Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
CarThéra, start up espoir 2012 aux trophées innovation d’APinnov
CarThéra, start up espoir 2012 aux trophées innovation d'APinnov
note des lecteurs
date et réactions
20 juillet 2012
Auteur de l'article
Le Webzine de l'AP-HP, 323 articles (AP-HP)

Le Webzine de l’AP-HP

AP-HP
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
323
nombre de commentaires
0
nombre de votes
20

CarThéra, start up espoir 2012 aux trophées innovation d’APinnov

CarThéra, start up espoir 2012 aux trophées innovation d'APinnov

A l’occasion des 9èmes rencontres APinnov, l’entreprise CarThéra du Pr Alexandre Carpentier a reçu le trophée « Start Up Espoir 2012 » remis par Mireille Faugère, directrice générale de l’AP-HP et Christian Lajoux, Directeur général du LEEM, Président de Sanofi France.

Pour la 9ème année consécutive, l’AP-HP a organisé le 2 juillet dernier les rencontres APinnov, qui ont vocation à rapprocher les équipes cliniques de l’AP-HP des industriels pour établir des partenariats durables en recherche et développement. Au cours de cette journée, deux trophées innovation ont été remis, le trophée « Brevet Prometteur 2012 » et le trophée « Start Up Espoir 2012 ».

Après examen de 45 entreprises issues d’innovations de l’AP-HP et créées entre 2009 et 2012 et présélection de 10 d’entre elles sur la base de leur caractère scientifique innovant, du modèle économique proposé et du potentiel de développement, c’est l’entreprise CarThéra du Pr Alexandre Carpentier (Neurochirurgie, Pitié-Salpêtrière, AP-HP) qui a remporté le trophée « Start-up Espoir 2012  ».

« J’ai créé en 2006 une équipe de recherche qui développe des techniques chirurgicales innovantes. En 2010, sous l’impulsion de Jean-Charles Pomerol, qui était président de l’UPMC et de l’incubateur AGORANOV de la ville de Paris nous avons décidé de sortir deux de projets de ce laboratoire pour les valoriser au sein d’une société puisque les résultats de la recherche avaient été brevetés par l’AP-HP et l’UPMC  » explique le Pr Carpentier. « Une telle création permet d’avancer un plus vite, et donc espérer qu’une technologie puisse émerger et soit réellement appliquée chez l’homme. C’est un processus vertueux où tous les intervenants sont gagnants puisque les subventions académiques sont plus que doublées par des fonds privés, la recherche avance plus vite, la valorisation est juridiquement sécurisée et les chercheurs sont responsabilisés personnellement »

Dans le cadre de la société CarThéra, deux dispositifs médicaux sont développés, utilisant la technologie des ultrasons pour le traitement des tumeurs, notamment cérébrales.

  • Le premier dispositif est une sonde émettrice d’ultrasons thérapeutiques (SonoProbe) permettant en un temps unique de réaliser la biopsie, le traitement et l’évacuation de tumeurs cérébrales bénignes ou malignes, et ce en ambulatoire sous anesthésie locale et sous contrôle continu IRM. « Avec cette sonde, la durée de l’hospitalisation sera réduite et nous avons en temps réel un contrôle de ce que l’on fait sous IRM avec une qualité et une sécurité de traitement qui est optimale » précise le Pr Carpentier. Actuellement au stade de recherche sur l’animal, son application à l’homme est prévue dans 2 ans.
  • Le deuxième dispositif est un implant émetteur d’ultrasons (SonoCloud) permettant d’ouvrir de façon transitoire la barrière hémato encéphalique à chaque séance de chimiothérapie. Inséré dans l’épaisseur du crane, le SonoCloud permet une biodisponibilité intracérébrale de drogues qui habituellement ne peuvent pénétrer dans le cerveau. « A l’heure actuelle, les chimiothérapies passent relativement mal dans le cerveau à cause de la barrière hémato-encéphalique. Nous avons montré que le fait d’envoyer des ultrasons pendant des injections de chimiothérapie, augmentait de quatre fois la concentration de chimiothérapie dans le cerveau. Ceci permettra de diminuer significative la dose de chimiothérapie injectée par voie veineuse puisqu’on sait mieux la concentrer dans le cerveau. Ainsi, les chimiothérapies seront beaucoup mieux tolérées par le patient, les cures pourront peut-être avoir lieu plus fréquemment pour une efficacité au moins équivalente  ». Actuellement au stade de validation auprès de l’ANSM (ex Afssaps), son application à l’homme en collaboration avec l’équipe de neuro-oncologie du Pr Delattre est envisagée pour janvier 2013.
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Mots-clés :
Hôpital