Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Démarche qualité : où en est l’accréditation des laboratoires de biologie médicale à l’AP-HP ?
Démarche qualité : où en est l'accréditation des laboratoires de biologie médicale à l'AP-HP ?
note des lecteurs
date et réactions
19 novembre 2012
Auteur de l'article
Le Webzine de l'AP-HP, 323 articles (AP-HP)

Le Webzine de l’AP-HP

AP-HP
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
323
nombre de commentaires
0
nombre de votes
20

Démarche qualité : où en est l’accréditation des laboratoires de biologie médicale à l’AP-HP ?

Démarche qualité : où en est l'accréditation des laboratoires de biologie médicale à l'AP-HP ?

Lancée en janvier 2010, l’accréditation est obligatoire pour tous les laboratoires de biologie médicale, publics et privés, d’ici à 2016. Une démarche qualité dont les enjeux sont majeurs pour les patients comme pour les équipes hospitalières.

Pour respecter l’obligation fixée par la loi Hôpital, patients, santé et territoires (1), les douze laboratoires de biologie médicale des douze groupes hospitaliers (GH) de l’AP-HP doivent progressivement s’engager dans la procédure d’accréditation d’ici à novembre 2013. Ils auront ensuite trois ans, d’ici à 2016 (2), pour mener cette démarche qualité à son terme, et être accrédités par le Cofrac, le Comité français d’accréditation. Dans ce contexte, le pôle de biologie médicale et pathologie des Hôpitaux Universitaires de l’Est Parisien (Saint-Antoine, Rothschild, Armand-Trousseau/La Roche-Guyon, Tenon) a déjà pris une longueur d’avance. « L’accréditation de notre laboratoire est effective depuis le 1er juillet 2011. Au niveau de l’AP-HP, c’est la première fois qu’elle est décernée à l’ensemble d’un pôle et non uniquement à un service », témoigne le Dr Michel Vaubourdolle, chef du pôle biologie et pathologie de ce GH. Le laboratoire de biologie médicale du groupe hospitalier Paris-Sud (Bicêtre, Antoine-Béclère, Paul-Brousse) s’est lui aussi engagé dans la procédure en s’appuyant sur une accréditation de service pré-existante ; les 10 autres laboratoires leur emboîteront le pas d’ici à fin 2013.

Prouver la qualité

Pour les patients, l’accréditation représente un vrai gage de qualité. « Un laboratoire accrédité, c’est une organisation optimisée, avec des processus simplifiés, des savoir-faire qui se maintiennent à un haut niveau, des analyses mieux maîtrisées, souligne le Dr Michel Vaubourdolle. Il ne suffit pas de dire que l’on fait de la qualité ; avec l’accréditation, nous le prouvons à nos patients et à nos cliniciens. »

Pour les équipes hospitalières, la procédure est l’aboutissement de nombreux efforts engagés pour répondre aux nouvelles exigences de la législation sur la biologie médicale. C’est aussi un véritable facteur de motivation, avec de forts enjeux en termes de formation et de maintien des compétences. « La perspective de travailler autour d’un projet qualité commun dynamise l’équipe hospitalière. C’est important, dans la gestion d’un laboratoire, pour obtenir l’adhésion de tous les personnels », souligne le Dr Michel Vaubourdolle. En interne, cette démarche intervient logiquement à la suite des restructurations menées dans le champ de la biologie médicale à l’AP-HP. « Grâce à ces restructurations, nous sommes passés de nombreux laboratoires de spécialité sur chacun des 40 sites hospitaliers à 12 laboratoires, un par GH. Cette réorganisation a facilité la mise en place de la procédure qui aurait été difficile, voire impossible à initier auparavant ».

Maintenir l’excellence

Enfin, la démarche d’accréditation permet aux laboratoires de biologie médicale de l’AP-HP de maintenir leur leadership, aux niveaux national et international. « En tant que centre hospitalo-universitaire, nous devons jouer ce rôle d’aiguillon, montrer l’exemple, avec l’objectif de conserver une recherche médicale de très haut niveau ».
En France, la biologie est la première discipline médicale à être engagée dans le processus d’accréditation COFRAC, c’est aussi celle dont la culture de la qualité était la plus avancée. Dans quelques années, la procédure sera sans doute étendue à l’anatomopathologie, à la radiologie, puis aux activités cliniques.

1. LOI n° 2009-879 du 21 juillet 2009 portant réforme de l’hôpital et relative aux patients, à la santé et aux territoireshttps://courriel-bsr.aphp.fr/<sp...2. Cette échéance pourrait être repoussée à 2018.

Claire Peltier

Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté