Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Dangers de la circoncision : les scientifiques plus partagés que jamais
Dangers de la circoncision : les scientifiques plus partagés que jamais
note des lecteurs
date et réactions
15 janvier 2010 | 2 commentaires
Auteur de l'article
La rédaction CareVox, 598 articles (Comité de rédaction)

La rédaction CareVox

Comité de rédaction
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
598
nombre de commentaires
0
nombre de votes
3

Dangers de la circoncision : les scientifiques plus partagés que jamais

Dangers de la circoncision : les scientifiques plus partagés que jamais

Les dernières études sur la circoncision apportent des conclusions contradictoires : Les spécialistes ne peuvent se mettre d’accord sur les effets, bénéfiques ou néfastes, de la circoncision sur la santé.

Le débat sur la circoncision ne date pas d’hier, et il a de tout temps soulevé des passions. Certains parents estiment que la circoncision apporte des bienfaits d’un point de vue médical. D’autres, au contraire, jugent la mesure médicalement inutile et dangereuse, beaucoup soutenant en outre qu’elle porte atteinte à la performance sexuelle et à la jouissance chez l’homme. Dans le camps des parents favorables, il est souvent admis que la circoncision doit être effectuée sur les garçons nouveau-nés suivant une procédure « logique » de norme médicale. Qu’en pensent les experts ? Une grande organisation de pédiatres, l’American Academy of Pediatrics, adopte désormais une position neutre sur la question, se fondant sur les résultats de deux recherches dont les résultats ont abouti à des conclusions contradictoires.

Selon de Docteur Douglas S. Diekema, pédiatre à l’Université de Washington et membre d’une équipe spéciale formée pour mieux définir les nouvelles recommandations de l’Académie, « il y a encore beaucoup d’incertitudes autour des risques et des avantages de la circoncision. Les avantages existent et les risques également, même si les plus si les plus significatifs d’entre eux sont peu observés ». Toutefois, suite à l’une des recherches récentes effectuées sur la circoncision, des scientifiques australiens ont analysé huit études et apporté leur conclusion selon laquelle les risques de complications majeures vont de 2 à 10% dans les cas présentés. L’auteur principal de cette étude, Caryn Perera, chercheuse au Collège royal des chirurgiens d’Australasie, a déclaré à cet effet que « les risques encourus sont inacceptables dans le cadre d’une intervention non urgente ». Elle a ajouté qu’ « il y a des doutes persistants et un manque de preuves solides concernant les effets bénéfiques apportés par la circoncision  ».

Au rang des conclusions rendues par le rapport, récemment publié dans la revue Annals of Family Medicine, figure une note indiquant que la circoncision peut s’avérer « psychologiquement préjudiciable », et qu’il n’existe pas de preuves indiquant que la circoncision d’un petit garçon pourrait réduire ses risques de contraction de maladies sexuellement transmissibles au cours de sa vie. De son côté, une seconde étude se basant sur trois recherches distinctes sur la circoncision en Afrique indique le contraire. Publiée dans le numéro le plus récent des Archives of Pediatric and Adolescent Medicine, l’étude fait notamment la part belle au Docteur Thomas Quinn, de la John Hopkins University. Ce dernier est arrivé à la conclusion selon laquelle la circoncision effectuée sur les hommes adultes aurait un impact nettement positif sur la prévention des maladies telles que le sida. Selon les conclusions apportées, les risques de complications seraient inférieures à 1% et « les complications graves à long terme seraient extrêmement rares ».

 

Sources : The Globe and Mail, MSNBC, Health News, Modern Medicine

La rédaction CareVox
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Mots-clés :
Enfants Circoncision
Commentaires
7 votes
par Internaute (IP:xxx.xx2.22.97) le 16 janvier 2010 a 10H19
Internaute (Visiteur)

Les mutilations sexuelles, appelés pudiquement circoncision, sont une torture gratuite infligée à des enfants sans défense. L’enfumage scientifique ne sert qu’à protéger des convictions archaïque qu’un Etat civilisé doit combattre avec la plus extrême fermeté. Rien ne peut justifier la torture et l’amputation à priori. Avec les mêmes justifications scientifiques on devrait arracher les dents des enfants car cela leur éviterait d’avoir de douloureuses caries (c’est prouvé), leur couper le petit doigt ce qui leur éviterait de le coincer dans une porte et leur crever les tympans pour faciliter l’épanchement du pus si plus tard ils attrapent une otite.

La circoncision est un énorme business en Israël, aux USA et en Australie d’où le battage médiatique permanent qu’elle suscite. Il y a des milliards à gagner en torturant les enfants. Les gens sensés ne font circoncire ni leur garçon ni leurs filles. Ne vous laissez pas berner par les publicités à caractère scientifique. Internet est rempli de sites médicaux mensongers qui mettent les parents en doute en montrant des photos de sexes tout à fait normaux avec une avertissement disant que ce type de sexe nécessite une opération immédiate.

7 votes
par Lisa sion 2 (IP:xxx.xx1.112.70) le 17 janvier 2010 a 03H42
Lisa sion 2 (Visiteur)

Bonjour,

la circoncision doit avoir un effet négatif sur l’activité sexuelle à vie et cela peut se vérifier dans les pages sexe d’internet. ces sexes circoncis y sont largement majoritaires, et démontrent clairement l’absence de jouissance des intervenants, ainsi que l’accoutumance à ces pratiques sexuelles devenues purement mécaniques.

Secundo, cette pratique sans réelle raison, quand elle s’applique aux jeunes filles, par l’ablation de la partie la plus sensible de leur organisme, devient tout simplement à vomir.

La nature nous a fait ainsi dès la naissance et l’intervention du corps médical dans des pratiques aussi inhumaines sont contraires aux simple droits de l’enfant.

Le corps médical par cette pratique mécanique rejoint l’Eglise catholique dans le but de moraliser le sexe, et l’effet malheureusement contraire, est aujourd’hui avéré.

http://www.agoravox.fr/actualites/s...

Moraliser passe par l’éducation et non par le scalpel ! merci.