Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Apnées du sommeil : attention aux risques de somnolence au volant !
Apnées du sommeil : attention aux risques de somnolence au volant !
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
16 juillet 2009 | 1 commentaires
Auteur de l'article
FFAAIR, 1 article (Association)

FFAAIR

Association
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
1
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Apnées du sommeil : attention aux risques de somnolence au volant !

Apnées du sommeil : attention aux risques de somnolence au volant !

Les Apnées du Sommeil sont des absences de respiration intermittentes durant le sommeil. 5 à 7% des Français en sont victimes mais ne sont pas nécessairement diagnostiqués. Or, près d’1/3 des accidents mortels sur autoroute sont dus à une somnolence…si vous souffrez d’apnées du sommeil, le risque est donc accru. Il est donc primordial d’être vigilant sur les risques encourus à l’occasion des grands départs en vacances !

Le syndrôme d'apnée du sommeil en bref

Les Apnées du Sommeil concernent 5 à 7 % de la population ; non dépistées, elles peuvent avoir des conséquences sur la vigilance des conducteurs. La plupart des personnes présentant des signes d'un Syndrome d'Apnées du Sommeil ignorent qu'elles en souffrent peut-être, et méconnaissent l'existence de risques et de conséquences sur la santé. 15% seulement seraient actuellement dépistées. Durant la journée, ces personnes souffrent d’une fatigue excessive entraînant des périodes de somnolence – parfois brutales et inattendues, semblables à des pertes de conscience. Les répercussions peuvent être importantes sur la conduite automobile, l’activité professionnelle, et la qualité de vie. 

5 questions pour mieux comprendre

1. Que sont les Apnées du Sommeil ?

Les Apnées du Sommeil sont des absences de respiration intermittentes durant le sommeil, dues au relâchement des muscles qui contrôlent la langue et le voile du palais pour maintenir les voies aériennes supérieures ouvertes. Elles peuvent survenir de 30 à 500 fois par nuit et durer de 60 à 90 secondes. Elles entraînent une diminution de la quantité d'oxygène disponible dans le sang et provoquent de nombreux micro réveils qui nuisent fortement à la qualité sommeil avec à terme, des risques cardio-vasculaires et vasculaires cérébraux. 

2. Quelles sont les conséquences ?

A court terme, la perturbation du sommeil engendre des risques de somnolence durant la journée, les personnes s’endormant de manière brusque et inattendue, risquant ainsi des accidents domestiques ou professionnels, ainsi que des accidents de la route. Quand on sait que près d’un tiers des accidents mortels sur autoroute sont dus à une somnolence, quelle est la proportion de ceux qui sont liés aux Apnées du Sommeil ? A long terme, le coeur travaille davantage durant les pauses respiratoires pour compenser la baisse d’oxygénation du cerveau, entraînant une fatigue cardiaque et donc un risque majeur d’hypertension artérielle, d’accident vasculaire cérébral et d’infarctus.

3. Quels sont les signes ?

Souvent le conjoint est alerté car témoin des deux manifestations les plus fréquentes : les ronflements et les arrêts respiratoires durant le sommeil. D’autres signes peuvent aussi alerter : s'endormir dans la journée, se sentir continuellement fatigué, être déprimé ou irritable... Ce ne sont pas seulement les signes d'une époque où tout va trop vite !
 

4. Existe-t-il un traitement ?

Le traitement le plus fréquent est la ventilation par pression positive continue (PPC). Il consiste à porter, durant le sommeil, un masque nasal raccordé à un appareil qui souffle de l'air sous pression, afin d’ouvrir les voies aériennes. Dès les premières nuits, les personnes appareillées ne font plus d’apnées, leur vigilance revient et les troubles du sommeil diminuent ou même disparaissent.
 

5. Qui est concerné ?

5 à 7% des Français seraient victimes d'Apnées de Sommeil, mais seulement 15% d'entre eux seraient diagnostiqués. Afin de lutter efficacement contre la maladie et d’en éviter ou d’en réduire les conséquences, le dépistage doit survenir le plus tôt possible. Il consiste en un enregistrement du sommeil et peut se réaliser à l’hôpital ou à votre domicile.
 

Évaluez quels sont vos risques de souffrir d'apnées du sommeil

En vous connectant sur le site de l'ASFAwww.pausez-vous.fr, vous pouvez faire le test permettant évaluer vos risques de vous endormir au volant à cause des Apnées du Sommeil.
 
NB : ce test est basé sur le Test d'Epworth, validé par la communauté médicale et scientifique, référent dans le cadre du dépistage des Apnées du Sommeil.

SOURCES

  • COMMUNIQUÉ de PRESSE - Eté 2009- Campagne de sensibilisation à l'occasion des départs en vacances : "Apnées du Sommeil, risque de somnolence au volant… Et vous ?" - www.ffaair.org et www.autoroutes.fr
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Commentaires
0 vote
par LORENZO (IP:xxx.xx5.82.78) le 20 septembre 2011 a 08H36
LORENZO (Visiteur)

Entièrement d’accord avec le texte ci-dessus.

Pour ma part, je m’endormais partout. A peine arrivé qq part, par ex. dans la salle d’attente d’un médecin, ce qui me gênait profondément. Je partais travailler (32km, dont la moitié d’autoroute),c’était carrément criminel. Je conduisais par moment en zig-zag, un vrai danger public. Depuis qqs semaines, j’ai un appareillage d’oxygénation à domicile et je m’en sert quotidiennement pendant 15 à 16 heures. Fini de faire dodo partout et tout le temps. La nuit plus de réveils tous les quarts d’heure vingt minutes. Je dors d’une traite (évidemment avec la V.N.I.). En plus, le masque ne me gêne nullement contrairement aux idées reçues.

A +, Lorenzo