Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Cellule souche : Avancée cruciale contre la myopathie
Cellule souche : Avancée cruciale contre la myopathie
note des lecteurs
date et réactions
1er avril 2011 | 1 commentaires
Auteur de l'article
Patrick Rollo, 495 articles (Rédacteur)

Patrick Rollo

Rédacteur
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
495
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Cellule souche : Avancée cruciale contre la myopathie

Cellule souche : Avancée cruciale contre la myopathie

Des chercheurs français ont mis en lumière des mécanismes jusqu’alors inconnus impliqués dans la forme d’une maladie génétique : la dystrophie myotonique de Steinert. Cette découverte a été rendue possible grâce à des cellules souches embryonnaires porteuses de l’anomalie génétique à l’origine de cette pathologie. Les observations, publiées le 31 mars dernier, interviennent au moment où les parlementaires débattent de la recherche de ces cellules embryonnaires.

Il s’agit d’une première qui vient clore de longues recherches sur les cellules souches. Au génopole d’Evry, une équipe de l’Inserm au sein de l’institut I-Stem est parvenue à identifier des mécanismes jusqu’ici inconnus dans une maladie génétique, la maladie de Steiner (dystrophie myotonique provoquée par la mutation d’un gène). Cette découverte soulève un enthousiasme d’autant plus important qu’il n’existe aucun traitement contre cette forme de myopathie, qui affecte 7 000 à 8 000 personnes adultes dans l’hexagone. C’est en utilisant des cellules souches prélevées sur des embryons porteurs de la maladie, que les chercheurs ont pu reproduire en laboratoire les mécanismes de cette pathologie.

Les résultats des études, coordonnées par le neurophysiologiste Marc Peschanski et la chercheuse Cécile Martinat, ont été publiés le 31 mars dernier dans la revue Cell Stem Cell. On y apprend que « deux gènes défaillants empêchaient les neurones de stimuler les muscles ». Toujours en cours, les travaux scientifiques font désormais place à des tests en laboratoire, portant sur des cellules souches porteuses de la maladie et leur réaction au contact de substances chimiques. L’objectif de l’équipe de l’Inserm est de déceler les cellules réparatrices qui pourraient contribuer à la mise au point d’un médicament, lequel ne verrait pas le jour avant cinq ans. 
 

SOURCES

  • http://dev.istem.fr/ewb_pages/a/actualite_31-03-2011.php
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Commentaires
0 vote
par jaqiuenot001 (IP:xxx.xx4.69.129) le 4 avril 2011 a 12H48
jaqiuenot001 (Visiteur)

C’est extraordinaire de constater comment ce groupe sait mettre en valeur ses résultats à travers tous les moyens de communication (TV , Radio, presse écrite ainsi qu’internet). Peut- être que cette découverte mérite-t-elle effectivement un prix, mais toutes leurs découvertes antérieures avaient connu la même promotion....... Le criblage intensif permet de faire beaucoup de découvertes et d’obtenir les financements, si nécessaires à la recherche ! Le soin des malades sera un peu plus complexe mais il viendra. On fait confiance à ces chercheurs si pleins d’entrain ...et de capacité de se mettre en valeur.