Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Alzheimer : l’évolution de la maladie
Alzheimer : l'évolution de la maladie
note des lecteurs
date et réactions
2 mai 2011
Auteur de l'article
Lucas Morietti, 1 article (Rédacteur)

Lucas Morietti

Rédacteur
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
1
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Alzheimer : l’évolution de la maladie

Alzheimer : l'évolution de la maladie

Si la maladie d’Alzheimer fait peur, c’est souvent parce qu’elle est diagnostiquée à un stade d’avancement auquel les proches du malade perçoivent une situation inextricable. Or, un siècle après la découverte de la maladie par les chercheurs, on s’aperçoit que sa prévalence est en constante augmentation : pyramide des âges oblige. Cela n’est pas sans soulever de nombreuses questions en matière de santé publique.
Mais l’évolution de la maladie d’Alzheimer est insidieuse, ce qui rend difficile un dépistage précoce. C’est en sensibilisant le public sur les signes avant-coureurs et l’évolution de cette neuropathologie qu’on parviendra à améliorer efficacement sa prise en charge.

Le problème du dépistage

On estime qu’en France, la maladie d’Alzheimer n’est diagnostiquée que dans un cas sur deux, et traitée médicalement dans 1/3 des cas environ. Bien souvent, chez les patients les plus jeunes comme chez les plus âgés, on impute certaines manifestations tangibles de la maladie à d’autres causes. Les assertions « il est trop jeune pour souffrir d’Alzheimer » ou, inversement, « à son âge les troubles de la mémoire sont normaux », sont fréquentes. Mais les premières lésions cérébrales sont présentes plusieurs années, voire plusieurs décennies avant même l’apparition des premiers symptômes. On parle de phase pré-symptomatique lors de laquelle la maladie s’installe silencieusement. A ce stade, un diagnostic est quasiment impossible. C’est lors de la phase dite « de transition » que les premiers symptômes d’Alzheimer sont perceptibles. Dans le jargon médical, on les qualifie de « déclin cognitif modéré ». Souvent, c’est l’entourage du malade qui relève un faisceau d’indices justifiant qu’on procède à un bilan. En cas de doute ou de risque avéré, le corps médical procédera à un examen par imagerie cérébrale.
 
Maladie d’Alzheimer : une définition
 
Alzheimer est une pathologie neurodégénérative qui se manifeste à travers des troubles de la mémoire et un déclin cognitif, régulièrement associés à des troubles comportementaux. Elle entraîne une perte progressive d’autonomie chez le patient, pouvant évoluer rapidement jusqu’au syndrome démentiel à défaut d’une prise en charge médicale. S’attaquant au tissu cérébral, elle entraîne une perte irréversible des fonctions mentales et plus précisément de la mémoire.
 
Alzheimer : les premiers symptômes
 
Généralement, on remarque chez l’individu des pertes de souvenirs sporadiques, passant parfois pour une simple inattention. Leur occurrence augmente au fil du temps, tandis que les souvenirs anciens semblent relativement bien préservés. L’atteinte neurologique évolue ensuite vers des troubles cognitifs plus sévères tels que la confusion, les troubles de l’humeur ou du langage. Les fonctions exécutives aussi peuvent être affectées : capacité d’anticipation, d’organisation, raisonnement logique, apprentissage ou motivation par exemple. Consulter notamment les 10 signes précurseurs de la maladie.
 
Les facteurs de risque
 
Plusieurs études épidémiologiques ont démontré la dimension plurifactorielle d’Alzheimer. Hormis les facteurs génétiques et biologiques qui peuvent favoriser l’apparition de la maladie (âge, antécédents familiaux, traumatisme crânien, etc.), on sait également que certains facteurs environnements ou socioéconomiques permettent de réduire le risque : alimentation saine, exercice physique, ou stimulation intellectuelle et sociale… Autant de pistes non-médicamenteuses qui permettent d’adopter une attitude proactive face à la maladie.
 
Peut-on guérir d’Alzheimer ?
 
Aujourd’hui, les traitements existants n’ont qu’un effet palliatif et n’ont pas d’effet notable sur les symptômes. Les médicaments présents sur le marché peuvent néanmoins améliorer certaines capacités comme l’attention ou la mémoire, mais l’état actuel de la recherche ne permet pas de stopper l’évolution de la maladie. Ne perdons pas espoir pour autant : la recherche déploie actuellement une pléthore de moyens afin de découvrir le médicament qui permettra d’enrayer le processus neurodégénératif. Deux pistes sont envisagées : s’attaquer soit aux plaques amyloïdes qui se forment entre les neurones pendant la maladie, soit aux agrégats de protéines Tau à l’origine de la dégénérescence. 
 
Des informations incontournables si vous êtes concerné par la maladie :
Association France Alzheimer
La Web TV Alzheimer Infopatients, (explications et témoignages en vidéo)
Site de la Société Alzheimer
Aider l'Institut Pasteur (recherche sur les maladies neurodégénératives)
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Mots-clés :
Alzheimer