Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Donner son corps à la science
Donner son corps à la science
note des lecteurs
date et réactions
21 décembre 2010
Auteur de l'article
Catherine Coste, 48 articles (Journaliste)

Catherine Coste

Journaliste
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
48
nombre de commentaires
1
nombre de votes
0

Donner son corps à la science

Donner son corps à la science

Le don d’organes et le don de son corps à la science sont deux choix bien distincts. Dans le premier cas, il s’agit d’organes vitaux prélevés sur un patient se trouvant dans un état de coma dépassé (appelé "mort encéphalique"). Cet état est irréversible, il permet néanmoins de prélever des organes vitaux pour aider d’autres patients dont la vie pourra être améliorée par une greffe. La greffe, afin de "donner des années à la vie et de la vie aux années" (Docteur Jean Leonetti). Le don de son corps à la science se fait dans un but pédagogique et non thérapeutique. Tandis qu’on ne peut prélever des organes vitaux en "post-mortem" que sur certains patients se trouvant dans un état irréversible ("mort encéphalique", "arrêt cardio-respiratoire persistant"), n’importe qui peut faire don de son corps à la science, afin de permettre à des chirurgiens de s’entraîner en ... live, sans risquer la vie d’un patient. Le sujet sur lequel les étudiants de médecine s’entraînent ne se trouve pas dans un état irréversible. Il est à l’état de cadavre, déjà rigide.

Mercredi 15 décembre 2010, Ecole Européenne de Chirurgie, Paris. Je me rends à un training de chirurgie assistée par ordinateur : il s'agit d'un pontage coronarien à coeur battant, du moins en théorie, puisque ledit training va s'effectuer sur cadavre. Sans don de son corps à la science, ce training n'aurait pas été possible. Merci à celui (et aux proches) qui a fait ce don si généreux. Pour découvrir le training en images commentées, cliquer ici.
 
Un grand merci à M. David Douglas, responsable Formation Europe à Intuitive Surgical Inc. et à Mme Aurore Dionnet, directrice de l'Ecole Européenne de Chirurgie, pour m'avoir permis d'assister à cette journée si riche d'enseignements ... 
 
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté