Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Allergies : Prenez les mesures qui s’imposent !
Allergies : Prenez les mesures qui s'imposent !
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
21 mars 2012 | 1 commentaires
Auteur de l'article
Bien-être et santé, 143 articles (Magazine Santé)

Bien-être et santé

Magazine Santé
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
143
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Allergies : Prenez les mesures qui s’imposent !

Allergies : Prenez les mesures qui s'imposent !

Les symptômes de l’allergie, quelle qu’elle soit, sont plus ou moins pénibles mais peuvent s’aggraver. Ne les prenez pas à la légère !

Aujourd’hui, un tiers de la population française est allergique. Est-ce parce que nous portons une plus grande attention aux personnes qui souffrent de maladies allergiques ? Non, répond le Dr Étienne Bidat, spécialiste en pneumologie et allergologie pédiatriques, cocréateur d’un site de référence en la matière*, « cette hausse est bien réelle et n’est pas liée à une meilleure connaissance de ces maladies, mais à des changements dans notre environnement et notre mode de vie ». Les chiffres continuent d’augmenter et les estimations ne sont pas optimistes : dans 10 ans, un Français sur deux pourrait être touché !
 

Causes environnementales

Les causes de cette augmentation sont multiples.
· Les acariens, petites bestioles microscopiques, se reproduisent à qui mieux mieux dans des logements plus petits, mieux isolés, trop chauffés, et moins aérés pour éviter les pertes d’énergie.
· Les polluants intérieurs libérés par les produits ménagers (désodorisants, détergents), les substances chimiques (formaldéhyde), les peintures, les meubles en mélaminé, certains parquets et revêtements de sol… sont partout.
· L’explosion du nombre d’animaux de compagnie n’a fait qu’accroître les risques allergiques.
· Autre raison avancée par les allergologues : sous les effets conjugués du changement climatique, qui avance et prolonge la saison pollinique, et des particules atmosphériques polluantes qui renforcent le pouvoir allergisant des pollens en se fixant sur eux, le nombre de rhinites allergiques dues aux pollens a doublé en 30 ans.
· Le grand nombre de nouveaux aliments, exotiques, auxquels nos organismes occidentaux ne sont pas habitués est également en cause, mais d’autres responsables restent encore à identifier.
Une certitude : des acariens aux pollens de graminées, d’arbres ou de plantes, en passant par le venin d’hyménoptères (abeille, guêpe, frelon), les blattes, les moisissures, certains aliments, le latex et bien sûr les poils d’animaux et les plumes d’oiseaux, la liste des allergènes est très longue.
 

Désensibilisation, pour qui ?

Rhinite ou rhume des foins, conjonctivite, asthme, troubles digestifs (vomissements, diarrhées, douleurs abdominales) et cutanés (dermatite atopique), eczéma de contact ou, beaucoup plus graves, œdème de Quincke ou choc anaphylactique… les réactions allergiques diffèrent selon le type d’allergènes, mais le coupable n’est pas toujours facile à trouver. Des tests, au cabinet d’un allergologue, permettent de le rechercher mais l’enquête policière prend parfois du temps. Une fois l’allergène repéré, deux solutions.
 
· La désensibilisation. Elle consiste à administrer progressivement de petites doses de l’allergène responsable pour habituer l’organisme à le supporter. Elle dure de 3 à 5 ans, en plusieurs saisons consécutives en cas d’allergie saisonnière (pollens), ou toute l’année en cas d’allergie perannuelle (acariens). Par voie sous-cutanée pour les hyménoptères et pour les autres par voie sublinguale : gouttes le plus souvent, ou comprimés, uniquement pour les pollens de graminées pour l’instant.
 
· Les médicaments. Quand la désensibilisation n’est pas possible : pour les crises, antihistaminiques, bronchodilatateurs inhalés d’action rapide, corticoïdes par voie locale, ou orale pour les crises graves ; en traitement de fond, corticoïdes inhalés et bronchodilatateurs de longue durée d’action, antileucotriènes, pommades à base de corticoïdes (eczéma), collyres spéciaux (conjonctivite allergique).
 

Trois gestes essentiels

Le plus simple consiste bien sûr à éviter les contacts avec l’allergène qui provoque les crises, mais ce n’est pas toujours facile, notamment à l’extérieur. Comment échapper aux pollens libérés pendant les périodes de floraison et diffusés par le vent ? Au restaurant ou à la cantine, comment être sûr que les plats commandés ne contiennent pas de traces de l’aliment redouté (œuf, lait, arachide, poissons, crustacés, céleri, kiwi, sésame, etc.) ? Difficile aussi de refuser d’aller voir des amis qui ont un chat par exemple… Chez vous, en revanche, vous pouvez faire la chasse aux allergènes. Trois gestes simples permettent de réduire nettement la sévérité de crises d’allergie, conjonctivite, rhinite et asthme notamment.
 
· Aérer. Ouvrir les fenêtres au moins 10 minutes par jour pour renouveler et assainir immédiatement l’air, davantage en cas d’activités générant de l’humidité ou des polluants (ménage, bricolage). Attention, les systèmes d’isolation favorisent la stagnation de l’air. Dans une maison bien isolée, il faut compter 10 heures pour que l’air se renouvelle complètement !
 
· Ventiler. Ventilation naturelle (grilles d’aération) ou mécanique (VMC) dans les combles, la cuisine, la salle de bains et les toilettes notamment. Nettoyer une fois par trimestre les bouches d’extraction et les filtres d’insufflation et d’extraction de la VMC double flux. Ne pas obstruer entrées d’air et bouches d’extraction et garder 20 mm sous les portes.
 
· Ménage fréquent. Passer l’aspirateur 2 fois par semaine. Utiliser de préférence des filtres HEPA (haute efficacité pour les particules aériennes). Éviter de balayer à sec. Privilégier les produits naturels : savon noir, bicarbonate de soude, vinaigre blanc, javel mélangée à de l’eau froide (chaude elle entraîne des vapeurs nocives et favorise l’humidité de l’air). Ne pas mélanger les produits entre eux. Laver les textiles régulièrement en machine à 60 °C (draps, rideaux) et secouer les textiles non lavables en plein air, de préférence au soleil car les UV empêchent la prolifération des acariens. Utiliser des gants de vinyle, pas de latex.
 

La guerre aux acariens

Quelques conseils pratiques pour lutter plus particulièrement contre les acariens, première cause d’allergies devant les pollens, puis les animaux et les moisissures.
 
· Évitez de surchauffer (20 °C au maximum et 18-19 °C dans les chambres).
· Limitez l’humidité qui favorise aussi la prolifération des acariens (taux maximal conseillé, entre 40 et 50 % mesurés avec un hygromètre).
· Adoptez sommier à lattes et housses antiacariens certifiées, avec fermeture Éclair.
· Lavez les peluches à 60° en machine tous les 3 mois.
· Préférez canapé ou fauteuil en cuir ou simili et coussins en matière synthétique lavable.
 
Evelyne Oudry
 

Bon à savoir
Allergique au gluten ?
 
Le terme d’allergie ou même d’intolérance au gluten n’est pas exact. Le gluten, est une protéine contenue dans les céréales comme le blé, l’orge, le seigle et l’avoine, et dans le pain, la pâte à pizza, les pâtes alimentaires et, plus masqué, dans un grand nombre d’assaisonnements, de conserves cuisinées, de soupes ou de plats préparés. Il s’agit en fait d’une réaction immunitaire, réaction des défenses immunitaires au niveau intestinal. On devrait dire maladie cœliaque. Une fois ingéré, le gluten provoque une inflammation de l’intestin, abîme les parois et cette dégradation empêche petit à petit l’intestin d’absorber correctement nutriments, vitamines et minéraux.

Gare aux allergies croisées !
 
Si vous êtes allergique à un aliment, un végétal ou un animal, vous pouvez réagir à d‘autres allergènes contenant des molécules allergisantes communes. Exemples fréquents : œuf/volaille ; lait de vache/lait de brebis ou de chèvre ; pollens de bouleau/pomme, noisette, pêche. Mais aussi acariens/blattes ou, plus surprenant, acariens/escargots, crevettes ; pollen d’ambroisie/melon, pastèque, banane ; pollen de graminées/cacahuète, tomate, poivron ; latex/banane, kiwi, figue, fruits de la passion…

Conseils antirécidive
Calendrier pollinique
 
Si vous savez à quel pollen vous êtes allergique, vous pouvez prévoir à peu près à quelle période votre nez va recommencer à couler… et essayer de vous organiser ou vous traiter si vous n’êtes pas désensibilisé. Par exemple, dans le Nord, la saison pollinique débute en mars avec les pollens de frêne, de bouleau et de peuplier. Et dans le Sud dès janvier avec les pollens de cyprès. Mais pour être plus précis, consultez chaque année les bulletins hebdomadaires pollens et moisissures atmosphériques (par région) sur le site du Réseau national de surveillance aérobiologique www.pollens.fr

À savoir
 
La 6e Journée française de l’allergie du 20 mars a pour thème « Allergies : à l’intérieur aussi ! ». Elle sera l’occasion d’un tchat exceptionnel qui permettra aux Français de poser des questions à des allergologues et à des conseillers médicaux en environnement intérieur. L’association Asthme & Allergies est partenaire. Plus d’informations sur www.allergiesairintérieur.org et www.asthme-allergies.org

Le magazine Bien-être & Santé est un mensuel gratuit offert à leurs clients par les pharmaciens abonnés uniquement. Pour savoir si votre pharmacie est partenaire, rendez-vous sur le site dédié.

 


 

 
Cet article est extrait en exclusivité du magazine Bien-être & Santé - Tous droits réservés
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Santé & Maladies
Commentaires
0 vote
par Estelle Vereeck (IP:xxx.xx8.157.223) le 22 mars 2012 a 12H09
Estelle Vereeck, 26 articles (Dentiste)

Allergiques ou pas, soyez attentifs aux métaux qui entrent dans votre bouche pour restaurer vos dents : http://www.holodent.fr/index.php/me...