère de Toutankhamon. Les graines germées à l’origine des infections et des diarrhées sanglantes seraient en effet liées au fenugrec, une légumineuse méditerranéenne. Et selon l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) et le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC), qui viennent de publier un communiqué en ce sens, ces graines auraient été importées d’Egypte en 2009 et/ou en 2010 par la société allemande AGA SAAT.

Ces semences, issues de culture biologique, auraient alors été cultivées par la ferme Gärtnerhof en Basse-Saxe, épicentre de l'épidémie allemande. Un second lot de ces graines aurait été vendu à la société britannique Thompson & Morgan, qui l’aurait à son tour acheminé au magasin Jardiland de Villenave-d’Ornon, près de Bordeaux, qui, de son côté, a cédé ces graines pour être germées et servies lors d’une kermesse à Bègles, le 8 juin dernier. Cette fête fut à l’origine de la dizaine de contaminations observée dans la région. Les experts, qui s’apprêtent à analyser les graines égyptiennes, estiment que les « d'autres lots de graines potentiellement contaminées sont peut-être encore disponibles dans ou hors UE ». Les autorités sanitaires recommandent une extrême prudence vis-à-vis de toutes les graines en raison d’un mélange possible, lors de mises en sachets, avec celles ayant été contaminées. Il est ainsi conseillé de procéder à une cuisson rigoureuse.
 

Inscrivez-vous à la newsletter !
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté