Accueil du site
> Santé & Maladies > Risques
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Cancers de la bouche, de la gorge ou du nez : dépister tôt pour éviter la mutilation
Cancers de la bouche, de la gorge ou du nez : dépister tôt pour éviter la mutilation
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
19 septembre 2013
Auteur de l'article
Réseau CHU, 258 articles (Réseau des CHU)

Réseau CHU

Réseau des CHU
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
258
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Cancers de la bouche, de la gorge ou du nez : dépister tôt pour éviter la mutilation

Cancers de la bouche, de la gorge ou du nez : dépister tôt pour éviter la mutilation

Du 23 au 27 septembre 2013, les CHU vont relayer "Make Sense", la 1ère campagne européenne d’information et de dépistage des cancers de la tête et du cou - appelés également cancers de la sphère ORL (oto-rhino laryngée) ou cancers des voies aéro-digestives supérieures ( VADS) . 

L’enjeu : sensibiliser la population aux symptômes d’alerte et aux facteurs de risque de ces cancers car leur diagnostic, souvent posé à un stade avancé, conduit à des interventions mutilantes.

"Make sense" : la 1ère campagne européenne pour les cancers de la sphère ORL et VADS

A l'origine de la semaine de sensibilisation, la volonté de l’European Head and Neck Society de promouvoir le dépistage. 

Engagés dans la lutte contre ces cancers, les services de Chirurgie Maxillo Faciale et d’ORL des CHU d’Amiens et de Dijon répondront aux questions des visiteurs et proposeront un examen gratuit et sans rendez-vous le 25 septembre de 8h à 18h. Il en sera de même à Bordeaux, où le service d'Oto-rhino-laryngologie - chirurgie cervico-faciale et d'ORL pédiatrique du CHU assurera une consultation de dépistage, sans rendez-vous le 27 septembre. Des plaquettes d’information seront distribuées dans les consultations d’addictologie du CHU, et des affiches seront visibles sur tous les sites du CHU et de l’Université. L’équipe ORL du centre hospitalier Lyon Sud (Hospices Civils de Lyon) organisera une rencontre avec la presse en présence de deux patients. A Paris, la société française de carcinologie cervico-faciale (SFCCF), présidée par le Pr Béatrice Barry, chef du service ORL de l’hôpital Bichat a mis sur pied une journée d‘informations et de diagnostic précoce à laquelle l'Hôpital de Tenon s'est aussi associé.
 

Les cancers de la sphère ORL : mieux les diagnostiquer 

 
Plusieurs signes avant-coureurs doivent alerter surtout s’ils persistent plus de trois semaines : langue douloureuse, aphtes ou plaques blanches ou rouges dans la bouche, mal de gorge, enrouement, problème de déglutition, difficulté ou douleur en avalant, narine bouchée, saignement de nez, ganglion dans le cou.
 

Trois facteurs de risque sont identifiés  : le tabac, l’alcool et le papillomavirus virus (HPV)*

Les cancers de la muqueuse respiratoire haute (bouche, gorge nez) touchent traditionnellement les fumeurs et buveurs. Plus récemment ils ont été diagnosticqué sur des personnes pratiquant le sexe oral en raison du virus HPV déjà responsable de cancers gynécologiques. La tendance remarquée aux USA se confirme en France : 50% des cancers de l’amygdale chez la femme sont HPV+
 
Le tabac constitue le facteur de risque principal. L’augmentation du tabagisme féminin depuis plusieurs décennies explique la recrudescence de l’incidence de ces cancers chez les femmes. Malgré de nombreuses campagnes d’information des méfaits du tabac, sa consommation reste encore élevée dans la population française.
 
Une consommation alcoolique régulière constitue un facteur de risque supplémentaire. Il est habituel de considérer qu’une consommation moyenne de plus de 3 verres par jour chez les hommes et 2 verres par jour chez les femmes augmente significativement le risque de faire un cancer.
Une exposition chronique aux poussières de bois constitue un facteur de risque des cancers des fosses nasales. Le délai de latence est très long. Le cancer peut-être diagnostiqué de nombreuses années après la fin de l’exposition aux poussières de bois. Les travailleurs de notre région dans la filière du bois sont particulièrement concernés. Un dépistage systématique à travers la médecine du travail est actuellement en train d’être organisé dans la région.

Une infection à un virus très fréquent appelé « papillomavirus humain » ou Human Papilloma Virus HPV constitue un nouveau facteur de risque identifié récemment pour les cancers du pharynx. Cette famille de virus comporte plus de 200 types de virus. Certains sont responsables de lésions bénignes (verrues plantaires, condylomes vénériens), d’autres sont responsables de cancers (les cancers du col de l’utérus sont tous dû à une infection ancienne à HPV). L'estimation des personnes contaminées par ce virus est comprise entre 10 et 30 %. 

 Il est probable que la modification des pratiques sexuelles (multiplications des partenaires, pratiques orogénitales) explique la recrudescence actuelle des cancers du pharynx liés à l’HPV. La vaccination des jeunes filles contre HPV avant les premiers rapports sexuels pour la prévention des cancers du col de l’utérus pourrait être étendue aux garçons pour la prévention des cancers du pharynx chez les filles et les garçons. Des études cliniques sont en cours pour justifier une telle recommandation. Ce facteur de risque est particulièrement pervers car l’infection initiale est asymptomatique, dès les premiers rapports sexuels, et le délai de latence entre l’infection et le cancer est de plusieurs décennies. 
 
Ces cancers sont souvent diagnostiqués à un stade avancé du fait d’un retard à la consultation chez le médecin généraliste ou spécialiste. Une consultation plus rapide améliorerait la survie des patients estimée à 50% des patients vivants à 5 ans. Traités précocement ces cancers ont de bons pronostiques, 95% de guérison par exemple pour un cancer des cordes vocales.
 

Prévalence des cancers orl

Au 5ème rang des cancers les plus fréquents tous sexes confondus, les cancers de la tête et du cou représentent 16 000 nouveaux cas par an en France. Même si les hommes développent deux à trois fois plus de cancers des VADS, l’incidence augmente chez les femmes depuis une dizaine d’année. Par ailleurs, la maladie survient après 40 ans mais elle est en augmentation chez les plus jeunes. 
Plus de 90% de ces cancers ont pour origine la muqueuse de la bouche, de la gorge ou du nez. Les localisations les plus fréquentes sont la cavité buccale (42%), le pharynx (35%) et le larynx (24%). 

POST-SCRIPTUM

SOURCES

  • *HPV : le virus du papillome humain est un virus à ADN faisant partie de la famille des Papillomaviridae. Il est responsable des infections sexuellement transmissibles les plus fréquentes puisque l'estimation des personnes contaminées par ce virus est comprise entre 10 et 30 %. La gravité de cette infection est que certains génotypes sont le facteur de cancer.
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Mêmes thématiques