Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Diarrhée aigüe en voyage exotique
Diarrhée aigüe en voyage exotique
note des lecteurs
date et réactions
4 février 2013
Auteur de l'article
Santé-Voyages, 37 articles (Info voyage)

Santé-Voyages

Info voyage
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
37
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Diarrhée aigüe en voyage exotique

Diarrhée aigüe en voyage exotique

Ce schéma standardisé décisionnel et thérapeutique pour adultes concerne le médecin (et éventuellement le voyageur lui-même après éducation) lorsque manquent tous moyens médicaux et paracliniques. Avec un raisonnement fondé sur des éléments cliniques simples, non ambigus et discriminants, on peut faire face aux situations les plus fréquentes. Il convient d’avoir avec soi seulement : un antipaludique curatif, une fluoroquinolone (type Oflocet®) ou de l’azithromycine (Zithromax®), du métronidazole (type Flagyl®), et de savoir soit temporiser soit référer.

La fièvre est un élément très discriminant, sous réserve qu'elle soit objectivement prise et non seulement ressentie ("avoir chaud" sous les tropiques ne signifie rien) : tout voyageur averti doit emporter un thermomètre médical.

S'il existe une fièvre, il faut penser avant tout, et systématiquement, au paludisme. Au moindre doute, si on est éloigné de tout, procéder au traitement présomptif -ou "auto-traitement" (Malarone® 4 cp/j pendant 3 jours ; à défaut Lariam® 3-2-1 cp ou Halfan® 2-2-2 cp espacés de 6-8h).

Diarrhée fébrile une fois le paludisme exclu. Très probablement il s'agit d'une bactérie entéro-invasive ; la grande majorité de ces bactéries sont sensibles aux fluoro-quinolones et/ou à l’azithromycine. Durée du traitement : jusqu'à consultation médicale recherchée sans attendre, laquelle l'arrêtera ou le poursuivra.

Emissions incolores ("eau de riz") sans fièvre qui persistent plus de 24h : toujours penser au choléra (même s'il s'agira le plus souvent d'une toxi-infection cholériforme, staphylococcique par exemple, le choléra étant une maladie exceptionnelle chez le voyageur) ; mais plus le syndrome dure, plus le choléra devient probable : transfert sur hôpital, alerte de la compagnie d'assistance.

Patient apyrétique émettant glaires, pus et/ou sang : diagnostic probable : amibiase intestinale aiguë : Flagyl® 1,5g/j.

Selles simplement molles et apyrexie : cas le plus fréquent. Aucune gravité, aucune urgence diagnostique ni thérapeutique : toxi-infection et bactéries entérotoxinogènes (turista), virus, giardiase... voire simple intolérance alimentaire (changement, abus -y compris d'alcool-, stress, jet lag...). Le traitement reconnu comme le plus efficace par tous les spécialiste est le suivant :

 

  • Azithromycine (Zithromax®) : deux comprimés en une seule prise, une seule fois.

  • Acécadotril (Tiorfan®) : une gélule d’emblée, puis une gélule trois fois par jour, si possible avant les trois principaux repas. Durée maximum 7 jours.

—> Tous droits réservés pour tous pays.


 

Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
En savoir plus sur...