Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Des substances nocives pour la santé dans des produits cosmétiques
Des substances nocives pour la santé dans des produits cosmétiques
note des lecteurs
date et réactions
25 février
Auteur de l'article
Camille, 453 articles (Rédacteur)

Camille

Rédacteur
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
453
nombre de commentaires
88
nombre de votes
405

Des substances nocives pour la santé dans des produits cosmétiques

Des substances nocives pour la santé dans des produits cosmétiques

D’après l’Union fédérale des consommateurs—Que choisir, de nombreux produits cosmétiques employés quotidiennement (dentifrices, déodorants, crèmes pour le visage, après-rasage, soins pour les cheveux) contiennent des substances « préoccupantes »notamment des allergènes, des composés toxiques et des perturbateurs endocriniens.

 

L’association sonne à nouveau l’alarme afin d’inciter les fabricants à changés leurs pratiqués et respecter les recommandations des toxicologues et des dermatologues. Ainsi, elle conseille d’éviter douze substances à risque, parmi lesquelles le BHA, un perturbateur endocrinien ou encore le phenoxyethanol, toxique pour le foie.

Sur les 185 produits cosmétiques courants que l'UFC-Que Choisir déconseille aux consommateurs, 65 sont allergènes, 101 contiennent des perturbateurs endocriniens et 26 des « parabènes à longue chaîne ».

Certains allergènes comme la Methylisothiazolinone (MIT) sont présents dans les produits sans rinçage (lingettes pour bébés…) dont une demande d’interdiction a été demandée par la ministre de l’Environnement, Ségolène Royal, à l’Union Européenne.

Les lingettes pour bébés des marques Bébé Cadum, Mixa, Nivea, Pampers sont également montrées du doigt, car elles contiennent un conservateur, le phénoxyéthanol, connu pour son effet toxique sur le foie. Pour mémoire, ces produits destinés à nettoyer les fesses du bébé ne doivent plus utiliser ce conservateur depuis 2012, sur recommandation de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM). Elle a demandé de réduire la teneur maximale à 0,4% pour les enfants de moins de 3 ans.

De plus, l’association dénonce les formules mensongers des marques. La mention « hypoallergénique » figure sur le lait de toilette « Mots d’enfants » de Leclerc, la « Crème pour le change » de Corine de Farme ou encore sur les nettoyants féminins « Physélia Intimate », malgré la présence dans ces produits de MIT, un conservateur auquel des dermatologues ont décerné en 2013 la palme de « l'allergène de l’année ».

Enfin, soucieux d’informer les consommateurs l’association appelle les entreprises à respecter les réglementations en vigueur, et de ne pas mettre en danger la santé de leurs clients. En attendant, UFC-Que Choisir « recommande de ne plus acheter les produits contenant ces composés, notamment pour les usages les plus à risques (bébés, enfants, produits non rincés) ».

Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté