Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Des scientifiques capturent des molécules cancéreuses uniques... en pleine action
Des scientifiques capturent des molécules cancéreuses uniques... en pleine action
note des lecteurs
date et réactions
9 décembre 2011
Auteur de l'article
Université de Montréal, 110 articles (Pôle de recherche)

Université de Montréal

Pôle de recherche
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
110
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Des scientifiques capturent des molécules cancéreuses uniques... en pleine action

Des scientifiques capturent des molécules cancéreuses uniques... en pleine action

Des chercheurs ont révélé comment une molécule appelée télomérase contribue à maintenir l’intégrité de notre code génétique et, lorsqu’elle est engagée dans la dérégulation du code, son rôle important dans l’apparition du cancer. C’est dans la parution du 9 décembre 2011 de la publication Molecular Cell que les scientifiques en question de l’Université de Montréal expliquent comment ils ont pu réaliser cette découverte à l’aide de techniques de pointe en microscopie, pour voir en temps réel la télomérase agir dans des cellules vivantes.

« Chaque fois que nos cellules se divisent, elles ont besoin de recopier complètement l'ADN génomique qui code nos gènes, mais le génome rapetisse chaque fois, jusqu'à ce que la cellule cesse de se diviser, explique Pascal Chartrand, professeur de biochimie à l'Université de Montréal et l'un des auteurs de l'article. Toutefois, la télomérase ajoute aux extrémités de notre génome de petits éléments d'ADN appelés télomères. Les télomères maintiennent la stabilité du génome, ce qui permet aux cellules de se diviser indéfiniment et de devenir cancéreuses. Normalement, la télomérase n'est pas active, mais on ne comprend pas très bien comment elle est contrôlée. L'une des difficultés provient du fait que nous avons besoin de voir exactement l'action qu'exerce chacune des molécules de télomérase sur notre génome, et à quel moment cette action s'exerce. » Franck Gallardo, auteur principal de l'étude, ajoute que l'équipe a réussi à appliquer des techniques auxquelles elle a recourt pour d'autres travaux qu'elle effectue dans son laboratoire. « Nous avons pu, dans les faits, voir l'action individuelle de la télomérase sur les cellules », précise-t-il.

En collaboration avec Nancy Laterreur et le professeur Raymund Wellinger de l'Université de Sherbrooke, le docteur Gallardo a pu étiqueter la télomérase à l'aide de protéines fluorescentes, ce qui leur a permis d'observer la télomérase dans des organismes unicellulaires vivants. Grâce à cette percée technologique, ils ont observé que, contrairement aux théories précédentes, un grand nombre de télomérases se forment en grappes sur quelques télomères et allongent ceux-ci à chaque cycle cellulaire. Par ailleurs, ils ont identifié des facteurs de régulation qui restreignent l'activité de la télomérase à l'intérieur d'une période de temps très brève, avant que la cellule se divise. Cette nouvelle technologie offre la possibilité d'étudier l'activité d'un facteur clé de l'apparition du cancer au niveau moléculaire au sein de son environnement cellulaire.

Partenaires en recherche :
Les travaux du professeur Chartrand sont financés par les Instituts de recherche en santé du Canada (www.cihr-irsc.gc.ca) et par le Fonds de la recherche en santé du Québec (www.frsq.gouv.qc.ca).

À propos de l'étude :
Les auteurs de l'étude intitulée « Live cell imaging of telomerase RNA dynamics reveals cell cycle-dependent clustering of telomerase at elongating telomeres », publiée dans Molecular Cell, sont Franck Gallardo, Nancy Laterreur, Emilio Cusanelli, Faissal Ouenzar, Emmanuelle Querido, Raymund J. Wellinger et Pascal Chartrand.

Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
En savoir plus sur...