Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Autisme : faire du dépistage une priorité
Autisme : faire du dépistage une priorité
note des lecteurs
date et réactions
1er avril 2010
Auteur de l'article
A.C., 22 articles (Journaliste)

A.C.

Journaliste
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
22
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Autisme : faire du dépistage une priorité

Autisme : faire du dépistage une priorité

Le 2 avril sera consacré à l’autisme et au dépistage précoce de cette maladie qui touche environ 1 enfant sur 150 (selon l’INSERM) mais reste encore méconnue. Malheureusement, si le diagnostic n’est pas posé rapidement, les enfants sont véritablement handicapés dans le développement de leur vie sociale et souffrent, dans le pire des cas, d’"insociabilisation".

L'autisme en quelques mots et chiffres
 
L’autisme est un trouble sévère et précoce du développement de l’enfant apparaissant avant l’âge de 3 ans. Il se caractérise par un isolement et une perturbation des interactions sociales, des troubles du langage et de la communication, des activités stéréotypées ainsi qu’une restriction des intérêts. L’autisme n’est pas une affection psychologique mais une pathologie neuro-développementale liée à des anomalies du développement du système nerveux central.
En France, 430 000 personnes sont atteintes de Troubles du Spectre Autistique (TSA), dont 108 000 enfants.
La prévalence de l’autisme est passée de 1/2000 naissances à 1/150 en 10 ans. Cette seule statistique, que les scientifiques expliquent assez mal tend à rapprocher l’autisme d’une maladie épidémique.
 
Pourquoi le dépistage est-il important ?
Pour la Journée mondiale de sensibilisation à l’autisme, Autistes Sans Frontières et Autisme France dresse un constat alarmant : "alors qu’il est possible de poser un premier diagnostic d’autisme à partir de 2 ans, il n’est dépisté en moyenne qu’à partir de 6 ans, ce qui compromet sérieusement les chances d’une prise en charge efficace."
Lorsque les troubles sont identi !és et évalués, l'apprentissage peut être adapté aux besoins de l’enfant autiste et lui éviter le sur-handicap (comme une aggravation des troubles ou des complications comportementales). La prise en charge éducative intensive précoce permet des progrès signi !catifs et non réversibles dans les capacités cognitives et sociales.
 
Pourquoi n'est-il pas assez efficace en France ?
Le dépistage laisse encore à désirer pour de nombreuses raisons :
  • il n’existe aucun marqueur biologique connu (à ce jour) permettant de dépister l'autisme
  • les professionnels de la santé (médecins généralistes, infirmières, pédiatres...) n'ont qu'une formation extrêmement limitée à la détection des signes de l'autisme.
  • le grand public connaît très mal l'autisme ou seulement à travers des caricatures ou des a priori.
Quels sont les signes d'alerte qui permettent de détecter un comportement autistique ?
  1. Troubles des interactions sociales
Contrairement à ce que la majorité des gens pensent, un autiste n'est pas complètement muré dans son silence et associal. Il est possible qu'un enfant autiste arrive à avoir des comportements sociaux adaptés.
Certains comportements, en termes d'interactions sociales, doivent cependant alerter les parents :
  • Absence de réaction à l’appel de son prénom
  • Absence des bras tendus dans l’anticipation d’être porté
  • Impassibilité face à la présence d’autrui
 2. Troubles de la communication verbale et non verbale
Les enfants autistes ont du mal à communiquer et ont parfois beaucoup de retard dans le développement du langage. Leurs productions langagières, même lorsqu’elles sont correctes sur le plan formel, ne servent pas ou peu à communiquer.
  • Difficulté à utiliser les pronoms personnels de façon adaptée (« tu » à la place de « je »)
  • Difficultés à imiter les expressions du visage ou certains gestes, comme montrer du doigt, applaudir ou saluer
  • Langage utilitaire présent mais limité (demande d’objet, de nourriture, d’attention etc.) alors que le langage est peu utilisé pour des interactions sociales appropriées à l’âge
 3. Comportements stéréotypés et répétitifs
Les répétitions sont très intenses et fréquentes et ressemblent parfois à des troubles obsessionnels compulsifs (TOC).
  • Intolérance face au changement d’éléments même insigni !ants de l’environnement se manifestant par des larmes ou de la colère
  • Insistance à poursuivre strictement les actes routiniers.
  • Attachement excessif à des objets inhabituels
A l'occasion de Journée mondiale de sensibilisation à l'autisme, Autistes sans frontières et Autisme France mettent en place une grande campagne de sensibilisation à la fois auprès du grand public et des médecins, vous pourrez donc voir le spot publicitaire sur vos écrans.

POST-SCRIPTUM

SOURCES

  • http://autisme.france.free.fr/

    http://www.psychoenfants.fr/fichiers/actus999.php?idc=fr_Une_campagne_pour_apprendre_a_depister_l_autisme_24577

    http://www.agoravox.fr/actualites/sante/article/autisme-etat-des-connaissance-et-72653

    http://www.autistessansfrontieres.com/
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté