Accueil du site
> Santé & Maladies > Les Actus
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
De la radioactivité en plein coeur de Paris
De la radioactivité en plein coeur de Paris
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
27 avril 2011
Auteur de l'article
Albertcorre, 2 articles (Rédacteur)

Albertcorre

Rédacteur
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
2
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

De la radioactivité en plein coeur de Paris

De la radioactivité en plein coeur de Paris

Depuis quelques semaines, l’Hôtel de la Marine à Paris est au coeur des discussion. En effet, l’Etat-major de la marine nationale étant appelé à déménager à Balard d’ici 2014, le gouvernement réfléchit actuellement à une nouvelle utilisation de ce bâtiment. Au-delà de ces considérations, l’Hôtel de la Marine est surtout dans un état fortement dégradé et, plus grave encore, ses murs regorgent de substances hautement radioactives. Se dirige-t-on vers un nouveau scandale, type amiante ?

L'Hôtel de la Marine n'est pas dans un excellent état, loin de là. Ce bâtiment aura besoin d'être rénové, car plusieurs salles sont pour le moment insalubres. 

Cependant, ce n'est pas le plus grave. En effet, le Comité d'Hygiène de l'Hôtel de la Marine, le CHSCT, a détecté du thorium 232 dans les murs. Cet élément est un émetteur alpha hautement radiotoxique. Il est considéré comme 3,3 fois plus radiotoxique que le plutonium, par exemple, et est fortement cancérigène.

Comment cet élément s'est-il retrouvé là ? Il faudrait apparemment remonter à l'Occupation. Les Allemands avaient repeint les murs en utilisant de la peinture contenant du thorium 232. Personne n'a pensé à remettre le bâtiment aux normes depuis.

Depuis des années, militaires et personnel travaillent donc en présence d'éléments cancérigènes. Ces problèmes n'ont pas encore été soulevés auprès du grand public, probablement en raison de l'omerta entourant les conditions de travail du personnel du ministère de la Défense, ou dépendant de ce ministère.

Cependant, il y a fort à parier que de nombreuses polémiques éclateront une fois que ce bâtiment sortira du giron de la Marine nationale. Un scandale de type amiante n'est pas à exclure.

La mise aux normes a été chiffrée à environ 200 millions d'euros. Une broutille diront certains, un effort incommensurable en période de restrictions budgétaires, diront d'autres. Mais la santé a-t-elle un prix ?

Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté