Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Baclofène, alcoolisme et addictions : les choses bougent enfin
Baclofène, alcoolisme et addictions : les choses bougent enfin
note des lecteurs
date et réactions
4 juillet 2011 | 2 commentaires
Auteur de l'article
Changethescript, 4 articles (Rédacteur)

Changethescript

Rédacteur
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
4
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Baclofène, alcoolisme et addictions : les choses bougent enfin

Baclofène, alcoolisme et addictions : les choses bougent enfin

Le journal de 20 heures de FRANCE 2 a consacré un reportage Lundi 27 Juin 2011, au baclofène dans le traitement de l’alcoolisme.
J’ai pour ma part crée un site internet très documenté sur le baclofène, dans le traitement de l’alcoolisme et autres addictions (cannabis, subutex, cocaïne, boulimie, anti-depresseurs etc...).

L’alcoolisme, comme la toxicomanie, est une maladie, et non un vice.
De récentes découvertes sur la chimie des neurones ont permis de montrer que la volonté n’est pas mise en cause dans les phénomènes d’addictions.

Environ 10 personnes sur 100 sont prédisposées à devenir dépendantes d’une substance comme l’alcool, l’héroïne, les médicaments, etc.

C’est la rencontre avec le produit qui déclenche la maladie.
Impossible de s’arrêter de consommer, la volonté n’a aucune prise sur la consommation.
Le malade devient l’esclave du produit.

En automne 2008, le Professeur Olivier AMEISEN a sorti un livre (« le dernier verre ») qui raconte comment il a guéri son alcoolisme à l’aide d’un vieux médicament générique (le baclofène).

Il a découvert que pris à une certaine dose ce médicament entraînait une indifférence à l’alcool.

Le 1er verre n’entraîne plus le second et les suivants.
Il ne s’agit pas d’abstinence au prix d’une lutte quotidienne de tous les instants, mais d’indifférence amenant à terme à la guérison.

Nous sommes plusieurs centaines, en France et à l’étranger, à avoir la chance d’être soignés par un médecin qui nous prescrit du baclofène.
Et les témoignages sont éloquents, c’est une bouffée d’oxygène, une aide inestimable pour prendre le dessus sur l’addiction.

L’information concernant cette molécule n’est pas ou peu diffusée, pour la bonne et simple raison que ce médicament est tombé depuis longtemps dans le domaine des génériques.

Et aucun laboratoire ne s’intéresse à de nouvelles applications possibles du baclofène.
Tout le monde a le droit d’en fabriquer.
Donc ça ne rapporte à personne, il n’y a pas d’exclusivité possible.
De plus, cela met en péril tout un système de prise en charge des malades alcooliques, système très coûteux, très lourd, et inefficace mais qui fait vivre beaucoup trop de monde…

Le baclofène était jusqu’alors utilisé par les neurologues pour soigner des troubles musculaires bénins chez les malades de la sclérose en plaques.
Il peut s’administrer de deux façons : par voie orale (comprimés) ou par voie intrathécale (injection directe dans le cerveau).
Les malades alcooliques (ou toxicomanes) le prennent sous forme de comprimés.

Sous cette forme, le baclofène n’a jamais causé de décès, ni de troubles graves ou irréversibles. Même par tentative de suicide (jusqu’à 250 comprimés en une prise) personne n’est jamais décédé suite à l’absorption de comprimés de baclofène.
Le baclofène, est un vieux médicament (plus de 40 ans), dont les effets sont bien connus.

Le taux de réussite, avec ce traitement est de 88% d’après la première étude qui vient d’être publiée en France (contre 90 % d’échec avec les méthodes « traditionnelles »).

L’alcool tue (120 morts par jour en France), les drogues tuent, le baclofène ne tue pas.

Sur mon site vous pouvez trouver des informations sur le baclofène dans le traitement de l’alcoolisme, sachant qu’il fonctionne également pour d’autres addictions : médicaments (antidépresseurs, anxiolitiques, codeïne), cocaïne, cannabis, subutex, boulimie, et même le tabac.

Ici nous parlons d’alcoolisme, mais il nous a été donné de constater que des malades alcooliques consommateurs de cannabis guérissaient de cette addiction avant de guérir de celle de l’alcool.

Bref, on peut sans grand risque affirmer que cette molécule est la molécule qui guérit des addictions.

Mais c’est miraculeux, trop beau pour être vrai !

Cela n’a rien de miraculeux, vous le constaterez par vous-même en parcourant mon site documenté d’articles scientifiques , d’explications neurobiologiques, d’articles de presse, d’audios, de vidéos, et de témoignages de guérison.


France 2 journal du 20h le 27/06/2011 

Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Santé & Maladies
Commentaires
0 vote
(IP:xxx.xx6.225.31) le 4 juillet 2011 a 16H49
 (Visiteur)

Je suis globalement d’accord avec cet article. Il y a quand même cette phrase qui me chagrine beaucoup : "Bref, on peut sans grand risque affirmer que cette molécule est la molécule qui guérit des addictions."

Pour l’instant ce que l’on a constaté sont de nombreuses guérisons de personnes alcoolo-dépendantes ainsi que quelques guérisons concernant des dépendances à d’autres produits, en particulier benzodiazépines et cannabis.

Mais des effets très peu probants sur le tabac et la boulimie. Je pense donc que l’affirmation "cette molécule est la molécule qui guérit des addictions." est quelque peu exagérée et risque de desservir plus qu’autre chose le baclofène, ce qui serait dommage, vu l’efficacité que cette molécule a sur l’alcoolisme ...

En complément à cet article, je souhaite apporter l’information suivante : Début juin, quelque chose qu’Olivier Ameisen réclamait depuis 7 ans s’est enfin concrétisé. Un ESSAI à dose suffisante, avec une limite supérieure de 300mg/jour de Baclofène contre placébo, en double aveugle, englobant environ 240 patients va démarrer prochainement. En effet, le projet de recherche suivant vient d’être autorisé par le Ministère de la Santé : « Traitement de l’alcoolisme : essai thérapeutique randomisé en double insu pendant un an en milieu ambulatoire du Baclofène versus placebo » déposé par la Faculté de Médecine René Descartes – Responsable du projet P. Jaury. http://www.baclofene.org/?p=791 P. Jaury est un partisan affirmé du baclofène, nul doute qu’il saura mener à bien son projet.

Mais peut être la publication quelques semaines plus tôt d’un article dans la célèbre revue SCIENCE a t’elle joué un rôle en faveur de cet essai. SCIENCE a en effet consacré une pleine page au livre « LE DERNIER VERRE » d’Olivier Ameisen ainsi qu’à ses travaux. L’article relate les 6 ans de combat d’Olivier Ameisen afin de faire reconnaître le baclofène dans le traitement de la maladie alcoolique, ses appels répétés et restés sans réponse pour des essais cliniques à hautes doses, ainsi qu’un prochain essai en Hollande ... http://www.baclofene.org/?p=55

Sylvie Association BACLOFÈNE - http://www.baclofene.org

0 vote
par Viva de Provence (IP:xxx.xx7.115.13) le 20 juillet 2011 a 01H27
Viva de Provence (Visiteur)

Il était temps et encore et elles ne bougent pas assez vite,

Le Baclofène découvert par le Dr Ameisen, 6 années en arrière, guérit les addictions Le baclofène a guéri mon addiction et je rejoins les milliers de personnes guéries grâce au baclofène.

Des essais sont en effet mis en place mais tout cela est pour mieux repousser l’échéance de la mise sur le marché du Baclofène dans le cadre des addictions . Le baclofène ne coûte rien ,il est tombé dans le domaine publique et aucun laboratoire ne s’enrichira avec la Baclofène "quelle tristesse ". Il y aussi ceux qui ont bâti une religion sectaire basée sur la souffrance ,genre AA ou vie libre ou la vie ressemble à une prison spirituelle.

Depuis 6 ans, des milliers de vies humaines auraient du être sauvées ,non pendant ce temps les laboratoires et pouvoirs publics ont sauvé des milliards d’euros. Oui les choses bougent enfin car des petits maillons forment des chaines humanitaires derrière le Dr Olivier Ameisen .

Association BACLOFENE http://www.baclofene.org Viva de Provence