Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Cancers féminins : les femmes en situation de précarité davantage exposées
Cancers féminins : les femmes en situation de précarité davantage exposées
note des lecteurs
date et réactions
6 mars 2013
Auteur de l'article
medecinsdumonde, 26 articles (Rédacteur)

medecinsdumonde

Rédacteur
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
26
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Cancers féminins : les femmes en situation de précarité davantage exposées

Cancers féminins : les femmes en situation de précarité davantage exposées

A l’occasion du 8 mars, journée internationale des droits des femmes, MdM publie une enquête réalisée dans cinq villes françaises qui met en évidence l’existence de fortes inégalités sociales en matière de prévention des cancers féminins et d’usage de moyens de contraception.

Chaque année en France, le cancer du col de l'utérus est diagnostiqué chez plus de 3 000 femmes et 50 000 nouveaux cas de cancer du sein sont recensés. L’enquête de Médecins du Monde, réalisée en février 2013 auprès de 203 femmes, pour la plupart migrantes, dans les centres de MdM à Paris, Saint-Denis, Bordeaux, Nice et Marseille, a mis en évidence que les femmes en situation de précarité bénéficient rarement de dépistages systématiques ou réguliers des cancers féminins.

Parmi les femmes interrogées, seul un tiers ont déjà fait un frottis cervico-vaginal au cours de leur vie contre 94,9% des femmes en population générale. Moins de 1% des moins de 35 ans ont reçu une vaccination complète contre le papillomavirus humain (HPV) alors que la couverture vaccinale atteignait 27 % des moins de 25 ans en France en 2010 [1]. Plus d’un tiers des femmes interrogées ne connaissent pas l’existence du frottis cervico vaginal et 70 % des moins de 35 ans n’ont jamais entendu parler du vaccin HPV.

L’enquête de MdM révèle que pour la tranche des femmes de 50-74 ans, dont l’effectif est plus faible, le dépistage par mammographie est largement insuffisant.

Il apparait également que l’usage d’une contraception est peu répandu chez les femmes en situation de précarité : seules 23,5% des 15-54 ans utilisent une contraception de manière régulière contre 72% des femmes en population générale. L’absence de contraception est la première raison invoquée pour expliquer le recours à l’IVG, qui concerne 37,9% des femmes de 15-54 ans (contre 17,4% des femmes en population générale [2] ).

Ces résultats soulignent l’existence de fortes inégalités sociales en matière de prévention des cancers féminins ou de l’usage d’une contraception. Face à ce constat, Médecins du Monde recommande de :

- Développer des actions de prévention ciblées et adaptées aux populations précaires (outils de communication, médiation sanitaire et sociale, formation des professionnels de santé aux enjeux de précarité et besoins spécifiques des femmes)

- Proposer un bilan de santé incluant les examens et dépistages spécifiques pour les femmes qui accèdent à l’Aide Médicale d’Etat

- Faciliter l’accès aux droits et aux soins des femmes en situation de précarité

Consulter l'enquête

Médecins du Monde

POST-SCRIPTUM

  • [1] Beck F et al. « Baromètre Cancer 2010 », INPES, 268 pages

    [2] Guilbert P et al, « Baromètre cancer 2005 ». INPES, 2006, 201 pages.

Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Mots-clés :
Femmes Précarité Cancer