Accueil du site
> Santé & Maladies
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Des bons d’achats, pour faire arrêter les Britanniques de fumer
Des bons d'achats, pour faire arrêter les Britanniques de fumer
note des lecteurs
date et réactions
10 février 2015
Auteur de l'article
Camille, 453 articles (Rédacteur)

Camille

Rédacteur
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
453
nombre de commentaires
88
nombre de votes
405

Des bons d’achats, pour faire arrêter les Britanniques de fumer

Des bons d'achats, pour faire arrêter les Britanniques de fumer

Arrêter de fumer est une question de volonté ! Cependant, l’esprit a souvent besoin d’être récompensé. Aussi, en Grande-Bretagne, Des chercheurs britanniques des universités de Glasgow et Stirling ont offert des bons d’achats à des femmes britanniques pour les aider à arrêter de fumer.

En effet, les chercheurs ont décidé proposer des bons d’achats à 612 femmes, fumeuses et en début de grossesse, à condition d’accepter un entretien individuel avec un soignant, de vouloir en finir avec le tabac et de fixer une date d’arrêt, ainsi qu’une dispensation gratuite, pendant 10 semaines d’un substitut nicotinique, et un entretien téléphonique hebdomadaire de soutien.

Ainsi, la moitié des participantes soit 306 femmes ont participé au bout du programme et pouvaient obtenir la somme maximale de 400 livres (environ 534 euros). Durant l’étude, les sujets pouvaient obtenir 50 livres (66 euros) en prenant un rendez-vous avec un professionnel et en fixant une date d’arrêt, puis à nouveau 50 livres au bout de quatre semaines d’arrêt (validé par des tests biologiques), 100 livres pour 12 semaines, 200 livres si l’abstinence était tenue à la fin de la grossesse.

Cette stratégie s’est ainsi avérée plus efficace que les interventions plus traditionnelles. Les femmes recevant des bons d’achat ont nettement mieux réussi à arrêter de fumer que celles ayant bénéficié d’une aide plus conventionnelle. En effet, 22,5 % du groupe « bons d’achat » a renoncé à la cigarette, contre seulement 8,6 % du groupe classique.

L’année suivant, les chercheurs ont vérifié si les femmes n’avaient pas repris. Et, ils ont constaté que dans le groupe « bons d’achat » 15 % des femmes étaient toujours non fumeuses, contre 4 % dans l’autre groupe.

« Le tabac durant la grossesse demeure une cause évitable majeure de problèmes médicaux avant et après la naissance, notent les auteurs de l’étude, mais les interventions existantes ne sont pas très efficaces. ».

Cette idée de donner des bons d’achat peut paraître farfelue, mais dans la réalité elle est nettement moins onéreuse que les coûts générés par les méfaits du tabac sur les nouveau-nés.

Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Mêmes thématiques
Mots-clés :