Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Bactérie : Le concombre est disculpé par de nouveaux résultats
Bactérie : Le concombre est disculpé par de nouveaux résultats
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
1er juin 2011 | 3 commentaires
Auteur de l'article
Patrick Rollo, 495 articles (Rédacteur)

Patrick Rollo

Rédacteur
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
495
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Bactérie : Le concombre est disculpé par de nouveaux résultats

Bactérie : Le concombre est disculpé par de nouveaux résultats

« Nous sommes désormais quasiment certains que la souche 0104/H4 de la bactérie qui a rendu malades ou tués des centaines de gens en Europe n’est pas la même que celle retrouvée sur le concombre espagnol ». La déclaration a été faite par Frédéric Vincent, porte-parole des questions de consommation à la Commission européenne, qui tient ainsi à évacuer les doutes suite à la publication, en ce 1er juin, de données d’analyses provenant de laboratoires référents à Rome et à Hambourg. L’origine de cette épidémie, essentiellement localisée autour de Hambourg et qui touche désormais 1 500 personnes et huit pays européen, demeure inconnue. Des analyses s’intensifient pour identifier la source de la contamination.

Un nouveau décès lié à la bactérie potentiellement mortelle Eceh a été déploré en ce 1er juin de l’autre côté du Rhin, par le ministère de la Santé de l’Etat régional de Basse-Saxe. Il s’agit d’une femme âgée de 80 ans, passée de vie à trépas dans les environs de Hambourg. Cela porte à 17 le nombre de morts survenues à cause de l’Escherichia Coli enterohémorragique, une bactérie présente habituellement dans le tube digestif des ruminants. Ces décès sont tous survenus en Allemagne, à l’exception du cas d’une femme ayant récemment séjournée dans ce pays mais qui a succombé sur un lit d’hôpital de Suède. Les autorités allemandes avaient au départ incriminé des concombres bio espagnols, mais elles ont depuis fait volte-face en reconnaissant que l’origine exacte de cette bactérie relevait du mystère complet, pouvant même ne rien avoir à faire avec le légume suspecté.

En Espagne, le ministre de l’Intérieur, Alfredo Perez Rubalcaba, a frappé du poing sur la table, très remonté contre les autorités allemandes et menaçant même de poursuites, en déclarant sur la radio Cadena Ser que « non, la bactérie n’est pas en Espagne ». Selon le commissaire européen en charge de la Santé John Dalli, les scientifiques des quatre coins du continent mettent tout en œuvre pour identifier le plus rapidement possible la cause de l’épidémie : « Ce ne sera pas facile, et c’est davantage une question de traçabilité. Il va falloir demander aux gens ce qu’ils ont mangé ».

La tâche est d’autant plus compliquée que l’incubation est d’une dizaine de jours avant que la maladie se déclare. En attendant, et comme l’indique le professeur Helge Karch, « des chercheurs de l’université de Münster ont mis au point un test rapide pour détecter chez les malades une présence éventuelle de la dangereuse bactérie. Il est désormais possible d’identifier en quatre heures les caractéristiques de l’agent pathogène à partir de quantités infimes d’Eceh ». Face au danger, l'Institut fédéral Robert Koch (RKI) maintient ses recommandations contre la consommation de tomates, concombres et salades crues. Ses responsables conseillent en outre d'adopter une hygiène irréprochable des mains pour éviter la transmission de la bactérie.

Inscrivez-vous à la newsletter !
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Commentaires
0 vote
par vidicelmar (IP:xxx.xx5.225.195) le 2 juin 2011 a 10H38
vidicelmar (Visiteur)

bonjour—oui mais il est vrai aussi qu’une bacterie(e ;coli enterohemoragique differente de,celle tres virulante ect..lu sur un autre blog) etant supceptible de rendre gravement malade des personnes etait presente dans les concombres bio espagnols,non ??

0 vote
par merdalor (IP:xxx.xx5.131.37) le 2 juin 2011 a 14H22
merdalor (Visiteur)

"Dans son rapport de 1992, l’OTA nomme huit agents susceptibles d’être utilisés comme armes biologiques : le charbon bactéridien, la tularémie, Yersina pestis, Shigella flexneri (« pour contaminer l’eau ou les aliments des populations civiles »), S. dysenteriae (shiga), des salmonelles comme Salmonella typhi (ici encore, « pour contaminer les aliments, l’eau et d’autres boissons »), la toxine botulinique et l’entérotoxine B staphylococcique."

Le port de Hambourg, plaque tournante internationale....

Merkel qui se réjouit de la mort de Ben Laden et a été menacée.....

 ???????

0 vote
par le plouc (IP:xxx.xx4.196.50) le 2 juin 2011 a 21H03
le plouc (Visiteur)

Al caida la bonne blague , si c etait un cas d attaque bacteriologique ca viendrait plutot d un lacher de labo