Accueil du site
> Santé & Maladies > Les Actus
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Déserts médicaux : Marisol Touraine présente son plan
Déserts médicaux : Marisol Touraine présente son plan
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
13 décembre 2012 | 2 commentaires
Auteur de l'article
Henri de Miebenthal, 476 articles (Kinésithérapeute)

Henri de Miebenthal

Kinésithérapeute
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
476
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Déserts médicaux : Marisol Touraine présente son plan

Déserts médicaux : Marisol Touraine présente son plan

La ministre de la Santé, Marisol Touraine, a dévoilé le 13 décembre son plan, détaillé en 12 mesures, visant à éradiquer les déserts médicaux et inciter les jeunes médecins à s’installer sur des terres déficitaires en soins. 50 millions d’euros seront investis dans l’année pour contrer ces inégalités territoriales et assurer une « égalité d’accès aux soins ». La détermination est claire : La ministre entend réussir « là où les choses ont échoué par le passé ».

Quand Marisol Touraine est lancée, c’est au quart de tour que les projets sont ficelés. Après avoir proposé un "pacte de confiance" pour l’hôpital début septembre et obtenu un accord, fin octobre, sur les dépassements d’honoraires, la ministre a pris le micro des journalistes en ce 13 décembre dans la commune de Scorbé-Clairvaux, dans la Vienne, pour annoncer douze engagements concrets formant un "pacte territoire santé" et censés mettre fin au casse-tête des déserts médicaux. Il s’agit en clair de concilier la liberté d’installation des médecins libéraux et des mesures incitatives pour venir à bout des déserts médicaux. Et c’est avec un petit budget que l’intéressée entend marquer une rupture : Avec une enveloppe de 50 millions d’euros par an, Marisol Touraine veut « tourner la page des dérives du laisser-faire de ces dernière années et réussir là où les prédécesseurs au ministère ont échoué ». La mobilisation est donc décrétée dans es Agences régionales de santé (ARS). Parmi les mesures phares, les plus importantes ont captivé les médias :

- 30 millions d’euros seront débloqués pour favoriser le travail en équipe, notamment au moyen des paiements au forfait.

- La télémédecine sera stimulée. Elle se concrétisera par des consultations à distance.

- Les transferts de compétence seront accélérés. Les ophtalmologues, par exemple, devraient déléguer des actes à d’autres professionnels de santé.

- Les maisons de santé seront rapprochées des hôpitaux universitaires.

- Tous les étudiants en médecine générale devraient bénéficier de stages en cabinet libéral.

- 1500 "contrats d’engagement de santé publique" devraient être atteints à l’horizon 2017.

- 200 "praticiens territoriaux de médecine générale" devraient voir le jour, avec un revenu annuel minimum garanti de 55 000 euros.

- L’accès aux soins d’urgence sera garanti en moins de 30 minutes d’ici 2015.

 Cet ensemble de mesures est l’une des promesses du candidat Hollande. Sans surprise, il a suscité des réserves... Le député UMP Arnaud Robinet, qui est aussi praticien hospitalier en pharmacologie à l’Université et au CHU de Reims, a ainsi réagi en déclarant qu’« il n'y a rien de neuf ! Beaucoup de com et pas assez de moyens, donc pas de résultats à attendre hélas ». Alexandre Husson, président du Syndicat des Jeunes Médecins Généralistes (SJMG), a pour sa part estimé que les proposition de Marisol Touraine sont « insuffisantes ».

Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Commentaires
0 vote
par AKT (IP:xxx.xx0.177.66) le 14 décembre 2012 a 14H59
AKT (Visiteur)

Rien que de très banal.

La nouveauté, cela aurait été de mettre en place cela : http://enattendanth5n1.20minutes-bl...

Trop ambitieux ?

0 vote
par bob (IP:xxx.xx3.94.155) le 14 décembre 2012 a 17H52
bob (Visiteur)

Ce système est à bout de souffle. Les valeurs sur lesquelles il s’est construit en 1928 ne sont plus adaptées aux défis de santé d’aujourd’hui. Le paiement à l’acte, l’exercice solitaire, la liberté d’installation, ne répondent plus aux besoins des populations. Quelle est la liberté de choix du patient pour le médecin quand ce choix se fait par l’argent  ? Les maladies d’aujourd’hui ne sont plus celles d’hier. Pour y faire face, il faut un autre mode d’organisation tourné vers l’organisation collective.

voir : http://2ccr.unblog.fr/2012/11/25/le...