Accueil du site
> Santé & Maladies > Risques
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Alcool : boire un peu trop, tous les jours, abime votre santé
Alcool: boire un peu trop, tous les jours, abime votre santé
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
11 mars 2011
Auteur de l'article
Frédéric Duval-Levesque, psychopraticien et hypnothérapeute, 156 articles (Psychopraticien certifié)

Frédéric Duval-Levesque, psychopraticien et hypnothérapeute

Psychopraticien certifié
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
156
nombre de commentaires
2
nombre de votes
83

Alcool : boire un peu trop, tous les jours, abime votre santé

Alcool: boire un peu trop, tous les jours, abime votre santé

La consommation d’alcool a été divisée par deux en quarante ans.Il reste néanmoins un hic : elle provoque en France plus de 35 000 décès par an.

D’où une nouvelle campagne télévisée : on y voit un quadra, en costume-cravate, boire un verre de vin rouge le midi, puis rebelote avec une bière à la sortie du travail. Arrivé à la maison, encore un petit whisky, histoire de décompresser.

La nouvelle campagne de l’Institut national de prévention et d’éducation pour la santé entend mettre l’accent sur les méfaits de l’alcoolisation quotidienne.
Elle s’intitule : « Boire un peu trop tous les jours, c’est mettre sa vie en danger. » Elle vise l’abus d’alcool, « qui ne conduit ni à l’ivresse ni même à la perception d’un comportement à risque », explique Nora Berra, secrétaire d’État chargée de la Santé. Les hommes de 40 ans sont particulièrement visés. La consommation régulière d’alcool étant presque inexistante avant cet âge.
 
Les quadragénaires gardent aussi des habitudes de consommation ponctuelle importante. 45 % déclarent avoir bu au moins six verres ou plus en une même occasion, au cours des douze derniers mois (15 % des femmes).
 
« On a spontanément tendance à minimiser sa consommation », souligne Didier Houssin, directeur général de la Santé. « Avec le temps, on a tendance à consommer un petit peu plus et on minimise toujours. Au final, ça finit par faire une consommation importante. «  Et de citer les risques : cirrhose, cancers… L’alcool est responsable d’1,3 million de séjours à l’hôpital et de 37 000 décès par an.
 
Psychiatre et alcoologue, Philippe Batel espère que la campagne, qui démarre dimanche, permette une prise de conscience. « Prendre un apéro à midi, deux verres de vin à table peut paraître anodin. On n’est pas dans la dépendance, on n’est pas dans l’excès perceptible, mais ça n’est pas rien. »
Frédéric Duval-Levesque, psychopraticien et hypnothérapeute. Mon blog: PSYCHOTHERAPIE - SOUTIEN PSYCHOLOGIQUE - COACHING (à Toulouse)
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté