Accueil du site
> Santé & Maladies > Les Actus
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Cannabis : la France reste ferme. Les Etats-Unis plus près de la légalisation
Cannabis : la France reste ferme. Les Etats-Unis plus près de la légalisation
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
3 mars 2009 | 19 commentaires
Auteur de l'article
Henri de Miebenthal, 476 articles (Kinésithérapeute)

Henri de Miebenthal

Kinésithérapeute
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
476
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Cannabis : la France reste ferme. Les Etats-Unis plus près de la légalisation

Cannabis : la France reste ferme. Les Etats-Unis plus près de la légalisation

JPEG - 9.4 ko
Spice Cannabis

En France la ministre de la Santé et des Sports, Roselyne Bachelot, a décidé de classer comme stupéfiants certains mélanges de plantes utilisés comme substitut du cannabis et vendus comme encens. Cette décision intervient alors qu’aux Etats-Unis, où certains Etats songent à réglementer et à taxer le cannabis pour réduire les déficits, près de 44% de la population se montre désormais favorable à la légalisation du cannabis.

La liste des stupéfiants s’allonge en France. Les substances cannabinoïdes CP 47, 497, JWH-018 et leurs homologues C6, C8, C9 et HU-210 viennent désormais rejoindre le monde des drogues aux yeux de la loi.

Il s’agit de mélanges de plantes utilisés comme substituts du cannabis sous les noms de « Spice », « Sence » et « Gorilla ». La Direction Générale de la Santé (DGS) précise que le Ministère de la Santé a pris cette décision « en raison des propriétés pharmacologiques, des effets psychoactifs et du potentiel d’abus et de dépendance de ces substances ».

En 2008, déjà, suite à quelques signalements, le réseau des Centres d’évaluation sur la pharmacodépendance et d’addictovigilance (CEIP-Addictovigilance) de l’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps) a été amené à se pencher sur ces mélanges de plantes dont les propriétés sont proches de celles du cannabis.

L’analyse des échantillons recueillis dans l’hexagone n’a pas détecté de delta-9-THC, qui est le principe actif du cannabis. En revanche, l’étude a mis en évidence la présence de cannabinoïdes de synthèse dont le mécanisme d’action pharmacologique est identique à celui du delta-9-THC. L’intensité d’action serait aussi importante voire supérieure à ce dernier. Paris s’inquiète de l’intérêt grandissant du public pour ces produits, aisément disponibles sur Internet et largement évoqués dans les forums de discussion.

De l’autre côté de l’océan Atlantique, une attention toute autre est actuellement portée sur le cannabis et ses dérivés. Les Etats américains, qui font face à l’heure actuelle à des déficits records, songent à renflouer leurs caisses avec un impôt sur l’herbe de cannabis susceptible de générer de nouveaux revenus se chiffrant à plusieurs milliards de dollars. Parmi les élus qui sont montés au créneau, un parlementaire de l’Etat de Californie, Tom Ammiano de San Francisco, a déposé une proposition de loi lundi dernier visant à créer un impôt sur la culture, l’achat et la vente du cannabis. Les gains annuels sont estimés à plus de 14 milliards de dollars.

13 Etats ont déjà dépénalisé la marijuana à des degrés divers, et le projet de loi de monsieur Ammiano a reçu le soutien de l’Organisation nationale pour réforme des lois sur la Marijuana (NORML). Cette organisation travaille en concertation avec plusieurs Etats, y compris le très conservateur Texas. En 2005, déjà, un économiste de Harvard, Jeffery Miron, a demandé directement au président George W. Bush de légaliser le cannabis.

Trois sondages réalisés cette année ont montré une poussée du nombre des américains soutenant la légalisation. Selon l’Institut Zogby, ils sont désormais 44% à aller dans ce sens. Largement majoritaires sur la côte ouest (six sondés sur dix), les tenants de la légalisation sont pratiquement à égalité avec les opposants sur la côte est (48% contre 49%). Les Etats du sud et du centre restant quant à eux opposés à cette idée.

JPEG - 42.6 ko
44 % des américains pour la légalisation du cannabis

Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Mots-clés :
Cannabis états-unis
Commentaires
33 votes
par Patrick Laborde (IP:xxx.xx5.72.171) le 3 mars 2009 a 19H31
Patrick Laborde (Visiteur)

Les Américains ont comme d’habitude quelques longueurs d’avance sur notre pays. Il est clair que la repression à tout va à la sarko ne marche pas. La prohibition de n’importe quelle substance entraine invariablement la délinquance. Légaliser, en tout cas en partie, pourrait être une réponse intéressante à certains fléaux : la plante a des vertus médicales, textiles (pour le chanvre dépourvu de THC) et aussi financières... Et il serait tellement amusant de voir le Cannabis, objet de tellement d’inepties, "sauver" le monde !! Yes we can..nabis aurait dit Mister Obama ?!!! En tout cas, peut-être arrivera-t-on un jour à parler sérieusement et sereinement du cannabis, sans qu’immédiatement on dégaine les tests routiers et les histoires invraisemblables qu’en son temps, le magnat de la presse américaine Randolph Hurst usa pour interdire le cannabis...au profit des médicaments !

19 votes
par Romain Desbois (IP:xxx.xx1.235.156) le 4 mars 2009 a 22H57
Romain Desbois (Visiteur)

Tant que l’on n’aura pas compris que l’on ne lutte efficacement contre une chose en l’interdisant, qu’ interdire ajoute au "problème" délinquance, trafic et mafia, on ne résoudra rien du tout.

Les trafiquants et autres proxos n’ont pas intérêt à ce que ce qui est interdit soit légalisé.

6 votes
par Girlandguy (IP:xxx.xx7.33.21) le 13 mai 2009 a 23H56
Girlandguy (Visiteur)

Je "vis" dans une rue à Belleville où cafés, hôtels, restaurants organisent le trafic de drogue. Je ne peux pas rentrer le soir de peur de me faire violer ou tuer (car les dealers, qui ont commencé très jeunes et qui campent dans ma toute petite rue règlent leurs comptes de cette façon). Les employés en charge de retirer les poubelles dans notre immeuble ne passent pas parfois plusieurs semaines de suite car ils ont peur quand ils voient le trafic qui se déroule dans mon immeuble. Je ne peux pas dormir car la quarantaine de dealers qui squatte ma rue étroite hurle toute la nuit et souvent se flingue. Je ne vis pas car je ne peux pas aller voir des spectacles le soir, je ne peux pas travailler car il est impossible de se concentrer dans ces conditions. Je suis obligée de subir une violence atroce. En dix ans seuls un ou deux dealers ont été enfermés. Ces dealers rigolent quand ils voient la police arriver, ils savent très bien qu’on ne leur fera rien. C’est la terreur qui règne dans mon quartier. La plante de cannabis est trafiquée dans des laboratoires criminels et rend les personnes qui en consument hyper excités et d’autant plus dangereux s’il s’agit de dealers. Je ne comprends pas que cette situation puisse être tolérée dans un pays démocratique comme la France.

39 votes
(IP:xxx.xx7.214.121) le 3 mars 2009 a 20H18
 (Visiteur)

Oui enfin bon, il ne faudrait pas non plus exagérer, le canabis reste une drogue. Quant à ce genre de produit dont parle l’auteur, puisque c’est un des sujet d’actualité, il est fabriqué à partir d’une substance provenant d’une plante toxique, plus dangereuse que le canabis. Alors consommer sans modération, les risques sur la santé sont très importants, d’où la nécessité d’une interdiction. Quand à l’utilisation du canabis en médecine, sachant que les plantes toxiques sont déjà utilisées en homéopathie, pourquoi pas ! Comme le disait Paracelse "tout est poison, rien est poison, c’est la dose qui compte". Ce n’est pas pour rien si la recherche médicale tente à valider des expériences cliniques proposant des vaccins ou contre-poison fabriqués à partir de venins ou enzymes toxiques d’animaux.

26 votes
par le geai (IP:xxx.xx6.221.149) le 4 mars 2009 a 03H23
le geai (Visiteur)

La legalisation permettrait d’une part a l’etat de recolter de l’argent, d’autre part aux consommateurs de disposer de produits naturels non melanges a des substances tres toxiques et enfin de reglementer la vente aux seuls adultes.

La France cite ses voisins europeens en exemple seulement quand ca l’arrange. L’interdiction du cannabis lui permet de ramasser de l’argent avec les contraventions, ce qui va dans la logique de l’etat policier dans lequel nous sommes ou les libertes individuelles se reduisent dangereusement.

Pour finir, le cannabis a le dos large dans les controles des automobilistes, meme si les effets du cannabis se sont dissipes depuis longtemps, il reste detectable dans l’organisme des jours voire des mois plus tard. Ce qui n’est pas le cas des autres drogues, qui elles ne sont pas considerees comme douces. Allez comprendre... L’etat prend l’argent la ou il est facile de le chercher.

28 votes
par Stéphane Erard (IP:xxx.xx2.110.204) le 4 mars 2009 a 04H07
Stéphane Erard (Visiteur)

une drogue ? le sexe n’est-il pas une drogue ? le pouvoir n’est-il pas une drogue ? la connerie ? l’hérésie ? la connaissance ?

tout est drogue. voir quelque chose comme drogue au point de vouloir légiférer dessus n’est que parti pris, typiquement on autorise l’alcool (tout aussi dangereux que le cannabis, non ?) et on interdit le cannabis. Sans rien pour justifier quoi que ce soit.

comme quoi, rien ne change finalement.

12 votes
(IP:xxx.xx5.167.98) le 4 mars 2009 a 17H35
 (Visiteur)

Ben c’est bien dommage, parce qu’avec la M.... qui arrive, zen n’aurait bien besoin !

14 votes
(IP:xxx.xx1.72.65) le 4 mars 2009 a 17H51
 (Visiteur)

JE NE VOIS QUE DES HYPOCRISIES VIS A VIS DE CET PLANTE, MÊME PAS LA PEINE DE DEVELOPPER ...

23 votes
par Bonavita (IP:xxx.xx4.228.219) le 4 mars 2009 a 22H10
Bonavita (Visiteur)

"La France cite ses voisins europeens en exemple seulement quand ca l’arrange. L’interdiction du cannabis lui permet de ramasser de l’argent avec les contraventions, ce qui va dans la logique de l’etat policier dans lequel nous sommes ou les libertes individuelles se reduisent dangereusement."

Vraiment, c’est n’importe quoi ! Les contraventions, lorsqu’elles sont payées, rapportent vraiment peu à l’État, surtout à cause de ses couts de fonctionnement, une légalisation plus taxes rapporterait des sommes COLOSSALES en comparaison !

Ensuite, légaliser le cannabis ferait un grand mal aux cités, c’est un extraordinaire régulateur de richesses, les racailles vendent aux fils de bourgeois, et c’est pas nouveau...

Quand aux autres pays Européens, la Hollande en a de plus en plus marre de la délinquance qu’engendre cette drogue et du tourisme qu’elle engendre.

Enfin, il y a un nouveau coût social, comme le tabac et l’alcool, certes (qui en prennent d’ailleurs plein la gueule !), mais est ce que ça justifie l’émergence d’un nouveau ?

14 votes
par Denis Gérard (IP:xxx.xx0.46.164) le 5 mars 2009 a 00H00
Denis Gérard (Visiteur)

Bonavita : "Enfin, il y a un nouveau coût social, comme le tabac et l’alcool, certes (qui en prennent d’ailleurs plein la gueule !), mais est ce que ça justifie l’émergence d’un nouveau ?"

Comme la plupart des français, vous avez conscience du côté "peu dangereux" du produit. Vous êtes contre la légalisation pour ne pas ajouter un nouveau produit à ceux qui existent déjà blablabla.

Mais si je vous demande "malgré tout êtes-vous pour mettre en prison les consommateur de cannabis ou ceux qui font pousser quelques pieds chez eux pour leur consommation personnelle ?", vous répondez "non".

Bref comme une majorité de français vous êtes pour la dépénalisation sans vraiment le comprendre ou l’assumer, et à cause de cela que notre démocratie continue à briser des vies en envoyant des types honnêtes côtoyer des délinquants en prison.

15 votes
par docteur kohn (IP:xxx.xx6.141.70) le 4 mars 2009 a 22H19
docteur kohn (Visiteur)

le chanvre pour l’emploi

CPE : Osons le Chanvre Pour L’Emploi !

Le Gouvernement Villepin veut faire passer son CPE en force pour soit disant créer de l’emploi pour les jeunes. Il veut surtout faire oublier le CNE, le déclassement des chômeurs au RMI et toute la casse systématique du droit social. Bien qu’il prétende faire baisser le chômage, Villepin ne redresse pas le solde négatif des emplois créés par rapport aux emplois perdus, notamment les moins qualifiés. La production et la distribution coopérative ou marchande du chanvre global fourniraient directement au moins 100.000 CDI et autant de CDD, temps partiels et emplois saisonniers. Les salaires, la taxation et les impôts de la filière réintégreraient des milliards d’euros dans l’économie officielle, constituant ainsi un indéniable facteur de croissance. Les jeunes et les moins jeunes usagers de cannabis n’auraient plus l’impression d’être des malades sous tutelle ou des criminels. Pour sortir de la crise, Villepin et Chirac doivent oser le CPE version cannabis.

La précarité pour maintenir les profits Pourquoi le gouvernement s’obstine-t-il malgré les millions d’opposants ? C’est un problème de stratégie à moyen terme. Le patronat et les actionnaires veulent obtenir le maximum de flexibilité, ou de précarité selon les avis, avant que la pyramide des ages ne règle le problème de l’emploi, avec ou sans l’intervention des politiques. La génération du baby boom prend sa retraite dans les prochaines années et la génération crise n’est pas assez nombreuse pour la remplacer. Pour éviter une future hausse des salaires et des avantages sociaux dus au manque d’effectifs, les salariés doivent dès maintenant être précarisé, la délocalisation maximalisé et l’immigration sélective optimisée. Les entreprises du CAC 40 veulent continuer à verser des dividendes records et les grands patrons pensent toujours mériter d’être 100 fois plus payés que les employés. Villepin protège les intérêts de ceux qui peuvent financer sa campagne présidentielle, pas l’avenir des français.

La résine pour l’emploi Dans ce contexte effrayant ou révoltant, il faut offrir à la jeunesse des modèles de développement plus humains. Les utilisations agro-industrielles du chanvre s’intègrent parfaitement dans une agriculture raisonnée et une meilleure gestion des ressources. Leur essor est considérablement freiné par la prohibition, tant en terme d’investissements que d’image négative ou de contraintes légales. Une réglementation pragmatique et une promotion efficace rétabliraient avantageusement cette plante maudite dans son statut de ressource essentielle pour l’agriculture et l’industrie. Mais pour que les retombées concernent aussi l’agriculture biologique et l’artisanat et les PME, il faut pouvoir utiliser tout le potentiel de la plante, donc la résine et ses cannabinoïdes. Si la recherche sur le chanvre a tant progressée ces dernières années, c’est bien plus grâce au travail des Suisses et des Hollandais du cannabusiness que des instituts agronomiques ou des syndicats paysans.

Réglementer pour mieux protéger La fracture sociale que Chirac prétendait réduire enflamme toujours nos rues, mon CPE permettrait de créer sur tout le territoire des dizaines de milliers d’emplois non qualifiés dans la production, le conditionnement, la sécurité et la distribution de cannabis pour les majeurs. Les minorités ethniques connaissent souvent mieux le marché et les produits, elles devraient fournir d’excellents employés sans critères de discrimination. Des cannabistrots pourraient s’installer dans des zones privées de lieux pour la vie sociale par la politique hygiéniste du PCF des sixties. Pour sauver les ouvriers de l’assommoir, ils ont freiné l’implantation des bistrots en banlieue, surtout dans les nouveaux quartiers. L’alcool provoque des violences, surtout familiales, des conduites à risques en pagaille, de nombreuses maladies mortelles, une addiction très forte. Si le cannabis s’est imposé comme drogue de masse, c’est parce qu’il a bien moins d’effets secondaires indésirables. Il permet la nécessaire ivresse collective à moindre risque, à condition d’encadrer la filière et d’avoir les moyens

Du cannabis pour rétablir le lien social Les bénéfices d’un système associatif seraient suffisant pour alimenter une politique d’éducation sanitaire incluant une prévention objective et la réduction des risques liés à l’usage de toutes les drogues. Ce dispositif inclurait la détection et l’assistance socio-médicale des usagers abusifs et de leurs familles. Il resterait sans doute assez de fonds pour financer l’animation socioculturelle locale. Dans la clandestinité actuelle, le cannabis est déjà un générateur de lien social mais il crée aussi des tensions disproportionnées dans les familles et entre les usagers et les autorités. Il peut servir de plate-forme à une politique de réinvestissement citoyen dans les quartiers. Il faut des emplois, des lieux, des finances. Il serait donc possible d’utiliser la manne de la réintroduction du cannabis pour pacifier la société. Villepin et Sarkozy proposent la guerre civile et le choc des civilisations. Je propose de confronter nos différences autour d’un bhang et de quelques space muffins. La droite veut plus de flics et de prisons. Je propose de payer plus d’éducateurs et d’assistantes sociales sans augmenter les impôts.

Réconcilier la police et les citoyens En six mois, toute la jeunesse aura affrontée la police de Sarkozy, le prochain gouvernement devra en finir avec la police spectacle et rétablir une police citoyenne de proximité. Cette police ne devra plus être payée au rendement quantitatif mais qualitatif. La chasse à la boulette ne doit plus valoir autant que le mac ou le braqueur. Les usagers de drogues n’ont rien à faire dans le système répressif, il faut réserver les moyens à contenir la criminalité, pas à réguler un phénomène socio-sanitaire. La dépénalisation de la consommation permet le dialogue et l’orientation des abuseurs vers des structures adéquates. La prohibition impose le silence et le silence tue, voir les ravages du sida. Pour bien accomplir sa tache, la police ne doit pas souffrir de la méfiance de la population pour de mauvaises raisons, parce qu’on lui fait accomplir la mauvaise mission. L’impunité des fauteurs de troubles et autre « racailles » serait bien moins grande sans la prohibition des drogues. Le shitstème oblige bien des citoyens à biaiser avec la loi et à se compromettre avec de vrais délinquants.

Chasser la peur pour construire l’avenir La France ne veut pas d’une société pseudo-libérale où les privilèges et la morale pseudo-religieuse d’une minuscule élite sont imposés par des robotcops et la biométrie. Les millions de manifestants doivent réclamer du CPE, du Cannabis pour l’Espoir. L’emploi n’est pas tout, il faut un espace de liberté suffisant pour profiter de son salaire, jouir de la vie, réfléchir, s’épanouir. Une politique du chanvre global serait un premier pas fondamental pour établir un nouveau contrat social, loin des peurs irrationnelles entretenues par une élite pour mieux nous exploiter. Qui osera réclamer publiquement ma version du CPE ?

Laurent Appel

18 votes
par thierry - j (IP:xxx.xx0.224.181) le 4 mars 2009 a 22H19
thierry - j (Visiteur)

tout a fait daccord avec l’idee d’une LÉGALISATION ou d’une DISTRIBUTION CONTROLÉE, comme la methadone ou le subutex pour l’heroine.

il y a surement une source de revenus important pour l’état .

de toutes façons la repression n’y a rien fait depuis trente ans , bien au contraire .

perso je fume depuis 29 ans , et c’est incroyable de voire comment le marché du shit (ou de la beuh depuis quelques années) ont evoluées. on est passé en trente ans ,de "l’epicerie" a "l’hyper marché"dans les quartiers de deal .

c’est de plus en plus souvent que je croise des jeunes en BMW, AUDI , CAYENNE , MERCEDES ETC , des vrais requins , qui font pas de sentiments . âpres au gain. qui comme votre restaurateur préféré reduisent les portions pour gagner plus , ou perdre moins. arnaquent sans hesiter, avec un plaisir sadique même .

je suis pas ce qu’ils appellent "un bollos" ( bien au contraire ) mais voyez les gens "normaux" qui se trouvent pris dans des problêmes incroyables pour avoir voulu simplement acheter leur shit ou leur beuh. avec la justice,la "cité", les rabatteurs ,les dealeurs etc .

sans parler du risque sanitaire... (shit coupé avec des produits chimiques, beuh a la paille de verre ,ou chimique .)

des fois je me dis que ça doit être pour ça qu’on les appelle les stupefiants...

parceque justement c’est stupefiant de voir ce que les usagers sont capable de faire pour avoir leur shit ou leur beuh . ceux qui croient que les ssarko & co vont assainir le terrain , se mettent le doigt dans l’oeil .( le veulent ils vraiment ?) ça fume de partout ,même en prison !

il vaudrais mieux essayer d’encadrer comme en HOLLANDE (moins de jeunes fument chez eux) si,si,si mr !

les differentes politiques de repression n’ont visiblement pas fonctionnées .

13 votes
(IP:xxx.xx3.44.21) le 5 mars 2009 a 06H51
 (Visiteur)

la france a toujours eu tout faux sur ces sujets

l hypocrisie devrait etre ajouter a la devise republicaine

dans la rue si t as une boulette tu peux tomber sur un flic qui te demandera de la jetter dans l egout mais tu peux aussi tomber sur le flic qui te fera passer une nuit au poste avec les ennuis judiciaires derriere

les consommateurs ont compris : kils font de plus en plus pousser chez eux , ce sont pas des delinquants il faut leur ficher la paix !

mais en france on veut tout regenter , reglementer , une loi nous dit quoi faire pour chaque situation , c est une infantilisation intolerable la philosphie francaise c est de considerer que le citoyen doit etre guidé , la france meprise la responsabilisation de chacun , c est aussi pour ca que je suis parti vivre ailleurs et que je suis pas pret de revenir !

9 votes
(IP:xxx.xx4.135.51) le 5 mars 2009 a 14H58
 (Visiteur)

Roselyne a bien fait. Ca ruinait le petit commerce de la rue, ces produits bradés sur le net. Au travail, les gars ! les affaires reprennent !

4 votes
par ooo (IP:xxx.xx0.129.23) le 5 mars 2009 a 17H17
ooo (Visiteur)

hypocrisie:tabac alcool anti depresseur gardenal etc egal drogue legale. si le cannabis n est pas libere c parcequ il rapporte a ...certains vive le cannabis en vente libre en pharmacie seule reele solution

6 votes
par puce (IP:xxx.xx5.228.29) le 6 mars 2009 a 15H43
puce (Visiteur)

Bonjour, pour être aller sur le site biosmoke, qui présente et vend ces fameux sachets spice, c’est vraiment de l’arnaque. Vous avez une si minime quantité (de l’ordre de 800 mg)de drogue ou THC que ça ne sert srtictement à rien de fumer ce genre de chose.. ça fait mal à la tête et vous ne pouvez apprécier l’effet du cannabis. Autant ne rien consommé ! Ce site est une illusion et une arnaque financière aussi. en ce qui concerne la légalisation, il faut la mettre en marche pour déséquilibré le traffic, permettre au consommateurs de fumer de la qualité (quand on voit ce que les dealers vendent !)et permettre aussi à ceux qui veulent "gouter" pour une première experience, de le faire dans la transparence sans devoir s’aventurer dans des endroits lugubres pour s’en procurer et risquer en quelque sorte sa vie.. l’interdiction massive qui se propage dans notre société n’est pas un bon moyen de communication ; on le sait, la nature humaine est ainsi faite : quand on dit non ou quand on interdit, l’être humain cherche a savoir, a passer outre ces barrières. A bientot ! puce

5 votes
par MaX FoXX (IP:xxx.xx1.171.230) le 8 mars 2009 a 22H35
MaX FoXX (Visiteur)

Petite histoire !

L’état, que nous appellerons Intolérance compte son argent, ainsi que celui de la drogue indirectement récoltée par le blanchiment, la corruption et autres mensonges digne d(un film version Hollywood.

Son voisin que nous appelleront Peuple lui demande d’où vient cet argent Intolérance se retourne alors vers Peuple un joint à la main

Prend un air méchant et monstrueux et dit tout en lui tendant ce joint : C’est de la drogue !

Peuple se rappelle qu’il avait regardé TF1 quelques jours avant

Le voici donc apeuré, Bien avant de résister en se cultivant et en comprenant bien plus tard, que le problème n’était pas le joint tenu par Intolérance, mais l’information et la manière de la détourner à des fins politiques ce qui a fonctionné pour Peuple

Ne servant qu’Intolérance !

j’aurais pu aller plus loin et faire entrer Justice en scène Mais elle n’a rien à faire là ! Car elle était déguisée en Injustice employée par Intolérance, pour créer le scénario lamentable "la prohibition", que vous observez encore aujourd’hui à travers des remakes comme "les favela" ou "la presse en France, qui ne donne pas envie de lire vue le caractère hypocrite de cette loi. N’ayant fait que des ravages tant au niveau économique qu’au niveau industriel avec les forêts dévastées.

Jusqu’à présent, on a menti à l’homme et l’homme ne fais que se mentir à lui même. Lorsque l’homme découvre la vérité, il peut alors arriver à changer. Changeant destruction en création positive afin d’offrir le meilleur de lui.

L’écologie n’est pas forcément une politique, mais les politiques s’en servent pour du papier sur lequel on a mis un pris.

Cannabicalement sincère

MaX FoXX.

6 votes
par jojo (IP:xxx.xx5.198.185) le 26 mars 2009 a 15H52
jojo (Visiteur)

:-O

Et Carlita, elle fume pas ? Et les copains de Carlita, ils fument pas ? Et Baffie fume pas des gros joints chez Sarkozy (source : "Faubourg" d’Ardisson) ? Et l’Ardisson cité, on l’a mis en taule pour revendiquer sa fume à chaque émission ?

Allez, salut Roselyne. En attendant, pas trop d’abus sur les crocs et le rose-à-lèvres... Et bon courage aux successeurs "Sinistres de la Té-San" pour la vague de cancers à venir (shit coupé au pneu : toujours pas kärchérisé...).

:-/

5 votes
par cayaweed (IP:xxx.xx0.146.223) le 4 avril 2009 a 16H49
cayaweed (Visiteur)

pourquoi la france veux decidement faire le contraire de son grand frere (les etats unis) une legalisation pure et simple ou au moins une tolerence a la culture personnelle je connait des fumeur de cannabis qui en on marre de fumez de la beuh coupé au verre et du shit avec tout les produits toxique imaginables pourquoi interdire un bien et laissez faire le mal ????