Accueil du site
> Santé & Maladies > Risques
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Cancer de la peau : dépistage et prévention à la Clinique Générale-Beaulieu
Cancer de la peau : dépistage et prévention à la Clinique Générale-Beaulieu
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
17 mai 2011
Auteur de l'article
Julia Pearl, 16 articles (Rédacteur)

Julia Pearl

Rédacteur
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
16
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Cancer de la peau : dépistage et prévention à la Clinique Générale-Beaulieu

Cancer de la peau : dépistage et prévention à la Clinique Générale-Beaulieu

La journée de dépistage du cancer de la peau, le lundi 9 mai 2011, fut organisée par la Société Suisse de Dermatologie et Vénéréologie à la Clinique Générale-Beaulieu. Selon le docteur Jean-Pierre Grillet, président de la Société Suisse de Dermatologie et Vénéréologie, la journée de prévention du cancer de la peau connait une progression importante du nombre de consultations en 2011. En effet, plus de 220 patients ont été examinés durant cette journée, contre « seulement » 80 en 2010.

Le cancer est responsable de plus de 60.000 décès par an dans le monde. La Suisse est le deuxième pays le plus touché par ce type de cancer, derrière l’Australie-Nouvelle Zélande, et le premier à l’échelle européenne.

Durant cette journée de dépistage à la Clinique Générale-Beaulieu, environ 5% de lésions suspectes ont été décelées chez les patients venus consulter.

Ces lésions peuvent être de plusieurs types ; on en distingue trois principales. Les plus courantes sont les kératoses actiniques, de petites taches rugueuses, mesurant de 2 à 6 millimètres et complètement indolores. Elles se situent généralement dans les zones exposées au soleil : tempes, visage, cou, nuque, dos des avant-bras et des mains, haut du thorax. Les naevus dysplasiques sont des grains de beauté bénins inhabituels, souvent multicolores, enflammés ou aux contours irréguliers. Enfin, le basaliome fait partie des tumeurs cutanées malignes. Il s’agit de petites taches rondes, transparentes, traversées par de petits vaisseaux sanguins. En l’absence de traitement, la tumeur peut progresser et envahir les organes avoisinants.

Le seul véritable moyen de lutter contre l’apparition de ces symptômes est d’éviter la surexposition aux rayons UVA et UVB provenant du soleil ou d’une source artificielle. En effet, les solariums ou cabines à UV sont particulièrement prisés par les suisses, les hommes comme les femmes. On constate notamment une augmentation des risques de cancer de la peau de 75% chez les personnes s’étant exposées aux rayons des solariums avant 35 ans. 

Julia Pearl Community Manager de la Clinique Générale-Beaulieu
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté