Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Apnées du sommeil = danger
Apnées du sommeil = danger
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
10 décembre 2013
Auteur de l'article
Bien-être et santé, 172 articles (Magazine Santé)

Bien-être et santé

Magazine Santé
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
172
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Apnées du sommeil = danger

Apnées du sommeil = danger

Souvent confondu à tort avec le ronflement, le syndrome d’apnées du sommeil (SAS) a des conséquences réelles sur la santé et la vie des personnes concernées.

Quand on est éveillé, la gorge reste ouverte grâce à la tension des muscles qui en écartent les parois. Pendant le sommeil, ces muscles se relâchent ; l’air passe moins, avec des vibrations, d’où le ronflement. Parfois les parois s’affaissent totalement, l’air ne passe plus. La respiration reprend au réveil, avec la contraction des muscles de la gorge et donc son ouverture. Dans le SAS, des dizaines d’apnées se succèdent, toutes suivies de micro-éveils non mémorisés : le sujet ne se plaint pas de son sommeil, contrairement à son conjoint ! Le SAS touche 8 % de la population, surtout les hommes, les hypertendus et les personnes en surpoids.

Lourdes conséquences

Le SAS n’est pas qu’un ronflement. Réveils répétés et manque d’oxygène ont des répercussions cardiovasculaires, élevant le risque d’hypertension artérielle, d’infarctus du myocarde et d’accident vasculaire cérébral. Non traité, le SAS diminue l’espérance de vie. Il est souvent détecté par un conjoint alarmé par les ronflements et les apnées. D’autres signes donnent l’alerte : impression de ne pas être reposé, somnolence diurne, irritabilité, dépression, troubles de concentration et de mémoire, baisse de la libido.

Comment traiter  ?

En cas de doute, consultez votre médecin traitant. Il vous orientera si besoin vers un spécialiste du sommeil pour procéder à différents tests : enregistrement sur une nuit des paramètres respiratoires et cardiaques, étude de l’activité du cerveau… Si le diagnostic est confirmé, plusieurs mesures sont associées : pression positive nocturne, chirurgie, appareil dentaire nocturne, évitement des positions de sommeil sur le dos, perte de poids. Cette dernière, essentielle, améliore toujours le SAS et parfois le guérit.
 
Dr Daniel Le Courtois
 
Conseils de pharmacien
 
Le principe de la pression positive nocturne est d’appliquer via un masque nasal une pression positive sur les voies aériennes pendant le sommeil. Un appareil souffle un peu d’air au niveau du nez, ce qui maintient les voies aériennes ouvertes en permanence et fait disparaître l’obstruction. Le traitement chirurgical est surtout indiqué pour éliminer le ronflement ; il porte sur les tissus mous de la gorge, la luette, le voile du palais et les amygdales. Il est parfois efficace sur les apnées du sommeil peu nombreuses. L’appareil dentaire amovible, porté au cours du sommeil, permet d’éliminer le ronflement et les apnées sous réserve qu’elles soient là aussi peu nombreuses. 

 
À savoir
 
Alcool, tranquillisants et somnifères, autant de causes d’aggravation du ronflement et des apnées à supprimer, sous contrôle médical, pour lutter contre le SAS.
 


 Le magazine Bien-être & Santé est un mensuel gratuit offert à leurs clients par les pharmaciens abonnés uniquement. Pour savoir si votre pharmacie est partenaire, rendez-vous sur le site dédié.

Cet article est extrait en exclusivité du magazine Bien-être & Santé - Tous droits réservés
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté