Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Certains chercheurs maintiennent des dogmes existants en évitant des recherches trop prometteuses
Certains chercheurs maintiennent des dogmes existants en évitant des recherches trop prometteuses
note des lecteurs
date et réactions
5 juillet 2011 | 3 commentaires
Auteur de l'article
Bernard Sudan, 31 articles (Rédacteur)

Bernard Sudan

Rédacteur
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
31
nombre de commentaires
1
nombre de votes
2

Certains chercheurs maintiennent des dogmes existants en évitant des recherches trop prometteuses

Certains chercheurs maintiennent des dogmes existants en évitant des recherches trop prometteuses

Certains "chercheurs" français gardaient un silence prudent et compréhensible après les catastrophes des Coxibs (Vioxx et autres), du Mediator et des centaines de médicaments retirés du marché pour le peu de service médical rendu (SMR) sans oublier les 94 millions de doses de vaccins anti-H1N1 sans pandémie et évidemment Escherichia coli enterohémorragique (ECEH) dans les concombres...

Cependant voilà un de ces "chercheurs" qui montre le bout de son nez pour mélanger "révisionnisme" et les chercheurs de grand talent comme Jacques Benveniste, ex-directeur de recherche à l'INSERM découvreur du PAF-acether et Luc Montagnier, lauréat Nobel de Médecine.

Gilles Pialoux in : 

http://www.rue89.com/2011/06/30/le-sida-nexiste-pas-le-vih-aussi-a-ses-theories-du-complot-211582

http://www.vih.org/20110630/revisionnisme-sida-bien-vivant-sur-net-24877

Voici donc un extrait de la malheureuse litanie de ce "chercheur" qui cherche mais ne trouve pas... Je peux lui préciser que pour trouver il faut d'abord écouter et envisager toutes les voies de recherche possibles... en évitant ainsi la pensée unique qui caractérise si bien la recherche française avec le dogme de la toute puissante biologie moléculaire.

La théorie « Big Pharma » : l'industrie du médicament a tout provoqué

« House of Numbers », le documentaire révisionniste de Leung Brent, est branché sur une autre théorie du complot : celui de « Big Pharma ». La cible, cette fois, est l'industrie du médicament et du vaccin qui, « pour multiplier leurs bénéfices, met en avant une maladie pour vendre ensuite un vaccin qui, soi-disant, la “traite”. C'est toujours la même vieille combine, que l'on parle de cancer du col de l'utérus, de grippe porcine ou de sida. »

Commentaires : question mettre en avant une maladie pour vendre ensuite un vaccin, Monsieur Pialoux est bien placé pour avoir été absent lors de la production de 94 millions de doses de vaccins anti-H1N1 sans pandémie : encore bravo ! Ce monsieur a oublié de contredire son "cher collègue" le "professeur Claude Hannoun" de l'Institut Pasteur qui conseillait à toute la population de se faire vacciner en direct au JT de David Pujadas... La population et spécialement les internautes sont en droit de se poser des questions quant aux conflits d'intérêt entre certains "professeurs" et l'industrie pharmaceutique.

En utilisant assez habilement au passage les errances de Luc Montagnier, corécipiendaire du prix Nobel de médecine 2008 pour la découverte en 83 du VIH.

Commentaires : "errances" ... pour un Nobel, eh ! Monsieur Pialoux doucement car vous n'avez pas encore eu le Nobel et vous devriez garder vos commentaires pour vous car le Nobel Montagnier a bien le droit de se poser des questions comme tout citoyen normal sans avoir des obcurantistes lui indiquant ce qu'il doit "penser" ! Voici donc un exemple typique de la pensée unique dans la recherche en France : il ne faut surtout pas sortir des sentiers battus.

Il est à noter que les propos ou les recherches du Pr Luc Montagnier ont souvent été, paradoxalement, l'otage involontaire de théories visant à nier l'existence même du virus qu'il a codécouvert. Certains ont vu dans la théorie des « cofacteurs », qu'il défend sans nier le poids du VIH, une alternative à la relation de causalité entre VIH et sida.

Particulièrement avec la théorie des mycoplasmes comme cofacteur pouvant jouer un rôle dans la pathogénie du VIH, travail auquel j'ai personnellement cru et collaboré durant mes années pasteuriennes. Des errances qui risquent de refaire surface avec le ralliement partiel de Luc Montagnier à la « mémoire de l'eau » de Jacques Benveniste.

Commentaires : "ralliement partiel de Luc Montagnier à la "mémoire de l'eau" de Jacques Benveniste". On ne peut évidemment pas comparer l'envergure d'un Jacques Benveniste, chercheur ex-directeur de Recherche à l'INSERM, découvreur du PAF-acether et initiateur de la biologie numérique, une voie de recherche beaucoup trop compliquée pour Monsieur Pialoux qui préfère rester au niveau de la "mémoire de l'eau" et de l'homéopathie... car ce qui dérange monsieur Pialoux est précisément écrit dans l'une des dernières publications de Luc Montagnier :

"L’objectif ici est l’éradiction de l’infection par le virus HIV de telle sorte que les combinaisons de médicaments toxiques et coûteuses pour traiter à vie les patients ne soient plus nécessaires".

http://www.agoravox.fr/auteur/bernard-sudan

Un objectif incroyable pour des "chercheurs" qui ont commencé par un monothérapie, ensuite une bithérapie et maintenant une trithérapie et qui n'envisagent surtout pas un traitement peu coûteux...qui serait préjudiciable à l'industrie pharmaceutique qui n'a aucun intérêt à trouver la solution la plus simple, ce qui est valable pour toutes les pathologies (pour information, j'ai passé trente deux années de ma vie à chercher des médicaments inutiles et dangereux dans l'industrie pharmaceutique...).

Ma recherche depuis plus de quarante années contre la dermite séborrhéique est exemplaire et montre comment les dermatologues avaient intérêt à maintenir le dogme de la dermite soi-disant séborrhéique... sans séborrhée et à prescrire des corticoïdes à vie pour financer toute la chaîne (pharmacie et industrie pharmaceutique), sans oublier la pauvre théorie de Pityrosporum, un saprophyte de la peau alors que les mastocytes tissulaires libèrent de l'histamine et autres médiateurs de l'inflammation.

http://www.carevox.fr/sante-maladies/article/dermite-seborrheique-et-nouvelles

http://www.carevox.fr/sante-maladies/article/quand-des-chercheurs-decouvrent-de

Les misérables attaques contre Jacques Benveniste et Luc Montagnier ne sont que le résultat pitoyable de personnes envieuses et jalouses qui n'atteindront jamais le niveau de ces chercheurs et qui n'ont aucune idée innovante...

http://www.bernardsudan.net/post/Alain-de-Weck%2C-m%C3%A9moire-de-l-eau-et-m%C3%A9moire-perdue2

Donc, monsieur Pialoux devrait d'abord passer de la "Mémoire de l'eau" à la "Biologie numérique" et communiquer les liens pour une information objective et notamment le site de l'Association Jacques Benveniste pour la Recherche :

http://www.jacques-benveniste.org/

On peut également savoir pourquoi Luc Montagnier vient de s'exiler en Chine pour développer une recherche innovante...un paradoxe !

http://www.solidariteetprogres.org/Luc-Montagnier-s-exile-en-Chine-pour-lancer-un-nouveau-mouvement_07605

Au fait, les internautes sont assez malins pour trouver l'information qu'ils veulent trouver en se passant de monsieur Pialoux qui devrait d'abord nous résumer les progrès spectaculaires de la biologie moléculaire et du décryptage du génome humain pour lutter contre les maladies humaines : le résultat est NUL.

Et la cerise sur le gâteau pour vérifier "l'excellent travail" sans "errances" de ces "chercheurs", l'historique du scandale de l'amiante pendant tout le vingtième siècle, voici deux extraits dans :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Amiante

"Bien que les dangers de l'amiante aient été identifiés clairement dès le début du xxe siècle, il faudra attendre le milieu des années 1980 et 1990 pour que l'utilisation de l'amiante soit interdite dans de nombreux pays"

"Après d'importantes polémiques, Claude Allègre y voyant par exemple un « phénomène de psychose collective », son désamiantage (campus de Jussieu) a été décidé"


« Fama di loro il mondo esser non lassa ;

misericordia e giustizia li sdegna : ;

non ragioniam di lor, ma guarda e passa ; »

Dante, La Divine Comédie, Enfer, III 49-51

Bernard Sudan
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Polémiques & Débats
Commentaires
1 vote
(IP:xxx.xx8.65.166) le 6 juillet 2011 a 20H52
 (Visiteur)

M. Pialoux est-il un chercheur ? Ce n’est pas sûr.

C’est par contre très certainement un médecin qui expérimente les effets des remèdes utilisés auprès de ses malades, ce qui lui permet d’en observer les effets.

Et ces observations semblent les conforter dans leur dogme : effectivement les "antirétroviraux" actuels diminuent la morbidité et la mortalité chez les séropositifs et les malades du sida.

Cependant, le dogme n’est pas là où on l’imagine : le dogme consiste à dire : puisque les pharmaciens nous ont concocté des substances à partir d’une hypothèse de mécanisme d’action et que cela marche, c’est donc que ces substances éliminent bien le VIH.

Or, lorsqu’on sait comment la structure d’une telle substance est déterminée, on se rend compte que le véritable mécanisme n’est pas nécessairement celui auquel on croit. En effet, s’il suffisait de supprimer le OH en 3’ d’un nucléotide pour que la rétrotranscription n’ait plus lieu, pourquoi la didanosine (CHOH remplacé par CH2), l’AZT (CHOH remplacé par CHN3) n’ont pas apporté d’amélioration. Il suffit de voir la courbe de la mortalité aux EU avant 1996 où seuls ces substances (+ la stavudine) étaient prescrites pour comprendre que l’évolution du traitement est la clé de cette brutale chute de la mortalité.

http://membres.multimania.fr/intoxs...

Or, cette évolution, quelle est-elle ? On a tout simplement remplacé le CHOH par du soufre (S), pour obtenir la lamivudine (3TC), puis l’emtricitabine (FTC), que l’on retrouve dans tous les traitements antisida.

On ne me fera pas croire que le soufre in se empêche mieux la formation de la liaison phosphate - alcool en 3’ que CH2 ou CHN3. S’il le fait, c’est par un mécanisme autre que l’empêchement de la réplication.

Le rasoir d’Occam nous permet de trouver l’explication la plus simple et la plus rationnelle : c’est parce que l’introduction du soufre à cet emplacement fait apparaître un oxathiolane (thioacétal mixte) fortement réducteur qu’il empêche la réplication du VIH ; Le CH2 de la didanosine n’a pas ces propriétés, et l’AZT ne les possède qu’en présence de composés soufrés (glutathion) dont il diminue d’ailleurs lui-même la concentration au cours du temps.

Mais comment, direz-vous, ces propriétés réductrices peuvent-elles avoir un rapport avec le VIH ? Qu’est-ce que vous nous racontez-là comme idiotie ? (je laisse Pialoux pérorer).

C’est Stefano Aquaro qui nous donne la réponse ne 2007 :

http://www.retrovirology.com/conten...

Il y montre que la réplication du VIH ne peut se faire qu’en présence de peroxynitrites... qui sont des oxydants... détruits par les composés soufrés (en présence de Glutathion Peroxydase). Tiens, tiens...

Au fond, puisque on ne sait pas vraiment comment le VIH détruit la cellule, mais que par contre on sait très bien comment le peroxynitrite détruit la cellule, peut-être le VIH n’est-il qu’un avatar de cette "lutte" entre oxydants et réducteurs, à laquelle il ne participe que faiblement, selon Rodriguez et al. Avatar qu’on a étudié sous toutes ses coutures, un peu comme l’arbre qui cache la forêt des oxydants azotés.

http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/...

Il est d’ailleurs intéressant de noter que les peroxynitrites sont normalement en faible quantité stationnaire au cours du temps dans chacune de nos cellules, ce qui permettrait d’expliquer (en déduisant du travail d’Aquaro que les antigènes P24 sont intimement liés à la présence de peroxynitrites) que personne ne présente un résultat nul au test Elisa, ce qui aurait été la moindre des choses pour un virus présent ou non.

Par contre que la perpétuation de pratiques menant à la formation de ces peroxynitrites puisse mener aux maladies opportunistes du sida, c’est évident, et c’est là que l’on doit demander des comptes à Peter Duesberg et aux américains et anglais qui le suivent. Son analyse montrant les incohérences de l’hypothèse officielle est très intéressante, mais sa propre hypothèse est dangereuse. C’est d’ailleurs pourquoi les australiens se sont totalement désolidarisés de Duesberg.

Il faudrait d’ailleurs que M. Pialoux approfondisse sa réflexion à ce sujet, et qu’il ne réagisse pas simplement à fleur de peau.

0 vote
par Greg (IP:xxx.xx8.144.195) le 25 juillet 2011 a 12H06
Greg (Visiteur)

Article mal écrit, mal structuré, difficile à lire, fourre-tout.... Bref, pour être crédible, il faudrait déjà commencé par savoir écrire un article bien construit....

0 vote
par Bernard Sudan (IP:xxx.xx3.183.167) le 25 juillet 2011 a 15H12
Bernard Sudan (Visiteur)

Je comprends tout à fait que mon style et mes arguments puissent déranger certaines personnes...Tous les "chercheurs" ne peuvent pas publier dans la revue britannique The Lancet.