Accueil du site
> Santé & Maladies > Les Actus
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Coronavirus : le dromadaire serait en cause
Coronavirus : le dromadaire serait en cause
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
9 août 2013
Auteur de l'article
Henri de Miebenthal, 476 articles (Kinésithérapeute)

Henri de Miebenthal

Kinésithérapeute
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
476
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Coronavirus : le dromadaire serait en cause

Coronavirus : le dromadaire serait en cause

Selon une équipe de chercheurs néerlandais dirigée par le docteur Chantal Reusken, le dromadaire serait le réservoir animal du nouveau coronavirus MERS-CoV. Les travaux des scientifiques, qui comportent des analyses sérologiques de 50 dromadaires originaires du sultanat d’Oman, ont été publiés cette semaine dans la revue médicale The Lancet. Apparu l’an dernier au Moyen-Orient, ce coronavirus a déjà infecté 94 personnes, dont 46 sont décédées.

Les dromadaires pourraient être les vecteurs de transmission du nouveau coronavirus MERS à l’homme. C’est ce que suggère une étude publiée en ce 9 août dans la revue médicale The Lancet Infectious Diseases. 349 animaux ont été analysés. Et d’après les recherches menées, la totalité des 50 sérums sanguins prélevés chez des dromadaires du sultanat d’Oman renfermaient des anticorps spécifiquement dirigés contre les protéines de surface du coronavirus. En raison de la parenté du nouveau coronavirus avec le SRAS, les chercheurs soupçonnent la chauve-souris d’être l’animal à l’origine de la maladie. Le dromadaire serait donc le chaînon intermédiaire pour que le virus se transmette à l’homme.
 
Le docteur Chantal Reusken, responsable à l’Institut national de la santé publique et de l’environnement à Bilthoven, aux Pays-Bas, et principale contributrice des travaux, n’en fait pas mystère : « Le dromadaire est une espèce animale très populaire au Moyen Orient, où il est utilisé pour les courses, mais aussi pour sa viande et pour son lait. L’homme a donc des contacts de plusieurs natures avec ce camélidé, ce qui favoriserait la transmission du virus ». D’autres études sur le sujet sont attendues.
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Mots-clés :
Dromadaire Coronavirus