Accueil du site
> Santé & Maladies > Les Actus
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Alerte, le moustique tigre répand la maladie de l’homme courbé
Alerte, le moustique tigre répand la maladie de l'homme courbé
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
27 mars 2012
Auteur de l'article
Henri de Miebenthal, 476 articles (Kinésithérapeute)

Henri de Miebenthal

Kinésithérapeute
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
476
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Alerte, le moustique tigre répand la maladie de l’homme courbé

Alerte, le moustique tigre répand la maladie de l'homme courbé

Un petit moustique à rayures, facilement identifiable et vecteur de dengue ou de chikungunya, est arrivé en France en 2004. Du nom de moustique tigre, cet insecte s’aventure chaque année un peu plus loin dans l’hexagone. La période de ponte approche, et la surveillance dont fait l’objet le moustique sera renforcée dès le 1er mai prochain. Et ce dans le but de contenir les épidémies.

Aperçu pour la première fois dans l’hexagone à Menton, en 2004, le moustique tigre a depuis été observé plus à l’ouest, dans des villes comme Avignon, Nîmes ou encore Montpellier, et plus au nord, comme à Lyon et à Grenoble. Il serait actuellement présent sur l’ensemble du littoral méditerranéen. Et il serait passé à "l’attaque" en 2010, année durant laquelle des personnes ont commencé à être piquées par ce moustique en France métropolitaine, dans les Alpes Maritimes et dans le Var. Et la bestiole, à rayures noires et blanches, est coriace : Agressive, elle pique à travers les vêtements et transmet la dengue et le chikungunya, parfois appelée la "maladie de l’homme courbé qui brise les os" en raison des douleurs musculaires que provoque cette maladie infectieuse tropicale.

Les symptômes (douleurs articulaires très fortes, fièvre élevée) apparaissent quatre à sept jour après la piqûre. Le moustique tigre (Aedes albopictus dans le jargon scientifique) a ainsi retenu l’attention des chercheurs internationaux réunis le 23 mars dernier à Monaco à l’occasion du premier forum sur l’impact des changements de l’environnement sur la santé humaine. Pascal Delaunay, entomologiste au CHU de Nice, y a bénéficié d’une tribune pour indiquer que « le moustique tigre, qui est d’origine asiatique et pond dans les trous d’arbre, s’est acclimaté en pondant dans les pneus, et ses œufs peuvent résister plusieurs mois en l’absence d’eau. L’insecte est déjà été détecté dans 17 pays d’Europe et est implanté dans 12 d’entre eux ». Les participants ont encore en mémoire l’épidémie de chikungunya qui a secoué l’île de la Réunion entre 2005 et 2006, touchant 266 000 personnes -dont 246 ont du être envoyées en réanimation- et provoquant la mort de six personnes.

Alexis Armengaud, médecin épidémiologiste et expert en santé publique rattaché au CIRE-SUD, précise ainsi que « depuis cet épisode tragique, un plan de suivi avec cinq niveaux d’alerte a été mis en place ». Une circulaire de 2008 a notamment fixé les modalités d’un plan anti-dissémination du chikungunya et de la dengue sur le sol métropolitain. Et dès le 1er mai prochain, l’Agence régionale de santé (ARS) redoublera de vigilance -notamment en PACA- dans les zones où le moustique est présent ou susceptible de s’implanter : L’ARS conseille tout particulièrement aux habitants des périmètres concernés « de supprimer les eaux stagnantes qui contiennent des larves de moustiques, à l'intérieur et autour de leur domicile ».
 

POST-SCRIPTUM

Inscrivez-vous à la newsletter !
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté