Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Déremboursement des médicaments : faut-il changer de mutuelle ?
Déremboursement des médicaments : faut-il changer de mutuelle ?
note des lecteurs
date et réactions
1er décembre 2010 | 3 commentaires
Auteur de l'article
Frédéric Duval-Levesque, psychopraticien et hypnothérapeute, 156 articles (Psychopraticien certifié)

Frédéric Duval-Levesque, psychopraticien et hypnothérapeute

Psychopraticien certifié
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
156
nombre de commentaires
2
nombre de votes
83

Déremboursement des médicaments : faut-il changer de mutuelle ?

Déremboursement des médicaments : faut-il changer de mutuelle ?

Avril 2010 : sur évaluation de la Haute Autorité de Santé (HAS), le gouvernement réduit de 35% à 15% seulement, le taux de remboursement de 150 médicaments. Pour le Pr Bernard Avouac, rhumatologue au CHU Henri Mondor de Créteil, cette mesure « applique une démarche exclusivement économique à des traitements dont les patients ont réellement besoin ».

« Le rapport coût/efficacité de ces médicaments ne serait pas suffisant pour justifier un remboursement à 35%, voire 65% », précise le Pr Avouac.

Il y a « des antiépileptiques, des médicaments contre la maladie de Parkinson, des antiallergiques voire certains anticancéreux. Ces médicaments concernent des pathologies sévères. Même si l’on considère que leur rapport coût/efficacité n’est pas aussi important que pour d’autres, les patients eux, leur trouvent un intérêt. Etre remboursé à 15% parce que l’administration considère que l’efficacité d’un médicament n’est pas suffisante, c’est difficile à admettre pour le patient qui est satisfait de son médicament. »

« La Mutualité française a publié des documents expliquant comment, dans l’arthrose par exemple, les patients pouvaient se passer des traitements dont le remboursement a diminué » regrette-t-il. « Ne changez pas de médicament, changez de mutuelle. Ces traitements ont le mérite d’exister, ils correspondent à des maladies qui peuvent être gênantes, voire invalidantes. Je considère que les patients doivent continuer à pouvoir prendre ces médicaments ».

Source : Journal officiel de la République française, 16 avril 2010- Fédération nationale de la Mutualité française 27 avril 2010 – Interview du Pr Bernard Avouac, 16 novembre 2010

Frédéric Duval-Levesque, psychopraticien et hypnothérapeute. Mon blog: PSYCHOTHERAPIE - SOUTIEN PSYCHOLOGIQUE - COACHING (à Toulouse)
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Commentaires
0 vote
par oeuvrier (IP:xxx.xx6.196.72) le 2 décembre 2010 a 16H19
oeuvrier (Visiteur)

si les patients y trouvent un intérêt c’est tant mieux. Donc ils se payent eux même l’intérêt qu’ils y trouvent. ce n’est pas à la collectivité de prendre en charge les choix personnels de certain. Ces médicaments ne sont pas reconnu efficaces on ne devrait plus les rembourser du tout. c’est d’ailleurs tragique d’avoir créé ce taux de remboursement à 15 %. A ce moment là on peut aussi rembourser la poudre de perlimpinpin, parce que le docteur diafoirus a une patiente qui se sent beaucoup mieux en en prenant. Ce n’est pas qu’un problème économique. c’est un problème de conscience collective. pourquoi la france est elle médicamentée à ce point ? Pourquoi les français sont-ils les plus gros consommateurs de médicament au monde ? parce que nous avons les meilleurs labo en terme de marketing et un réseau de vente inégalé à savoir les prescripteurs.

0 vote
(IP:xxx.xx3.47.227) le 23 décembre 2010 a 07H47
 (Visiteur)

réponse a oeuvrier Avant de sortir des sornettes de ce genre. Dites vous que des personnes sont malades et ont besoin de traitements. Croyez vous que c’est un plaisir de prendre des médicaments et que nous le faisons par confort ? vous devriez plutot vous demander si les medecins et l’etat ne se moquent pas des patients en prescrivant ou en mettant en circulation des medicaments jugés soit disant inefficaces. Où est la vérité sur ces médicaments à vignette orange. Nous, les patients n’avons pas fait médecine et c’est aux medecins de savoir s’ils prescrivent de la poudre de perlinpinpin ou si leur traitement va soulager la personne...A chacun son métier ;. Alors n’accusez pas le commun des mortels qui a une pathologie et qui subit le fait que certains veulent s’enrichir.

0 vote
par pseudojc (IP:xxx.xx0.188.191) le 13 décembre 2010 a 12H00
pseudojc (Visiteur)

Je suis d’accord avec toi oeuvrier mais il a y a des gens comme moi qui ont besoin de médicaments. J’ai de l’arthrose et mon médicament est passé en vignette orange. C’est à dire qu’il est remboursé à 15% au lieu de 35%. Ca veut dire que j’ai 85% de ma poche. Ma mutuelle m’en rembourse que la moitié. Vous trouvez ça normal ?