Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
E. coli : Deux nouveaux cas à Bordeaux
E. coli : Deux nouveaux cas à Bordeaux
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
28 juin 2011 | 1 commentaires
Auteur de l'article
Patrick Rollo, 495 articles (Rédacteur)

Patrick Rollo

Rédacteur
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
495
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

E. coli : Deux nouveaux cas à Bordeaux

E. coli : Deux nouveaux cas à Bordeaux

Deux personnes atteintes de diarrhées sanglantes ou de complications rénales ont du être hospitalisées le 27 juin dernier à Bordeaux. Le nombre de personnes victimes de ce syndrome s’élève donc désormais à neuf dans cette ville. En l’état actuel des examens, trois des malades présentent des cas avérés d’Escherichia coli, infectés par la même souche de la bactérie qui sévit en Allemagne… celle-là même qui a fait 47 morts jusqu’à présent.

Le feuilleton de l’infection à l’Escherichia coli, si on peut s’exprimer ainsi, n’est pas prêt d’être terminé. Et l’infection alimentaire, après s’être déclenchée en Allemagne, gagne l’hexagone. Il y a eu Lille et maintenant Bordeaux. Dans le sud-ouest de la France, deux personnes de plus, en lien avec les symptômes de la contamination, ont été admises aux urgences le 27 juin. Parmi les victimes, certaines n’auraient pas consommé des graines germées. Les experts, par voie de fait, s’interrogent : D’où viendrait l’infection ? Certains des malades auraient-ils été en contact avec d’autres personnes atteintes après avoir consommé du gaspacho parsemé des graines à Bègles le 8 juin dernier, et si oui, quand ?

La question est ainsi de savoir si une transmission non alimentaire, par exemple par contact direct et manque d’hygiène, a pu se produire. Si la source des symptômes demeure inconnue, l’état de santé des sept premiers malades admis au CHU de Bordeaux est stationnaire (deux sont toujours en réanimation) ou s’est amélioré.

Selon une enquête menée par les autorités sanitaires françaises, la piste des graines germées mènerait en Italie. Frédéric Lefebvre, le secrétaire d’Etat à la Consommation, a demandé le retrait de la vente des ces graines. Toutefois, de manière générale et hors du cadre de cette actualité sanitaire, ces graines présumées responsables de l’épidémie ne sont pas à proscrire : En prenant les précautions d’usage avant de les consommer, elles ne représentent pas de danger pour la santé. Les graines germées sont en effet riches en fibres, vitamines, oligoéléments, acides aminés et protéines… : un mélange tombant à point nommé pour se maintenir en bonne santé et dont les végétariens raffolent.
 

Inscrivez-vous à la newsletter !
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Commentaires
3 votes
par Phil (IP:xxx.xx2.110.201) le 29 juin 2011 a 11H06
Phil (Visiteur)

J’ai entendu sur France Culture que les premières "graines germées" incriminées, étaient en fait des graines (non germées, vendues par Jardiland !) que les victimes auraient fait germer ensuite.

Si cette info est vérifiée, pourquoi persister à parler de graines germées, et pourquoi négliger la piste de l’eau, qui semble le seul point commun à tous ces cas (légumes frais, donc lavés etc...) ?